Agence nationale de renseignements

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Agence nationale de renseignements (ANR) constitue le service de renseignement gouvernemental de la République démocratique du Congo. À la différence de nombreux pays, l’agence cumule les fonctions de service de renseignement intérieur et extérieur[1]. Toute puissante en RDC, l'ANR est fortement critiquée pour son non-respect des droits de l'homme par différentes organisations[1].

Son quartier général est situé dans la commune de la Gombe, à Kinshasa, et est contigu au Palais de la Nation, résidence officielle du président de la République démocratique du Congo.

Historique[modifier | modifier le code]

Créée début 1997, l'ANR constitue d'abord le service de renseignement de l’AFDL, coalition rebelle, dirigée par Laurent-Désiré Kabila qui renversa Mobutu Sese Seko au terme de la Première Guerre du Congo. En mai 1997, lors de l'entrée des troupes rebelles à Kinshasa, l’agence prend possession des locaux de l'ancien Service national d'intelligence et de protection (SNIP), renommé en 1996, Direction générale de la sûreté nationale (DGSN)[1].

Placé, durant la présidence de Laurent-Désiré Kabila, sous la direction du Comité de sécurité d'État, l'ANR retrouve une certaine autonomie avec l'avènement de Joseph Kabila. À noter, par ailleurs, qu'à la différence des autres institutions et forces de sécurité congolaises, l'ANR n'a jamais été concerné par l'obligation d'intégration de membres des ex-forces rebelles congolaises (MLC, RCD-Goma, etc.) prévue par les accords de Prétoria de 2003.

Organisation[modifier | modifier le code]

Structure de l’ANR[modifier | modifier le code]

L’ANR s’organise en trois départements, eux-mêmes subdivisés en directions, divisions, sections et bureaux. Chaque département a, à sa tête, un administrateur principal (AP)[2].

  • le Département de la Sécurité Extérieure (ANR/DSE) est chargé du renseignement extérieur ;
  • le Département de la Sécurité Intérieure (ANR/DSI) est responsable du renseignement intérieur et de la sécurité de l’État et travaille en collaboration avec les services concernés du parquet et de la police nationale ; le département s'organise en directions provinciales et en directions spécialisées, à l'instar de la Direction spéciale des investigations et recherches (DSIR), unité soupçonnée d’être impliquée dans l’arrestation de journalistes et d’opposants politiques[3] ;
  • le Département d’appui (ANR/DA) constitue les services généraux de l'ANR et est notamment chargé de l'appui logistique aux services « déconcentrés » dans les provinces.

Administrateur général de l'ANR[modifier | modifier le code]

L'Agence nationale de renseignements est dirigée par un administrateur général (AG), qui dépend directement du président de la République. Il est secondé dans sa tâche par un administrateur général adjoint et par des administrateurs principaux. Il était par ailleurs, sous la présidence de Laurent-Désiré Kabila, membre de droit du Comité de sécurité d'État.

Liste des dirigeants de l'ANR[4]
Nom Mandat Notes
Administrateurs généraux
Paul Kabongo Misasa
Début 1997-
21 août 1997
Responsable sécurité au Conseil exécutif de l'AFDL, il est arrêté le 21 août 1997
Clément Kibinda
23 août 1997-
7 septembre 1997
Arrêté quelque temps après sa destitution, il est par la suite nommé conseiller à la présidence
Séverin Kabwe
7 septembre 1997-
8 mars 2001
Proche de Laurent-Désiré Kabila, il est blessé par balles dès octobre 1997, son état de santé fragile laisse alors le champ libre à son adjoint Georges Leta Mangasa
Didier Kazadi Nyembwe
8 mars 2001-
30 mars 2003
Suspendu en novembre 2002 après avoir été cité dans le rapport de l’ONU sur le pillage des richesses naturelles en République démocratique du Congo, sera réintégré par la suite
Lando Lurhakumbirwa
30 mars 2003-
11 mars 2006
Mira Ndjoku Manyanga[5]
11 mars 2006-
5 février 2007
Ancien commandant de la Garde civile sous Mobutu Sese Seko, ministre de l'Intérieur entre avril 2001 et novembre 2002
Jean-Pierre Daruwezi Mokombe
5 février 2007-
11 septembre 2011
Membre du PPRD, il est nommé le 5 février 2007 vice-ministre à la sécurité et administrateur général de l'ANR, avant d'être nommé, le 11 septembre 2011, ministre de l'Économie nationale
Kalev Mutond[6]
27 octobre 2011-
Ancien administrateur principal de la DSI sous la direction de Jean-Pierre Daruwezi Mokombe
Administrateurs généraux adjoints
Georges Leta Mangasa
7 septembre 1997-
7 février 2001
Arrêté dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat de Laurent-Désiré Kabila, il est condamné à l'issue de son procès en octobre 2002 à la peine capitale[7]
Alain Munanga
11 mars 2006-
février 2007
Ancien commandant militaire du MLC
Adam Mathe Sirimuhigo
février 2007-
11 juillet 2008
Ancien administrateur principal de la DSI sous la direction de Myra Ndjoku Manyanga, il est arrêté pour corruption
Kadegue
11 juillet 2008-
27 octobre 2011
Inzun Kakiak
27 octobre 2011-

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]