Seyni Kountché

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Seyni Kountché
Image illustrative de l'article Seyni Kountché
Fonctions
Président du Conseil militaire suprême de la République du Niger
15 avril 197410 novembre 1987
Premier ministre Mamane Oumarou
Hamid Algabid
Prédécesseur Hamani Diori
(président de la République)
Successeur Ali Saibou
Biographie
Date de naissance 1er juillet 1931
Lieu de naissance Fandou (Afrique-Occidentale française)
Date de décès 10 novembre 1987 (à 56 ans)
Lieu de décès Paris (France)
Nationalité nigérienne
Diplômé de École de formation des officiers ressortisants des territoires d'outremer ( EFORTOM ) à Fréjus.
Profession Militaire

Seyni Kountché
Chefs d'État nigériens

Seyni Kountché (1931-1987), de l'ethnie Djerma, est un militaire nigérien, chef de l'État (président du Conseil militaire suprême) de 1974 à sa mort en 1987.

Formation militaire[modifier | modifier le code]

Issu de la famille princière Zarmakoy Tondikandie, il est né le 1er Juillet 1931 à Damana Fandou. Comme beaucoup d’enfants de troupe de l'Afrique-Occidentale française (AOF), il entre à treize ans à l'école de Kati au Mali en 1944, puis à celle de Saint-Louis du Sénégal. Il a servi en Indochine et en Algérie, et est devenu sergent en 1957. Peu après l'accession de son pays à l'indépendance le 3 août 1960, il intègre les nouvelles forces armées nigériennes en 1961. Après avoir suivi l'École de formation des officiers à Paris, il devient sous-personnel des forces armées nigérienne en 1965, puis chef d'état-major en 1973.

Pendant cette période, le Niger, pays nouvellement indépendant doit faire face à de nombreux problèmes économiques et politiques. Le pays est alors gouverné par un parti unique mené par Hamani Diori. Le parti d'opposition (Sawaba de Djibo Bakary) est interdit. Une grave sècheresse dure de 1968 à 1974 menant à une famine catastrophique. Le gouvernement en place ne peut pas mettre en application les réformes nécessaires pour faire face à la famine. L'économie du pays demeure faible en dépit de l'exploitation des grandes réserves d'uranium à Arlit dans le nord du pays. Des ministres du gouvernement détournent les stocks d'aide alimentaire envoyés par la croix rouge et d'autres aides humanitaires.

Un régime militaire d'exception[modifier | modifier le code]

Le 15 avril 1974, Kountché arrive au pouvoir par un coup d'État.

Des tentatives de coups d'État marquent les cinq premières années du régime de Kountché, en août 1975, puis en mars 1976 et en octobre 1983. Les instigateurs de ces putschs manqués sont le commandant Bayere Moussa et Ahmed Moudour, secrétaire général de l'Union des Travailleurs nigériens. La tentative de coup d'État de 1983 est perpétrée par son homme-lige, Amadou Oumarou dit "Bonkano". Tous échouent.

Kountché, désireux d'ouvrir le gouvernement aux civils, permet à quatre d'entre eux de devenir secrétaires d'État au gouvernement lors du remaniement de juin 1975. Il augmente également leur nombre au sein du CMS en 1981. En 1982, des préparations sont entreprises pour former une constitution du gouvernement. Le 23 janvier 1983, un Premier ministre civil, Oumarou Mamane, est nommé.

En janvier 1984, il établit une commission pour rédiger un document pré-constitutionnel nommé Charte nationale, qui a été éprouvé plus tard dans le référendum national. La Charte prévoit la création d'établissements non-électifs et consultatifs aux niveaux national et local. Malgré l'ouverture de l'État aux civils, le régime reste fortement militaire, "policier" et les droits de l'homme sont souvent violés.

Grâce à la manne de l'uranium, les salaires des travailleurs connaissent une légère augmentation. Malgré tout, des efforts d'ajustements économiques sont empêchés par la répétition de la sècheresse en 1984-1985 et par la fermeture de la frontière avec le Nigéria de 1984 à 1986. La dépendance du pays à l'égard de l'aide alimentaire et financière extérieure augmente et des relations importantes se nouent avec les États-Unis.

C'est à cette période que des tensions s'installent entre le Niger et la Libye, le Niger accusant Mouammar Kadhafi, d'encourager et d'aider les Touaregs à prendre les armes contre le régime de Kountché. En mai 1985, des incidents éclatent entre l'armée nigérienne et des Touaregs à Tchin-Tabaraden.

Jusqu'à sa mort, malgré plusieurs tentatives de coups d'État, le général Seyni Kountché aura régné en maître absolu de l'État et des Forces armées, concentrant les trois fonctions les plus importantes du pays puisqu'il était : président de la République, ministre de l'Intérieur et ministre de la Défense.

Vers la fin de l'année 1983, il commence à avoir des problèmes de santé qui s'aggravent. Il meurt le 10 novembre 1987 dans un hôpital parisien, la Pitié Salpétriere, d'une tumeur au cerveau. Ali Saïbou, chef d'état-major de Kountché lui succède à la tête de l'État, nommé par le CMS.