Brucite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Brucite
Général
Formule brute H2MgO2Mg(OH)2
Identification
Masse formulaire[1] 58,3197 ± 0,0013 uma
H 3,46 %, Mg 41,68 %, O 54,87 %,
Système cristallin trigonal
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La brucite est la forme minérale de l'hydroxyde de magnésium, de formule chimique Mg(OH)2. C'est un produit courant de l'altération de la périclase dans le marbre ; un filon hydrothermal de basse température dans le calcaire métamorphique et le schiste à chlorite ; elle se forme au cours du processus de transformation de la dunite en serpentinite. La brucite apparaît souvent associée à la serpentine, la calcite, l'aragonite, la dolomite, la magnésite, l'hydromagnésite, l'artinite, le talc et le chrysotile.

Parmi les gisements principaux figurent la mine de chrome dite Wood's Chrome Mine et la carrière de Cedar Hill dans le comté de Lancaster (Pennsylvanie) (États-Unis).

Découverte[modifier | modifier le code]

Cristaux de brucite de la région de Sverdlovsk, Oural, Russie (taille : 10,5 x 7,8 x 7,4 cm).

Elle doit son nom au minéralogiste américain Archibald Bruce (1777-1818), fondateur de l' American Mineralogical Journal[2]. La première description de la brucite paraît en 1824. Elle se présente sous forme de fibres ou de lames de clivage d'indice de direction [1010], ou parfois [1120]. Une forme amianthoïde de brucite porte le nom de « némalite »[3].

Structure cristalline.

Utilisation industrielle[modifier | modifier le code]

La brucite est utilisée comme retardateur de flamme parce qu'elle se décompose en relâchant de l'eau à instar de l'hydroxyde d'aluminium ou des mélanges de huntite et d'hydromagnésite[4],[5].

La brucite constitue également une source de magnésium non négligeable pour l'industrie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. (en) « Archibald Bruce », The Mineralogical Record (consulté le 30 décembre 2012).
  3. Th. Nuttall (1821), American Journal of Science: 4: 18.
  4. (en) T. R. Hull, « The Thermal Decomposition of Huntite and Hydromagnesite - A Review », Thermochimica Acta,‎ 2010, p. 1–11 (lire en ligne)
  5. (en) L.A. Hollingberry, « The Fire Retardant Behaviour of Huntite and Hydromagnesite - A Review », Polymer Degradation and Stability, vol. 95, no 12,‎ 2010 (lire en ligne)