Sheng-Yen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sheng-Yen
聖嚴

Naissance 22 janvier 1930
Décès 3 février 2009
Sheng-Yen, Taipei, Taiwan
École/tradition Chan (bouddhisme), Caodong, Linji
Célèbre pour Promotion de la pratique et de l'étude du Bouddhisme Chinois
Citation 心安平安


Sheng-yen (聖嚴; Pinyin: Shèngyán, nom de naissance Zhang Baokang, 張寳康) (3 janvier 1930 – 3 février 2009) fut un moine et érudit bouddhiste qui figure parmi les principaux enseignants contemporains du bouddhisme chinois Chan (japonais: Zen).

Fondateur de l'organisation bouddhiste taïwanaise nommée la Montagne du Tambour du Dharma (anglais: Dharma Drum Mountain, chinois: 法鼓山), il est descendant de 3e génération de maitre Hsu Yun, et par ce biais, 57e descendant de la tradition Linji (japonais: Rinzai). Dans l'école Caodong (japonais: Soto), Sheng-yen est 52e descendant de maître Dongshan (807-869) et descendant direct de maître Dongchu (1908–1977).

Sheng-yen est reconnu comme un des moines ayant joué un rôle majeur dans la résurgence du bouddhisme chinois et son adaptation aux profondes mutations d'un monde moderne sous influence occidentale. A Taïwan, Sheng-yen figure parmi les quatre principaux maîtres bouddhistes contemporains aux côtés des maîtres Hsing Yun, Cheng Yen et Wei Chueh. Détenteur d'un doctorat en littérature bouddhiste obtenu à l'université Rissho au Japon, Sheng-yen est considéré comme un des grands érudits et pédagogues de la tradition bouddhiste chinoise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né près de Shanghai en Chine Continentale, Maître Sheng-yen devint un moine Bouddhiste à l'âge de 13 ans. Afin d'échapper aux campagnes de persécutions religieuses menées par la République populaire de Chine, il fut contraint de se rendre à Taïwan en 1949 en s'engageant brièvement dans une unité de l'Armée Nationaliste. Il redevint un moine en 1959 et, en 1961, commença une retraite solitaire au sud de Taïwan. Au terme de cette retraite qui dura sept ans, Sheng-yen se rendit au Japon pour obtenir un master (1971) ainsi qu'un doctorat (1975) en littérature Bouddhiste à l'Université Rissho. En 1975, Il devint l'abbé du monastère Nong Chan à Taïwan et fonda en 1980 l'institut de la culture Bouddhique Chung-Hwa à New-York. Entre 1985 et 1989 il fonda l'institut d'étude Bouddhique Chung-Hwa à Taipei ainsi que la Fondation Internationale «Dharma Drum Mountain» (法鼓山), une organisation consacrée à l'étude, la pratique et la promotion du bouddhisme à Taïwan et dans le monde.

À partir de 1975, il commença à enseigner aux États-Unis et établit un centre de méditation Chan dans le Queens à New York ainsi que son centre de retraite situé à l'écart de la ville, à Pine Bush, en 1995. Il visita également de nombreux pays Européens, dont la Grande-Bretagne, l'Allemagne, la Russie ainsi que des pays d'Europe de l’Est, des régions du globe où il implanta de nombreux monastères tout en continuant d'enseigner dans divers pays asiatiques, particulièrement à Taïwan. C’était aussi un ardent défenseur de l’environnement. Reconnu comme un enseignant habile des pratiques méditatives, Sheng-yen transmit le Dharma à plusieurs de ses disciples occidentaux laïcs, parmi eux en trouve entre autres, Simon Child, Max Kalin et Zarko Andricevic.

Bien qu'il continua de donner des conférences au cours de plusieurs retraites à Taïwan, la santé de Sheng-yen fut mauvaise au cours des dernières années de sa vie. Il déclina une transplantation du foie, déclarant qu'il n'espérait plus pouvoir vivre pour très longtemps et préférait voir la transplantation offerte à quelqu'un de plus jeune.

Décès[modifier | modifier le code]

Sheng-yen mourut d'une insuffisance rénale le 3 février 2009 alors qu'il revenait de l'hôpital de l'Université nationale de Taïwan. Conformément à la méthode est-asiatique de calcul de l'âge, l’organisation Dharma Drum Mountain annonça la mort de Sheng-yen à l'âge de 80 ans (79 ans en utilisant la méthode de calcul occidentale).