Service canadien du renseignement de sécurité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

45° 26′ 15″ N 75° 36′ 50″ O / 45.4374, -75.614 ()

Le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) ou Canadian Security Intelligence Service en anglais (CSIS, prononcé /ˈsiːsɪs/ ou « sicice ») est le principal service de renseignements du Canada. En 1984, il a remplacé l’ancien département de sécurité de la gendarmerie royale du Canada.

Description[modifier | modifier le code]

Sa mission inclut :

ainsi que la recherche, l’analyse et la production nécessaires pour faire face aux défis technologiques.

Le SCRS, qui compterait actuellement 2 500 employés, travaille en étroite collaboration avec ses agences sœurs des États-Unis (CIA, FBI et NSA), de Grande-Bretagne (MI5), d’Australie et de bien d'autres pays.

Au niveau domestique, le SCRS collabore étroitement avec le Commandement des Forces d'opérations spéciales du Canada (Forces canadiennes) et le Centre de la sécurité des télécommunications, tous deux sous le Ministère de la Défense nationale; il entretient aussi des relations avec la Gendarmerie royale du Canada, bien que ces relations aient déjà été tendues (notamment avec l'affaire d'Air India).

Histoire[modifier | modifier le code]

En juin 2006, sur information reçue du FBI, avec l’aide de la GRC et de différents corps policiers provinciaux, il participe à une importante opération qui mène à l’arrestation de plusieurs présumés terroristes en Ontario[1].

Le SCRS aurait été renseigné sur l'attentat d'Air India[2].

En juillet 2009, le CSARS oblige le SCRS à montrer ses documents relativement à ses agissements ayant notamment mené à l'arrestation d'Abousfian Abdelrazik au Soudan en 2003[3].

Directeurs[modifier | modifier le code]

  • 1994 à 2004 : Ward Elcock
  • 2004 à 2009 : Jim Judd
  • 2009 à nos jours : Richard B. Fadden

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Harper était visé, Le Devoir, 7 mai 2006
  2. Jim Brown : Attentat d'Air India: le SCRS était-il au courant? | Actualités | Cyberpresse
  3. La Presse canadienne, « Torture - Le SCRS est sommé d'ouvrir ses livres », Le Devoir,‎ 31 juillet 2009 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]