National Post

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
National Post
Image illustrative de l'article National Post

Pays Drapeau du Canada Canada
Langue Anglais
Périodicité Quotidienne
Format Grand format
Genre Généraliste
Prix au numéro 1,90 $ CA
Diffusion 203 781 ex. (2007)
Fondateur Conrad Black
Date de fondation 1998
Ville d’édition Toronto

Propriétaire Postmedia Network
Rédacteur en chef Doug Kelly
ISSN 1486-8008
Site web nationalpost.com

Le National Post est un quotidien national canadien anglophone. Son siège social se situe à Toronto. Il est de sensibilité conservatrice et pro-israélienne.

Tous les jours, le quotidien est accompagné de plusieurs suppléments, dont le Financial Post, supplément d'actualité économique et financière, le Post Sport, supplément sportif, et le Arts & Life, un supplément d'informations culturelles.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Post a été fondé en 1998 par Conrad Black pour combattre ce qu'il percevait comme une tendance trop libérale (au sens nord-américain du terme, soit progressiste, voire de gauche) dans les politiques éditoriales des journaux canadiens. Black bâtit le nouveau journal autour du Financial Post, un journal d'affaires torontois déjà existant, qu'il acheta à la compagnie Sun Media en 1997. (Le nom Financial Post a été retenu pour la section affaires du National Post.)

Depuis le début, le Post a prôné des positions solidements conservatrices ; sa page éditoriale publie régulièrement des articles d'opinion de plusieurs conservateurs, néo-conservateurs et libertariens éminents, autant américains que canadiens, incluant Diane Francis, Ann Coulter, Mark Steyn et David Frum.

En 2001, le quotidien fut vendu à Canwest, dirigé par Israel Asper jusqu'à sa mort en 2003. Canwest et le Post sont actuellement gérés par les fils d'Asper, Leonard Asper et David Asper. Les Asper avouent ouvertement qu'ils contrôlent le contenu éditorial de leurs quotidiens, les utilisant pour diffuser leurs propres opinions.

Le National Post a pris part aux débats relatifs au conflit israélo-palestinien dans une perspective néo-conservatrice et pro-sioniste, ce qui lui a valu des démêlés avec le congrès islamique canadien.

Le père Raymond J. de Souza contribue régulièrement au journal en tant que chroniqueur culturel.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]