Serpentinite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Serpentinite polie

La serpentinite est une roche métamorphique. Elle tire son nom de son aspect semblable à celui d'écailles et provoque une sensation particulière au toucher, qui ont pu faire évoquer la peau du serpent. Elle ne doit cependant pas être confondue avec la serpentine, qui est un nom générique qui recouvre plusieurs espèces minérales.

Il s'agit d'une roche jaunâtre à verdâtre (voire vert sombre) ou présentant des inclusions verdâtres (forme porphyrique). Surtout constituée (plus de 75 %) d'antigorite (phyllosilicate magnésien). Cette roche provient de l'altération d'une péridotite en présence d'eau.

La serpentinite est une roche peu dure (dureté : de 4,0 à 5,0), de masse volumique : de 2,5 à 2,6 g/cm³

Composition[modifier | modifier le code]

Cette roche peut notamment contenir en diverses proportions les minéraux suivants :

  • olivine,
  • serpentine
  • pyroxéne (enstatite),
  • magnétite (qui explique son magnétisme),
  • chlorite,
  • brucite, antigorite, lizardite
  • chrysotile (amiante)…

Origine géologique[modifier | modifier le code]

Mode de gisement et association[modifier | modifier le code]

Cette roche apparaît en filons, en petites lentilles ou masses importantes; mais également en association aux péridotites, pyroxénites, gabbros, basaltes des ophiolites et schistes talqueux.

Usages[modifier | modifier le code]

La serpentinite est utilisée dans l’industrie à de multiples usages comme pour les ballasts, matériaux de construction. La serpentine sous sa forme aminate (chrysotile) se retrouve dans l’isolation thermique et électrique. Les formes amiantées peuvent se retrouver dispersées dans l’atmosphère lors de l’extraction de la serpentine et si elle est utilisée pour les revêtements routiers devenir un danger important pour la santé. Cette forme amiantée peut également se retrouver en faible quantité dans les systèmes d’adduction en eau ne fut-ce que par transmission pluviale mais aucun risque pour la santé en cas d’ingestion n’a encore été répertorié, les seuls risques connus sont ceux en cas d’inhalation et plus généralement en cas d’inhalation massive. Dans sa forme naturelle, certaines sortes de serpentine peuvent réagir avec le CO2 et relâcher de l’oxygène en échange, la serpentine est donc un matériau étudié dans le cadre de l’effet de serre et de la capture de carbone.

  • minerais d'amiante chrysotile utilisée dans les tissus ignifuges, les tuyaux en amiante-ciment, les plaquettes de freins, etc.
  • utilisé comme isolant thermique dans certains éléments de centrales nucléaires (dans le 'couvercle' des réacteurs de type RBMK par exemple, pour un usage similaire à celui de l'amiante.


Pierres ornementales[modifier | modifier le code]

Les Maoris de Nouvelle-Zélande sculptent de remarquables objets tirés de la serpentine locale qu’ils nomment ‘’tangiwai’’ (signifiant ‘’larmes’’). En Afghanistan, elle est connue sous le terme de ‘’sang-i-yashm’’ et y est utilisées depuis des siècles. C’est un matériaux aisé à sculpter avec un bon poli et dont le fini luisant est agréable à l’œil. Le ‘’lapis atracius’’ des Romains et connu actuellement sous le vocable de vert antique est un marbre de serpentinite très populaire comme pierre de parement. Durant l’Antiquité, il était extrait à Casambala, Thessalonique, Grèce. Actuellement, les plus fameux sont les marbres verts du Connemara (ou marbre vert irlandais) et le rouge ‘’Rosso di Levanto’’ d’Italie. Son utilisation est limitée à l’intérieur des bâtiments car il supporte mal les intempéries.

Aujourd'hui moins utilisée, la serpentine est omniprésente durant toute l'antiquité et est encore extrêmement utilisée en Orient en remplacement du jade.

Risque/toxicité[modifier | modifier le code]

Risque d'asbestose, comme pour les amiantes, notamment suite au sciage, ponçage, perçage de la roche.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]