Septemberprogramm

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Septemberprogramm (Plan de septembre) est un plan établi par le chancelier allemand Theobald von Bethmann Hollweg le 9 septembre 1914, cinq semaines après le début de la guerre.

Alors que l'avancée des troupes allemandes sur les fronts est et ouest semble inexorable, la première bataille de la Marne s'est engagée le 5 septembre. Pour le gouvernement allemand, la victoire semble annoncée. Ce plan détaille les buts de guerre allemands.

C'est un programme expansionniste en Europe qui vise à mettre en place une Mitteleuropa sous domination politique et économique allemande. Ce programme connaît une réalisation partielle à la suite de la révolution russe de novembre 1917 et la paix de Brest-Litovsk qui en découle mais les reculs de l'armée allemande et de ses alliés, la situation insurrectionnelle et l'armistice de novembre 1918 en sonneront définitivement le glas.

Contexte[modifier | modifier le code]

Établi le 9 septembre 1914, ce programme non seulement définit les objectifs politiques, économiques du chancelier sur les frontières occidentales du Reich, mais reprend les objectifs des dirigeants politiques militaires du Reich et des milieux économiques[1].

La définition des buts de guerre allemands[modifier | modifier le code]

Le programme de Septembre assigne au conflit qui débute des objectifs de différentes natures, afin d'assurer au Reich une sécurité aussi bien politique, qu'économique et militaire sur ses frontières occidentales et orientales[2].

Buts politiques[modifier | modifier le code]

De larges régions limitrophes sont promises à une incorporation au Reich, même si la liste de ces régions constitue une pomme de discorde entre les acteurs politiques du Reich. En tout cas, l'annexion du bassin du Briey, en Lorraine française, de Liège et de Verviers en Belgique, ainsi que la transformation du Luxembourg, agrandi du Luxembourg belge, en état fédéré au sein du Reich, font l'objet d'un large consensus[3].

Au terme de ces annexions, la France et la Belgique seraient placées sous une étroite dépendance allemande[4].

Buts militaires[modifier | modifier le code]

Le principal adversaire militaire du Reich étant la France, une attention toute particulière est portée sur le démantèlement des capacités militaire de la France : tout d'abord, souhaitant ne pas rééditer l'erreur de Bismarck, Bethmann-Hollweg propose la mise en place du versement d'une indemnité de guerre sur de nombreuses années, afin d'empêcher la France de consacrer des sommes importantes à son réarmement[5].

Buts économiques[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. F.Fischer, Les Buts de guerre de l'Allemagne Impériale, p.115.
  2. F.Fischer, Les Buts de guerre de l'Allemagne Impériale, p.113.
  3. F.Fischer, Les Buts de guerre de l'Allemagne Impériale, p.113.
  4. F.Fischer, Les Buts de guerre de l'Allemagne Impériale, p.113.
  5. F.Fischer, Les Buts de guerre de l'Allemagne Impériale, p.113.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Fritz Fischer, Les Buts de guerre de l’Allemagne impériale (1914-1918), trad. de Geneviève Migeon et Henri Thiès, préface de Jacques Droz, Éditions de Trévise, Paris, 1970, 654 p.


Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]