Serpent des blés

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pantherophis guttatus

Description de cette image, également commentée ci-après

Serpent des blés

Classification selon ReptileDB
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Reptilia
Sous-classe Lepidosauria
Ordre Squamata
Sous-ordre Serpentes
Infra-ordre Alethinophidia
Famille Colubridae
Sous-famille Colubrinae
Genre Pantherophis

Nom binominal

Pantherophis guttatus
(Linnaeus, 1766)

Synonymes

  • Coluber guttatusLinnaeus 1766
  • Coluber maculatusBonnaterre 1790
  • Coluber compressusDonndorf 1798
  • Coluber carolinianusShaw 1802
  • Coluber molossusDaudin 1803
  • Coluber pantherinusDaudin 1803
  • Coluber floridanusHarlan 1827
  • Coryphodon PantherinusDuméril, Bibron & Duméril 1854
  • Coluber guttatus sellatusCope 1888
  • Coluber guttatusBoulenger 1894
  • Callopeltis guttatusLoennberg 1894
  • Coluber rosaceusCope 1888
  • Pantherophis guttatusUtiger et al. 2002
  • Elaphe guttataGibbons & Dorcas 2005
  • Pituophis guttatusBurbrink 2007
  • Pantherophis guttatusCollins & Taggart 2008[1]

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Pantherophis guttatus, le Serpent des blés, est une espèce de serpents de la famille des Colubridae[2].

Distribution[modifier | modifier le code]

Cette espèce est endémique des États-Unis[2]. Elle se rencontre en Louisiane, en Arkansas, au Mississippi, en Alabama, en Floride, en Géorgie, en Caroline du Sud, en Caroline du Nord, au Tennessee, au Kentucky, en Virginie, en Virginie-Occidentale, au Maryland, au Delaware, au New Jersey et en Pennsylvanie.

Elle a été introduite aux Antilles, aux îles Caïmans, aux îles Vierges, à Anguilla, à Antigua et à Saint-Barthélemy.

Habitat[modifier | modifier le code]

Pantherophis guttatus vit dans les champs dont la végétation est abondante, à l'orée des forêts ou encore dans les bâtiments abandonnés ou rarement utilisés. On le rencontre à partir du niveau de la mer jusqu'à une altitude d'environ 1800 mètres. Généralement, ces serpents restent à terre, mais ils sont néanmoins capables de monter aux arbres, sur des escarpements rocheux ou sur d'autres surfaces en hauteur[3].

Dans les régions les plus froides, ces serpents hibernent durant la mauvaise saison. Toutefois, dans les climats plus tempérés le long de la côte, ils se réfugient dans des fissures rocheuses ou sous des souches de bois lorsqu'il fait froid, mais sortent pendant les jours chauds pour profiter de la chaleur du soleil[4]. Quand il fait froid, ils sont moins actifs et chassent moins.

Description[modifier | modifier le code]

Le serpent des blés a une couleur de fond orangée, son dos est parsemé de taches rouges (appelées « selles »), bordées de noir. La face ventrale représente généralement un damier blanc et noir. Il est de taille moyenne, entre 75 et 120 cm avec un record à 183 cm[5][6].

Sa distribution étant assez vaste, le phénotype peut changer selon les endroits où il se trouve. Par exemple dans le comté de Jasper, en Caroline du Sud, il a été trouvé plusieurs serpents des blés avec des couleurs plus intense et des pourtours noirs plus large, cette variante a été nommé Okeetee (en référence à l'Okeetee Hunt Club, lieu de sa découverte)[7][8].

Ce serpent vit en moyenne entre 6 et 8 ans, mais il peut atteindre 22 ans en captivité[9].

Alimentation[modifier | modifier le code]

Pantherophis guttatus mangeant une souris

Pantherophis guttatus a une alimentation composée principalement de rongeurs, et plus particulièrement de rats et de souris. Il tue ses proies par constriction. Il est un grimpeur hors pair et peut escalader des arbres pour trouver des oiseaux ou encore des chauves-souris, bien qu'il préfère rester au niveau du sol. Comme les portées de jeunes souris sont difficiles à trouver dans la nature, beaucoup de serpents des blés nouveau-nés sont connus pour manger de petits lézards comme premiers repas[10]. Certains individus gardent ce type de régime jusqu'à l'âge adulte.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Jeunes serpents des blés sortant de leurs œufs

Les serpents des blés s'accouplent communément d'avril à juillet. Le mâle courtise la femelle d'abord via des signaux physiques et chimiques, puis la pénètre avec l'un de ses hémipénis. Si la femelle est en période d'ovulation, les ovules seront fécondés. Des réserves de nutriments seront stockés dans les futurs œufs et une coquille sera secrétée. La ponte survient un peu plus d'un mois après l'accouplement, et 12 à 24 œufs sont déposés dans un lieu chaud et humide. Une fois la ponte terminée, la mère les abandonne définitivement. Les œufs sont allongés et possèdent une coquille flexible. Approximativement 8 semaines après la ponte, les jeunes serpents utilisent une écaille spécialisée appelée diamant pour découper une fente dans la coquille, de laquelle ils émergent[11].

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Les trois sous-espèces de Pantherophis guttatus ont été élevées au rang d'espèces : Pantherophis guttatus, Pantherophis emoryi et Pantherophis slowinskii[12].

Pantherophis guttatus était anciennement classé dans le genre Elaphe, mais des études d'Utiger et al. on montré que celui-ci était en fait paraphylétique, ce qui a mené au placement de cette espèce dans le genre Pantherophis[13]. Ce placement et celui de plusieurs espèces voisines dans le genre Pantherophis plutôt qu'Elaphe a été confirmé par des études phylogénétiques approfondies[14],[15].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom de serpents des blés vient du fait que ces animaux chassaient les rats et les souris qui venaient se nourrir dans les récoltes de blés des fermiers[16].

En captivité[modifier | modifier le code]

Serpent des blés anérythristique
Serpent des blés opal

Sa nature docile, le fait qu'il morde rarement, sa taille modérée à l'âge adulte (120 cm environ)[17], ses couleurs et sa maintenance relativement aisée en font un serpent populaire parmi les terrariophiles.

Les serpents des blés élevés en captivité sont généralement nourris de rongeurs disponibles dans le commerce (surtout des souris) par leurs propriétaires. Les jeunes et les plus petits individus peuvent manger des souris ou rats nouveau-nés de tailles variées. La taille des proies grandit avec la taille de l'animal.

Après de nombreuses générations d'élevage sélectif, les serpents des blés se rencontrent dans une vaste variété de couleurs et de motifs. Cela résulte de combinaisons entre allèles de gènes codant pour des protéines impliquées dans le développement, la maintenance ou la fonction de chromatophores (cellules pigmentaires responsables notamment de la couleur de la peau et des yeux). De nouvelles variantes, ou morphes ou phases[18], apparaissent régulièrement, car les éleveurs comprennent de mieux en mieux les phénomènes génétiques impliqués.

Le type le plus couramment rencontré dans la nature, dit « type sauvage » de Pantherophis guttatus est d'un orangé plus ou moins vif, voire tirant sur le gris, avec des bandes rouges cerclées de noir.

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Linnaeus, 1766 : Systema naturae per regna tria naturae, secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis, Tomus I. Editio duodecima, reformata. Laurentii Salvii, Stockholm, Holmiae, p. 1-532 (texte intégral).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://reptile-database.reptarium.cz/species?genus=Pantherophis&species=guttatus&search_param=%28%28taxon%3D%27Colubrinae%27%29%29
  2. a et b Référence Reptarium Reptile Database : Pantherophis guttatus  (en)
  3. Peterson Field Guide - Western Reptiles and Amphibians - 3rd Edition
  4. Reptilian Brumation
  5. http://srelherp.uga.edu/snakes/elagut.htm
  6. http://www.flmnh.ufl.edu/herpetology/fl-guide/pantherophisguttatus.htm
  7. Mais seul le phénotype précis, décrivant la localité, permet d'appeler un serpent par cette localité et non l'endroit où il a été découvert, même s'il est à l'intérieur de la zone de distribution de la localité. Cf [1]
  8. http://scales.kazeo.com/localites/localites,r331247.html cette référence
  9. Corn Snake Fact sheet
  10. (en) « Feeding Corn Snakes » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Corn Snake Information. Consulté le 17 June 2011
  11. http://archives.picardie-nature.org/index.php?action=lecteur&document=259#page16
  12. Burbrink, 2002 : Phylogeographic analysis of the cornsnake (Elaphe guttata) complex as inferred from maximum likelihood and Bayesian analyses. Molecular Phylogenetics and Evolution, vol. 25, n. 3, p. 465-476 (texte intégral).
  13. Utiger, Helfenberger, Schätti, Schmidt, Ruf & Ziswiler, 2002 : Molecular systematics and phylogeny of Old and New World ratsnakes, Elaphe auct., and related genera (Reptilia, Squamata, Colubridae). Russian Journal of Herpetology, vol. 9, n. 2, p. 105–124 (texte intégral)
  14. Burbrink & Lawson, 2007 : How and when did Old World ratsnakes disperse into the New World? Molecular Phylogenetics and Evolution, vol. 43, p. 173-189.
  15. Pyron & Burbrink, 2009. Neogene diversification and taxonomic stability in the snake tribe Lampropeltini (Serpentes: Colubridae) Molecular Phylogenetics and Evolution, vol. 52, p. 524-529 (texte intégral).
  16. http://www.flmnh.ufl.edu/herpetology/fl-guide/pantherophisguttatus.htm
  17. Philippe Gérard, Le Terrarium : Manuel d'élevage et de maintenance des animaux insolites (ISBN 2-915740-07-0)
  18. https://www.cornsnake.net/index.php?option=com_content&view=article&id=193&Itemid=105&lang=en