Shishapangma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Shishapangma
Vue aérienne du Shishapangma (à gauche) depuis l'est.
Vue aérienne du Shishapangma (à gauche) depuis l'est.
Géographie
Altitude 8 027 m[1]
Massif Himalaya
Coordonnées 28° 21′ 18″ N 85° 46′ 44″ E / 28.354954, 85.7788728° 21′ 18″ Nord 85° 46′ 44″ Est / 28.354954, 85.77887  [1]
Administration
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Région autonome Tibet
Préfecture Xigazê
Ascension
Première 2 mai 1964 par l'expédition chinoise de Xǔ Jìng
Voie la plus facile Voie nord
Géologie
Type Pic pyramidal

Géolocalisation sur la carte : Région autonome du Tibet

(Voir situation sur carte : Région autonome du Tibet)
Shishapangma

Géolocalisation sur la carte : Chine

(Voir situation sur carte : Chine)
Shishapangma

Le Shishapangma ou Shisha Pangma (chinois traditionnel : 希夏邦马峰 ; pinyin : xixabangma, xīxiàbāngmǎ fēng), aussi appelé Gosainthan en sanskrit, est une montagne culminant à 8 027 mètres d'altitude au Tibet, en Chine. Il se situe en Himalaya et constitue le quatorzième sommet le plus haut du monde et le dernier des « 8 000 ». Il est gravi pour la première fois par une expédition chinoise en 1964, alors que les frontières du pays étaient fermées aux étrangers. La voie normale emprunte les versants nord de la montagne et présente relativement peu de difficulté.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs théories concernant l'étymologie du nom Shishapangma. Le géologue suisse Toni Hagen y voit la « crête au-dessus des plaines herbeuses », de shisha ou chisa signifiant « combe » ou « chaîne » et pangma « plaine herbeuse » ou « prairie »[2],[3]. Pour sa part, le tibétologue Guntram Hazod relate une histoire locale expliquant littéralement en tibétain le nom de la montagne comme shisha « viande d'un animal mort de causes naturelles » et sbangma « lie de malt ». D'après cette histoire, une année d'importantes chutes de neige ont tué la plupart des animaux en pâture et tout ce que la population vivant près de la montagne avait à manger était la viande de ces charognes et la lie de malt laissée après brassage de la bière. La montagne fut alors nommée en souvenir de cet épisode[4]. Le nom sanskrit de la montagne, Gosainthan, signifie « place du saint » ou « demeure de Dieu »[5].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Shishapangma se situe dans le Sud-Ouest de la République populaire de Chine, au Sud de la région autonome du Tibet[1], en préfecture de Xigazê et dans le xian de Nyalam. Il se trouve à 30 kilomètres au nord-ouest de la localité éponyme et à respectivement 325 et 550 kilomètres à l'ouest-sud-ouest de Xigazê et Lhassa, tandis que Katmandou est à 85 kilomètres au sud-oust. La frontière avec le Népal passe à cinq kilomètres à l'ouest. Le sommet s'élève à 8 027 mètres d'altitude[1] dans le Jugal Himal en Himalaya. Il s'agit du seul sommet de plus de 8 000 mètres entièrement en territoire chinois. Sa hauteur de culminance est de 2 897 mètres ; le sommet plus élevé le plus proche est le Cho Oyu à 57 kilomètres à l'est-sud-est. Le Shishapangma est entouré de glaciers ; toutefois, situé au nord de la ligne de partage des eaux principale de l'Himalaya, sur le versant plus sec et avec des dénivelés moins importants, il a subi une érosion glaciaire moins importante et présente des parois moins verticales que la plupart des « 8 000 ». La mousson peut se faire ressentir de mi-juin à fin septembre[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Shishapangma est repéré vers 1850 et nommé à l'époque pic XXIII mais reste inexploré jusqu'en 1945. Les premiers alpinistes à l'approcher sont Heinrich Harrer et Peter Aufschnaiter en 1945, avant que Bill Tilman en 1949, Peter Aufschnaiter en 1951 et enfin Toni Hagen en 1952 visitent cette montagne relativement isolée. Par la suite, l'occupation du Tibet par la Chine et la fermeture des frontières rendent l'accès au sommet inaccessible aux Occidentaux.

C'est ainsi que la première ascension du Shishapangma revient, le 2 mai 1964, à une expédition chinoise dirigée par Xǔ Jìng avec Wang Fuzhou, Zhāng Jùnyán, Wū Zōngyuè, Chén Sān, Soinam Dorjê, Chéng Tiānliàng, Migmar Zhaxi, Dorjê et Yún Dēng. Ils empruntent la voie Nord, après une reconnaissance du versant septentrional l'année précédente, ce qui en fait le dernier des « 8 000 » à être gravi[5].

Jusqu'à la réouverture de la frontière en 1980[6], aucune autre ascension n'a lieu. Aussitôt, cette même année, une expédition allemande se lance vers le sommet ; Michl Dacher, Wolfgang Schaffert, Gunter Sturm et Fritz Zintl y parviennent le 7 mai, suivis de Sigi Hupfauer et Manfred Sturm le 12, en reproduisant la voie nord[7]. Le 13 octobre, c'est au tour d'une expédition autrichienne composée d'Ewald Putz et Egon Obojes[7]. L'année suivante, une expédition japonaise avec Junko Tabei, première femme au sommet, puis une nouvelle expédition autrichienne avec Reinhold Messner réussissent l'ascension par cette voie[7].

La face sud-ouest est réussie pour la première fois entre le 26 et le 28 mai 1982 par les Britanniques Doug Scott, Roger Baxter-Jones et Alex MacIntyre[6].

En 1985, Oswald Gassler et Pieter Wörgötter réalisent la première descente à ski[8].

Le 19 septembre 1987, une expédition polonaise avec Jerzy Kukuczka, Wanda Rutkiewicz et Carlos Carsolio effectue une ascension en style alpin. C'est le 14e « 8 000 » pour Jerzy Kukucka. Il est la deuxième personne après Reinhold Messner à réaliser l'ascension des quatorze « 8 000 »[9].

Parmi les autres ascension marquantes, Erhard Loretan, Jean Troillet et Wojciech Kurtyka ouvrent une nouvelle voie par la face sud en 1990 ; Krzysztof Wielicki réussit une voie dans la face sud-ouest en solo en 1993[10],[11] ; le 4 octobre de la même année, Chantal Mauduit réussit une ascension en face sud-ouest[12] et sans apport d'oxygène[13] ; Jean-Christophe Lafaille ouvre une variante dans la face nord en solitaire et sans apport artificiel d'oxygène en 1994. Ce dernier réussit, le 11 décembre 2004, la première ascension en condition hivernale du Shishapangma en le gravissant seul par une nouvelle voie dans la face sud. Il existe une polémique car une ascension ne peut être dite hivernale que si le sommet est atteint entre le 21 décembre et le 21 mars, ce qui n'a pas été le cas pour Lafaille, mais son permis d'ascension était tamponné « hivernal »[14]. Sinon, la première hivernale reviendrait à Simone Moro (en) et Piotr Morawsky, qui ont atteint le sommet le 14 janvier 2005[6]. Le 17 avril 2011, Ueli Steck établit un record d'ascension de la face sud en dix heures et demi[15],[16]. En raison du manque de preuves de cette ascension, sa caméra ayant gelé, ainsi que celle de l'Annapurna, cette ascension est controversée[17].

Ascension[modifier | modifier le code]

La voie normale du Shishapangma gravit le versant nord-ouest puis remonte l'arête nord pour finir par la face nord-est, la plupart du temps sur terrain enneigé ou glaciaire. L'accès en véhicule motorisé est possible jusqu'à 4 900 mètres d'altitude. Le camp de base est situé à une quinzaine de kilomètres au sud, à une altitude de 5 700 mètres. Ensuite trois camps sont installés à 6 400, 7 000 et 7 400 mètres d'altitude, pour des ascensions intermédiaires de six heures, deux fois trois heures et finalement sept heures jusqu'au sommet. Cette voie fait du Shishapangma probablement un des « 8 000 » le moins difficile, avec le Cho Oyu. Cette voie est fréquemment descendue à ski[6].

Les voies dans la face sud-ouest, plus abrupte, sont au nombre de six minimum et sont techniquement plus difficiles, avec des passages exposés dans la roche ; elles présentent une ascension de 2 200 mètres de dénivelé dans des pentes à 50°[6].

En date de 2009, 24 alpinistes sont morts en tentant de gravir le sommet[18].

Culture populaire[modifier | modifier le code]

C'est dans le massif du Gosainthan que Hergé place l'action de l'album Tintin au Tibet.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Shi Ya-feng, A Photographic record of the Mount Shisha Pangma Scientific Expedition, Science Press, Pékin, 1966 (ASIN B008A1B81G)
  • (en) Stephen Venables, Andy Fanshawe, Himalaya Alpine-Style: The Most Challenging Routes on the Highest Peaks, Seattle (WA), États-Unis, Mountaineers Books, 1996 (ISBN 0-89886-456-9)
  • (en) Doug Scott, Alex MacIntyre, Shisha Pangma: The Alpine Style First Ascent of the South-West Face, Seattle (WA), États-Unis, The Mountaineers Books, 2000 (ISBN 0-89886-723-1)
  • (en) Richard Sale, John Cleare, On top of the world (Climbing the world's 14 highest mountains), lists of ascents, HarperCollins Publ., 2000 (ISBN 978-0-00-220176-6)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) Shishapangma, China, peakbagger.com
  2. (en) Günther O. Dyhrenfurth, Norman Dyhrenfurth, « Shisha Pangma », Mountain, Youth Hostels Association, no 53–64, 1977, page 47
  3. (en) Louis C. Baume, Sivalaya: explorations of the 8000-metre peaks of the Himalaya, Seattle (WA), États-Unis, The Mountaineers, 1979 (ISBN 0-916890-71-6), pages 131–132
  4. (en) Guntram Hazod, « bKra shis 'od 'bar. On the History of the Religious Protector of the Bo dong pa », 1998, in Anne-Marie Blondeau, Tibetan mountain deities, their cults and representations: papers presented at a panel of the 7th seminar of the International Association for Tibetan Studies, Graz, 1995, Verlag der Osterreichischen Akademie der Wissenschaften (ISBN 978-3-7001-2748-2), page 65
  5. a et b (en)Louis C. Baume, op. cit., pages 130-134
  6. a, b, c, d, e et f (en) Shisha Pangma, SummitPost.org
  7. a, b et c (en) Doug Scott, Alex MacIntyre, Shisha Pangma: An Alpine Style First-ascent of the South Face, Baton Wicks Publications, 1999 (ISBN 978-1898573364)
  8. François Labande, « Ski et surf au-dessus de 8000 », Montagnes Magazine, no 362,‎ janvier 2011, p. 24
  9. (pl) Shisha Pangma sur kukuczka.net
  10. (de) Die Berge des Himalaya - Shisha Pangma: Geschichte + Literatur
  11. (en) Korean Alpinists Climb New Route on SW Face of Shishapangma
  12. Shishapangma Summits sur everestnews.com
  13. Chantal Mauduit est devenue à 32 ans une star de l'alpinisme. Sur les sommets, cette nomade qui vit six mois de l'année à la népalaise lit des poèmes. De la montagne avant toute chose sur liberation.fr
  14. (en) Jean-Christophe Lafaille, Shishapangma, Southwest Face, Alpinist Magazine, 1er juin 2005
  15. (en) Swiss Machine Tops Shishapangma in 10.5 Hours sur alpinist.com
  16. (en) The Running Man: Ueli Steck sur climber.com
  17. Ueli Steck Annapurna et Shishapangma a t-il vraiment fait ces sommets ? sur altissima.org
  18. (en) [PDF] Fatalities - Shisha Pangma