S.A.S. (série littéraire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir SAS.

S.A.S. est une série de romans d'espionnage (200 ouvrages publiés entre 1965 et octobre 2013) écrite par Gérard de Villiers, parfois qualifiés de « romans de gare » à cause de leur style léger et de leur lecture rapide. La série est intitulée ainsi en référence au prédicat honorifique Son Altesse Sérénissime du héros de la collection, Malko Linge.

Sommaire

Contenu et caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le héros de la collection, Malko Linge est un agent de la CIA et un prince autrichien, propriétaire du château de Liezen[1] et fiancé à Alexandra, une blonde sulfureuse. La référence au Special Air Service n'est pas loin car Malko est un soldat souvent envoyé en territoire ennemi.

Ces romans ont la particularité de mêler voyages exotiques, sexe et intrigue policière ultra-violente. Les propos sont parfois considérés comme racistes envers certaines populations, ou plus exactement certaines cultures. La cible privilégiée de Gérard de Villiers est le communisme, mais on a vu Malko combattre avec une égale conviction des néonazis, des escadrons de la mort et toutes sortes de méchants, dépeints sans complaisance. De même, bien que Malko soit agent de la CIA, certaines dérives de cette organisation ou de la politique extérieure des États-Unis ne sont pas tues. Chaque roman colle au plus près de l'actualité immédiate.

Chaque ouvrage donne l'impression que l'auteur fait preuve d'une grande précision documentaire et d'une connaissance privilégiée de la géopolitique. Le lecteur peut avoir l’impression d’une découverte, d’une plongée dans la réalité, que lui dissimuleraient les médias.

Plusieurs romans concernent des coups d'État ayant eu lieu (L'ordre règne à Santiago), ou ayant avorté (Putsch à Ouagadougou) ; d'autres évoquent l'assassinat programmé de personnalités politiques de premier plan (Kill Henry Kissinger ! (SAS n°34), Mort à Gandhi (SAS n°81), Tuez Rigoberta Menchu (SAS n°110), Tuez le Pape (SAS n°142), Tuez Iouchtchenko (SAS n°158).

Le tome 194 se termine sur un coup de théâtre venu de Malko, qui prend une décision lourde de conséquence pour la suite de sa carrière et marque ainsi un tournant dans sa manière de concevoir ses missions.

Le dernier épisode : La vengeance du Kremlin (numéro 200) est tout à fait représentatif de la véracité des informations de l'auteur et de la qualité de ses enquêtes. Dans cet épisode en effet, il est question du suicide d'un oligarque russe, Boris Berezovski, réfugié à Londres. L'enquête menée par Malko conclut à un meurtre, contrairement à la version officielle. Cinq mois après la publication de cette aventure, la justice britannique reconnaît que l'éventualité d'un meurtre n'est pas à écarter[2].

Publication[modifier | modifier le code]

D'après un article[3] paru dans l'édition du 3 janvier 2007 du journal Libération, chaque volume serait tiré à plus de 200 000 exemplaires à sa sortie. Gérard de Villiers publiant cinq ouvrages par an, et tous les stocks étant rapidement épuisés au bout de quelques mois chez les revendeurs agréés, Gérard de Villiers vendrait ainsi plus d'un million d'exemplaires par an.

Les romans, qui ont été publiés par Plon puis par les éditions Gérard de Villiers, paraissent au rythme de quatre par an à partir de 1969 puis cinq par an à compter de 2007 ; ils sont vendus en librairie (notamment dans les gares) ou par abonnement. Des recueils thématiques de plusieurs romans sont également disponibles, ainsi qu'une anthologie de passages érotiques.

À plus de 80 ans, Gérard de Villiers continuait à sillonner le monde avant d'écrire chaque épisode de la série. Un voyage s'est notamment déroulé au 2e trimestre 2012 au Mali, en vue de la préparation du tome 195 Panique à Bamako[4]. À l'occasion de la parution de cet ouvrage, Jeune Afrique a mis en ligne une longue interview de Gérard de Villiers (écrite et en vidéo)[5].

Un article de janvier 2013 paru dans The New York Times revient aussi sur la longue et prolifique carrière de l'auteur[6] et sur l'intérêt que portent les services secrets du monde entier à ses écrits. En effet, certains des évènements décrits dans les aventures de Malko se sont étrangement reproduits, parfois presque à l'identique. Ainsi Le Chemin de Damas, tomes 1 et 2 parus en 2012 est considéré comme prophétique. Le quotidien y déclare entre autres : « (Le roman) décrit une attaque visant un des centres de commandement du régime syrien, près du palais présidentiel à Damas, un mois avant qu'une attaque en tout point semblable ne tue plusieurs cadres du régime, s'enthousiasme l'auteur de l'article. C'était prophétique, m'a confié un spécialiste du Moyen-Orient, fin connaisseur de la Syrie, qui préfère ne pas être nommé. Ce livre vous donne une vision claire de l'ambiance qui règne au sein du régime, de la façon dont les acteurs agissent, d'une façon que je n'avais jamais vue auparavant. »[7]

En octobre 2013 paraît le 200e et dernier épisode de la série, l'auteur étant décédé le 31 octobre 2013 et ne souhaitant pas que son héros lui survive[8].

Depuis le début de la série, le succès était au rendez-vous. On estime qu'entre 120 et 150 millions d'exemplaires de SAS ont été ainsi vendus[9].

Couverture des livres[modifier | modifier le code]

Les toutes premières couvertures étaient blanches avec un dessin simple au trait, toujours le même, et un titre écrit en majuscules, très semblables dans leur design à celles des James Bond de la même période. Les quatre premiers titres furent lancés en même temps, accréditant l'idée d'une série destinée à durer. Les dos des premières éditions comportaient la silhouette de James Bond.

Les couvertures des éditions récentes sont noires et comportent la photographie d'une femme munie d'une arme à feu. Cette photographie est détourée selon la forme des initiales SAS (et pour l'édition allemande avec la seule lettre M - pour Malko). La personne photographiée peut évoquer un personnage du livre, sans être pour autant en relation avec le titre (par exemple sur la couverture des Amazones de Pyongyang est visible l'une des Nord-Coréennes auxquelles fait référence le titre, L'Ange de Montevideo expose une femme qui se déguise en religieuse, La Blonde de Pretoria présente une femme noire et brune).

Plus tard, dans les années 2000, un commentaire succinct écrit de la main de Gérard de Villiers à l'encre dorée apparaît sous la photo.

Parmi les différents photographes ayant collaboré à ces couvertures on peut citer Helmut Newton, Francis Giacobetti et plus récemment Thierry Vasseur[10]. Depuis 2010, le photographe Christophe Mourthé a repris la série.

Éditions étrangères[modifier | modifier le code]

En Italie les traductions sont publiées par Arnoldo Mondadori Editore dans la collection Segretissimo (it).

En 2014, Vintage Books publie deux romans SAS en américain, The Madmen of Benghazi (Les Fous de Benghazi) et Chaos in Kabul (Sauve-qui-peut à Kaboul). Le traducteur est William Rodarmor.

Publicité[modifier | modifier le code]

L'auteur fait assez fréquemment de la publicité pour certaines marques[note 1]. Au début, il s'agissait uniquement de promouvoir une compagnie aérienne scandinave dont le sigle (S.A.S.) était identique à celui de la série :

Magie noire à New York, 1968, chapitre V, pages 34–35 :

« En dépit du confort du DC-8 des Scandinavian Airlines qui l’avait amené de New York à Copenhague en six heures, il n’avait pas fermé l’œil de la nuit, tournant et retournant son problème dans sa tête. Le copieux petit déjeuner servi par une belle hôtesse blonde ne l’avait pas remis d’aplomb. … Dans une chambre de repos mise à la disposition des passagers par les Scandinavian Airlines, il avait pris une douche et s’était rasé. Deux heures plus tard somptueusement enfoncé dans un fauteuil de première d’une Caravelle de la Scandinavian, il décollait pour Vienne. Même le repas gastronomique n’avait pas réussi à lui rendre son allant. C’était pourtant bon de retrouver la viande cuite à l’européenne, du vin vieux - il avait vidé presque entièrement une bouteille de Mouton Rothschild 1955 - et le service impeccable d’un grand palace. »

Après Malko voyage sur UTA :

Escale à Pago-Pago, 1969, chapitre I, page 8 :

« La Nouvelle-Calédonie, c'était déjà le bout du monde, mais enfin les confortables DC-8 de l'UTA vous y emmenaient facilement d'Europe ou de Los-Angeles. »

Idem, chapitre III, page 21[11] :

« Vingt-huit heures de jet, même dans les DC-8 confortables de l'UTA, cela secouait un homme. »

De nos jours, une compagnie aérienne française fait voyager Malko.

Voir Malte et mourir, 1979, chapitre II, page 14 :

« Pour tromper son attente, Malko se plongea dans un dépliant posé sur la table. « Air France Vacances ». Cela lui donna brutalement envie de partir. De s’évader de ce petit bureau et de sa vie pleine de contraintes et de dangers. Il parcourut le document. Aux prix proposés par Air France, il pouvait même emmener Krisantem. 2 000 frs pour les Antilles, 990 frs pour Athènes, 1 100 frs pour Istanbul, tout cela au départ de Paris-Roissy. C’était un moyen élégant de remercier le Turc de ses bons et loyaux services, sans le forcer à prendre un charter à la fiabilité douteuse. Il acheva de lire le dépliant stupéfait. A son retour de Malte, il pourrait aller faire un saut à New York en repassant par Paris, pour 1 900 frs ! Moins de 400 dollars. C’était incroyable de pouvoir s’offrir de tels prix alors que tout augmentait partout. »

Le prince Malko Linge a pendant longtemps fait la promotion d'une marque de champagne. Aujourd'hui, il vante les mérites d'une société française qui vend des équipements aux professionnels de la sécurité.

Adaptations au cinéma et en bandes dessinées[modifier | modifier le code]

La série a connu deux adaptations au cinéma : (S.A.S. à San Salvador, par Raoul Coutard en 1982, et SAS : L'Œil de la veuve par Andrew V. McLaglen en 1991).

Certains romans ont par ailleurs fait l'objet d'adaptations en bande dessinée.

D'abord par les éditions Arédit/Artima dans la série Flash espionnage :

  • Samba pour SAS – 1973[12]
  • SAS à Istanbul – 1976
  • Opération apocalypse - 1977

Puis par les éditions Glénat[13] :

  1. Pacte avec le diable (2006)
  2. Le Sabre de Bin-Laden (2006)
  3. Mission Cuba (2007)
  4. Bin Laden, la traque (2007)
  5. Polonium 210 (2008)
  6. L’Espion du Vatican (2008)

Titres de la série[modifier | modifier le code]

SAS à Istanbul[modifier | modifier le code]

  • no 1
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1965
  • Lien interne : Istanbul
  • Résumé : Un sous-marin nucléaire américain le USS Memphis a disparu en manœuvre dans les eaux du Bosphore. Un sous-marin non identifié se trouvant à proximité a été coulé par le USS Skylark. Malko Linge est envoyé en Turquie pour enquêter sur cette disparition. Il engage un chauffeur (tueur à gages à l'occasion) : Elko Krisantem. Celui-ci subit un interrogatoire de la part de deux compères venus aider Malko : Chris Jones et Milton Brabeck. Les trois futurs compagnons sont déjà là et connaîtront de nombreuses aventures.

S.A.S. contre C.I.A.[modifier | modifier le code]

  • no 2
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1965
Article détaillé : S.A.S. contre C.I.A..

Opération Apocalypse[modifier | modifier le code]

  • no 3
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1965
  • Lien interne : Apocalypse
  • Résumé : Tacata, un Japonais assez revanchard, intercepte un virus très virulent. Il se propose de venger Hiroshima en contaminant une bonne partie des États-Unis avec l'agent pathogène. Malko, pleinement assisté par Felipe Chano, un courageux sous-commissaire mexicain, va enquêter de Mexico à San Diego en passant par Acapulco pour essayer d'enrayer le triste projet du Japonais.

Samba pour SAS[modifier | modifier le code]

  • no 4
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1966
  • Lien interne : Samba
  • Résumé : La mission de Malko Linge consiste à convaincre « à la régulière » les propriétaires d'une mine de manganèse de traiter sa future exploitation avec les États-Unis. Malheureusement, il n'est pas seul à avoir cet objectif, ses autres « compétiteurs » ayant bien sûr d'autres mandataires moins diplomates. De Rio à Brasilia, puis retour à Rio, heureusement épaulé par un compatriote, Kurt Von Falkenhausen, Malko tentera de déjouer tous les pièges tendus par ses adversaires, pour le moins assez cruels…

Rendez-vous à San Francisco[modifier | modifier le code]

  • no 5
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1966
  • Lien interne : San Francisco
  • Résumé : San Francisco a un gros problème : une partie de la population sombre dans le communisme sans raison apparente. C'est dire le problème ! Le FBI piétine et le responsable de la CIA envoie Malko tirer tout cela au clair. Malko enquête en compagnie de Chris Jones et Milton Brabeck dans les quartiers chinois de San Francisco et de Los Angeles.

Le Dossier Kennedy[modifier | modifier le code]

  • no 6
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1967
  • Lien interne : John Kennedy
  • Résumé : Malko Linge pense passer quelques jours de vacances paisibles dans son château de Liezen en Autriche. Las, la CIA le charge de récupérer un agent double ou triple, voire plus (c'est selon), qui doit atterrir à Vienne. Petite mission au départ, puisque Malko est là « en voisin ». Mais le dossier que « trimbale » Serge Goldman s'avère être de la dynamite et Malko s'en apercevra bien vite, en voyant l'acharnement que mettent tous les services à mettre la main dessus. La mission se déroulera à Vienne, puis à Bratislava en Tchécoslovaquie, puis de nouveau à Vienne.

SAS broie du noir[modifier | modifier le code]

  • no 7
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1967
  • Résumé : à la suite d'une petite erreur de calcul lors de la rentrée d'un de leurs satellites, les États-Unis ont perdu des astronautes dans un pays avec lequel ils sont « en délicatesse » : le Burundi, devenu récemment indépendant et dont la bonne gouvernance des administrations n'est pas encore à l'ordre du jour. C'est dans ces conditions que Malko devra se dépêtrer de nombreux pièges pour tenter de mener à bien sa mission de récupération desdits astronautes. À noter qu'il ne sera pas très aidé par une « couverture » de négociant en diamants qui ne le protège vraiment pas beaucoup…

SAS aux Caraïbes[modifier | modifier le code]

  • no 8
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1967
  • Lien interne : Caraïbes
  • Résumé : Bernon Mitchell, mathématicien spécialisé dans le codage, disparaît lors d'une mission aux Bahamas. Grosse perte pour la sécurité des États-Unis ! La CIA n'est pas complètement convaincue qu'il s'agit de leur agent, lorsqu'on retrouve un cadavre lui correspondant. Malko Linge, alias SAS, se voit offrir par l'Agence des vacances qui seront tout sauf sereines. Big Daddy, mafieux local retranché dans une enclave pour milliardaires, tire les ficelles pour contrecarrer l'enquête de Malko.
  • À la page 106 de l'édition originale, on trouve une coquille dans la note 1 : "Voir : S. A. S. le dossier Keime dy[14]".

SAS à l'ouest de Jérusalem[modifier | modifier le code]

  • no 9
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1967
  • Lien interne : Jérusalem
  • Résumé : Le chef de la CIA à Washington se suicide en se défenestrant. Malko, assisté de Chris et Milton, va devoir aller chercher un début de solution à cette énigme en Suisse. Fait assez rare, un épisode se déroule en France. L'épilogue se déroulera en Sardaigne, à la poursuite d'un émir peu scrupuleux.

L'Or de la rivière Kwaï[modifier | modifier le code]

  • no 10
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1968
  • Lien interne : Le Pont de la rivière Kwaï
  • Résumé : En Thaïlande, Jim Stanford, un ancien agent de la CIA et ami de Malko, a disparu de la circulation. Apparemment nul ne s'en inquiète, mais l'enquête que tente de mener Malko, à Bangkok et Kuala Lumpur, lui attire quand même nombre d'ennuis.

Magie noire à New York[modifier | modifier le code]

  • no 11
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1968
  • Liens internes : Magie noire ; New York
  • Résumé : À New-York, Malko Linge est transformé à son insu en criminel nazi par le KGB, dans l'espoir d'en faire un agent double à la solde des services secrets de l'Est. Étant devenu « criminel nazi », il se fait repérer par le Mossad. Comme il n'a pas envie de trahir l'Ouest, ni de se faire éliminer par les services israéliens, il devra remonter, « à marche forcée » la filière des exilés nazis, via Saint-Tropez, la Jamaïque et Washington pour prouver qu'il est bien lui-même !

Les Trois Veuves de Hong Kong[modifier | modifier le code]

  • no 12
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1968
  • Lien interne : Hong Kong
  • Résumé : Max, un des derniers modèles d'ordinateurs de la CIA (alimenté par des tonnes de cartes perforées) détecte, par recoupements, un possible problème à venir du côté de Hong Kong. Le Coral Sea, porte-avions géant de la 7e flotte, de retour d'opérations au Viêt Nam, va faire escale à Hong Kong dans les jours qui viennent. La Chine communiste de Mao pourrait bien contrarier cette relâche. Mais la menace n'est pas prise au sérieux par l'antenne de la CIA locale ni par les administrateurs anglais de la colonie. Malko est envoyé à Hong Kong pour séparer le vrai du faux dans cette affaire. De Hong Kong à Macao, il pistera un certain Cheng Chang et ses soi-disant veuves qui auraient des renseignements édifiants sur le sujet.

L'Abominable Sirène[modifier | modifier le code]

  • no 13
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1968
  • Résumé : Malko est envoyé au Danemark pour une mission apparemment assez simple : récupérer et protéger un agent double allemand, Otto Wiegand, qui est prêt à passer à l'Ouest. Seulement il y a plusieurs soucis : d'abord c'est un ancien criminel nazi, très mauvais point qui lui va attirer des ennuis avec une Israélienne très motivée. Ensuite un ancien camarade requiert son aide pour un problème d'argent, et enfin les Russes sont également très attachés à sa personne pour éviter des fuites désastreuses sur leur réseau à l'Ouest. Bref tout le monde le veut… sauf sa femme Stéphanie dont il est éperdument fou amoureux mais qui le mène en bateau car elle digère mal qu'il puisse trahir la cause communiste. L'essentiel se déroule dans un joli petit port de pêche danois : Skagen où il vaut mieux ne pas avoir le nez fin…

Les Pendus de Bagdad[modifier | modifier le code]

  • no 14
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1969
  • Lien interne : Bagdad
  • Résumé : Victor Rubin, un agent de la CIA, croupit dans la prison irakienne de Bakouba, attendant son exécution. La CIA veut tout mettre en œuvre pour le sauver. Malko Linge accepte cette mission « humanitaire » et va donc s'infiltrer à Bagdad sous la couverture d'un journaliste autrichien. Il sera confronté à une société irakienne bipolaire : les terrorisés par le régime et les suppôts du régime. Il a bien quelques contacts locaux à activer, et les Kurdes en dissidence pourraient peut-être l'aider.

La Panthère d'Hollywood[modifier | modifier le code]

  • no 15
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1969
  • Liens internes : Panthère ; Hollywood
  • Résumé : À Hollywood, l'agent dormant Gene Shirak est remis en activité. Ancien émigré de Hongrie, il a fait fortune dans le show-biz, et son « réveil » dans la vraie vie ne se passe pas bien. Il enchaîne bourde sur bourde, ce qui éveille les soupçons du FBI et de la CIA. En raison de sa classe naturelle bien connue, Malko est invité à infiltrer discrètement la faune du show-biz afin de découvrir ce qu'il se trame.

Escale à Pago-Pago[modifier | modifier le code]

  • no 16
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1969
  • Lien interne : Pago Pago
  • Résumé : Lors d'une excursion à l’îlot Brosse, au large de la Nouvelle-Calédonie, des touristes découvrent un doigt humain dans l'estomac d'une murène. Le doigt appartient à Thomas Rose, agent de la CIA, qui a disparu en opération dans les îles Fidji, à 1 138 milles de l'îlot Brosse. Comment ce doigt a-t-il pu dériver autant ? C'est ce que Malko doit impérativement découvrir en écumant les Fidji, les îles Samoa, qu'elles soient américaines ou indépendantes

Amok à Bali[modifier | modifier le code]

  • no 17
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1970
Article détaillé : Amok à Bali.

Que viva Guevara[modifier | modifier le code]

  • no 18
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1970
  • Lien interne : Che Guevara
  • Résumé : En Amérique du Sud, la révolution « castriste » est à peu près contenue, sauf apparemment au Venezuela, ce qui fait tache dans les rapports de la CIA. À Caracas, Malko, parce qu’il parle espagnol, est chargé de trouver et de noyauter une cellule castriste pour voir si elle ne manigancerait pas quelque chose de nuisible au monde libre ou s'il ne s'agirait pas d'un regroupement de rêveurs qui pensent que le monde marcherait mieux en suivant l'idéologie communiste.

Cyclone à l'ONU[modifier | modifier le code]

  • no 19
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1970
  • Lien interne : Cyclone ; ONU
  • Résumé : Dans les couloirs de l'ONU, il s'en passe des choses. Comme par exemple le retournement de délégués pour favoriser tel ou tel vote. À New-York, Malko devra contrecarrer les agissement d'un mystérieux adversaire qui détourne du droit chemin, plus ou moins sauvagement, un certain nombre de diplomates, parfois facilement influençables.

Mission à Saïgon[modifier | modifier le code]

  • no 20
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1970
  • Lien interne : Saïgon
  • Résumé : En pleine guerre du Viêt Nam, les Américains veulent remplacer le président en exercice par quelqu'un de plus soucieux de leurs intérêts. Malko est chargé avec le colonel Mitchell de superviser l'opération nommée « Sunrise ». Hélas, à Saïgon comme à Tan Son Nhut, Malko devra se défier d'à peu près tout le monde pour qu'une vérité dérangeante se fasse jour.

Le Bal de la comtesse Adler[modifier | modifier le code]

  • no 21
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1971
Article détaillé : Le Bal de la comtesse Adler.

Les Parias de Ceylan[modifier | modifier le code]

  • no 22
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1971
  • Lien interne : Ceylan
  • Résumé : Un agent de la CIA, Andrew Carmer, est retrouvé mort dans une île nommée « Ceylan » jusqu'en 1972 et qui s'appelle depuis le Sri Lanka. Malko est chargé d'enquêter sur ce décès soudain et violent, qui pour un agent de l'ombre est rarement naturel. Dans la moiteur omniprésente de Colombo, Malko sera épaulé par la belle Cingalaise Sawnee, elle-même assistée par le réseau des parias de l'île.

Massacre à Amman[modifier | modifier le code]

  • no 23
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1971
  • Lien interne : Amman
  • Résumé : Parce que le roi Hussein de Jordanie ne veut pas être aux ordres de l'ancienne puissance tutélaire, les Britanniques, via le MI5 local, organisent une opération de manipulation pour l'éliminer. Malko tente de déjouer ce plan, pour le compte de la CIA.

Requiem pour Tontons Macoutes[modifier | modifier le code]

  • no 24
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1971
  • Lien interne : Tonton Macoute
  • Résumé : La CIA veut profiter de la succession « familiale » de François Duvalier (« Papa Doc »), pour éliminer d'Haïti le Duvaliérisme, régime dictatorial, corrompu et ubuesque. Malko est chargé de contacter le féroce opposant Gabriel Jacmel qui tient tête aux Tontons Macoutes, milices privées sanguinaires du régime, pour renverser Jean-Claude Duvalier, le fils héritier. Il devra mener cette mission sur fond de misère, de corruption et de sorcellerie vaudoue ambiante.

L'Homme de Kabul[modifier | modifier le code]

  • no 25
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1972
Article détaillé : L'Homme de Kabul.

Mort à Beyrouth[modifier | modifier le code]

  • no 26
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1972
  • Lien interne : Beyrouth
  • Résumé : À Beyrouth, les États-Unis, souhaitant vendre discrètement des Boeing 707 aux Chinois, utilisent un intermédiaire : Jezzine Khalil, important commerçant libanais. L'URSS ne l'entend pas de cette oreille et, via le KGB local, va tout faire pour contrarier ces plans, comme par exemple faire assassiner les deux frères de Jezzine. Malko, assisté de la CIA locale et de Miton et Chris, est chargé de découvrir les assassins des deux frères, car Jezzine ne veut plus rien signer tant que ceux-ci ne seront pas mis hors circuit.

Safari à La Paz[modifier | modifier le code]

  • no 27
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1972
  • Lien interne : La Paz
  • Résumé : La CIA ne veut pas être accusée de couvrir des anciens criminels nazis, même si ceux-ci lui ont donné des coups de main dans la « neutralisation » de révolutionnaires un peu marxistes. En Bolivie, Klaus Heinkel, un ancien tortionnaire nazi, a été démasqué : il ne doit donc plus être en grâce auprès de la CIA. Malko est chargé par l'agence de Francfort de remettre les empreintes officielles d'Heinkel aux autorités boliviennes pour les forcer à l'identifier formellement. À La Paz, Malko devra éviter les coups qui pleuvent de partout et ce, avec un oxygène raréfié, car la capitale bolivienne est située à 3 600 m d'altitude.

L'Héroïne de Vientiane[modifier | modifier le code]

  • no 28
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1972
  • Lien interne : Vientiane
  • Résumé :

Berlin : Check-point Charlie[modifier | modifier le code]

  • no 29
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1973
  • Lien interne : Checkpoint Charlie
  • Résumé :

Mourir pour Zanzibar[modifier | modifier le code]

  • no 30
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1973
Article détaillé : Mourir pour Zanzibar.

L'Ange de Montevideo[modifier | modifier le code]

  • no 31
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1973
  • Lien interne : Montevideo
  • Résumé :

Murder Inc., Las Vegas[modifier | modifier le code]

  • no 32
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1973
  • Lien interne : Las Vegas
  • Résumé :

Rendez-vous à Boris Gleb[modifier | modifier le code]

  • no 33
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1974
  • Lien interne : Boris et Gleb
  • Résumé :

Kill Henry Kissinger ![modifier | modifier le code]

  • no 34
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1974
  • Lien interne : Henry Kissinger
  • Résumé :

Roulette cambodgienne[modifier | modifier le code]

  • no 35
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1974
  • Lien interne : Cambodge
  • Résumé :

Furie à Belfast[modifier | modifier le code]

  • no 36
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1974
  • Lien interne : Belfast
  • Résumé :

Guêpier en Angola[modifier | modifier le code]

  • no 37
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1975
  • Lien interne : Angola
  • Résumé :

Les Otages de Tokyo[modifier | modifier le code]

  • no 38
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1975
  • Lien interne : Tokyo
  • Résumé :

L'ordre règne à Santiago[modifier | modifier le code]

  • no 39
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1975
Article détaillé : L'ordre règne à Santiago.

Les Sorciers du Tage[modifier | modifier le code]

  • no 40
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1975
  • Lien interne : Tage
  • Résumé :

Embargo[modifier | modifier le code]

  • no 41
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1976
  • Lien interne : Embargo
  • Résumé :

Le Disparu de Singapour[modifier | modifier le code]

  • no 42
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1976
  • Lien interne : Singapour
  • Résumé :

Compte à rebours en Rhodésie[modifier | modifier le code]

  • no 43
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1976
  • Lien interne : Rhodésie
  • Résumé :

Meurtre à Athènes[modifier | modifier le code]

  • no 44
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1976
  • Lien interne : Athènes
  • Résumé :

Le Trésor du Négus[modifier | modifier le code]

  • no 45
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1977
  • Lien interne : Négus
  • Résumé :

Protection pour Teddy Bear[modifier | modifier le code]

  • no 46
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1977
  • Lien interne : Teddy bear
  • Résumé :

Mission impossible en Somalie[modifier | modifier le code]

  • no 47
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1977
  • Lien interne : Somalie
  • Résumé :

Marathon à Spanish Harlem[modifier | modifier le code]

  • no 48
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1977
  • Lien interne : Spanish Harlem
  • Résumé :

Naufrage aux Seychelles[modifier | modifier le code]

  • no 49
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1978
  • Résumé : Près des Seychelles, le navire Laconia B s'est échoué sur un récif et a coulé immédiatement. Il était chargé de 200 tonnes d'oxyde d'uranium et devait se rendre depuis l'Afrique du Sud jusqu'à Eilat, en Israël, où le matériau devait être utilisé pour la construction d'armes nucléaires israéliennes. La CIA veut empêcher la récupération de l'uranium par le Mossad, tandis que des agents de renseignement irakiens tentent de détourner le matériau de l'épave. Malko est envoyé par la CIA aux Seychelles pour des raisons politiques, car les États-Unis ne peuvent pas intervenir en raison de leur amitié avec Israël et l'Irak. Malko décide de détruire le chargement en l'envoyant dans une fosse sous-marine, où ni les Israéliens ni les Irakiens ne pourront le récupérer.

Le Printemps de Varsovie[modifier | modifier le code]

  • no 50
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1978
  • Lien interne : Varsovie
  • Résumé :

Le Gardien d'Israël[modifier | modifier le code]

  • no 51
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1978
  • Lien interne : Israël
  • Résumé :

Panique au Zaïre[modifier | modifier le code]

  • no 52
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1978
  • Lien interne : Zaïre
  • Résumé :

Croisade à Managua[modifier | modifier le code]

  • no 53
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1979
  • Lien interne : Managua
  • Résumé :

Voir Malte et mourir[modifier | modifier le code]

Shangaï Express[modifier | modifier le code]

  • no 55
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1979
  • Lien interne : Shangaï Express
  • Résumé :

Opération Matador[modifier | modifier le code]

  • no 56
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1979
  • Lien interne : Matador
  • Résumé :

Duel à Barranquilla[modifier | modifier le code]

  • no 57
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1980
  • Lien interne : Barranquilla
  • Résumé :

Piège à Budapest[modifier | modifier le code]

  • no 58
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1980
  • Lien interne : Budapest
  • Résumé :

Carnage à Abu Dhabi[modifier | modifier le code]

  • no 59
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1980
  • Lien interne : Abu Dhabi
  • Résumé : À Abu Dhabi, capitale des Émirats arabes unis, deux jeunes Occidentales sont assassinées. La CIA dépêche sur place son agent Malko Linge pour enquêter. Il va découvrir qu'un complot pèse sur l'émir Zayed ben Sultan Al Nahyane et menace la paix dans cette région du monde...

Terreur à San Salvador[modifier | modifier le code]

  • no 60
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1980
  • Liens internes : San Salvador - Guerre civile du Salvador
  • Résumé : Enrico Chacon, un Cubain anti-castriste viscéral, protégé naguère par la CIA pour sa contribution contre les subversivos de San Salvador, commence à gêner son ancien commanditaire en raison des méthodes expéditives et barbares qu'il utilise. Malko est chargé de lui faire comprendre « fermement » qu'il n'est plus en grâce. Malko sera confronté à la cruauté ambiante, du San Salvador en général et de Chacon en particulier...

Le Complot du Caïre[modifier | modifier le code]

  • no 61
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1981
  • Lien interne : Le Caire
  • Résumé :

Vengeance romaine[modifier | modifier le code]

  • no 62
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1981
  • Résumé :

Des armes pour Khartoum[modifier | modifier le code]

  • no 63
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1981
  • Lien interne : Khartoum
  • Résumé : Au Soudan, des Tchadiens réfugiés veulent des armes qu'un agent local de la CIA leur a promis pour lutter contre la Libye ; devant l’incapacité de ce dernier à accomplir sa promesse, il est exécuté après un ultimatum. L’épouse de son adjoint est à son tour enlevée ; Malko vient pour tenter de récupérer l’otage. Dirigés par une princesse touboue, d’autres Tchadiens aussi féroces veulent aussi des armes malgré l’opposition d’un Soudanais, agent des Libyens. Un Arménien livrera les armes…

Tornade sur Manille[modifier | modifier le code]

  • no 64
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1981
  • Lien interne : Manille
  • Résumé :

Le Fugitif de Hambourg[modifier | modifier le code]

  • no 65
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1982
  • Lien interne : Hambourg
  • Résumé :

Objectif Reagan[modifier | modifier le code]

  • no 66
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1982
  • Lien interne : Ronald Reagan
  • Résumé :

Rouge grenade[modifier | modifier le code]

  • no 67
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1982
  • Liens internes :
  • Résumé :

Commando sur Tunis[modifier | modifier le code]

  • no 68
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1982
  • Lien interne : Tunis
  • Résumé :

Le Tueur de Miami[modifier | modifier le code]

  • no 69
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1983
  • Lien interne : Miami
  • Résumé :

La Filière bulgare[modifier | modifier le code]

  • no 70
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1983
  • Lien interne : Bulgarie
  • Résumé :

Aventure au Surinam[modifier | modifier le code]

  • no 71
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1983
  • Lien interne : Surinam
  • Résumé :

Embuscade à la Khyber Pass[modifier | modifier le code]

  • no 72
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1983
  • Lien interne : Khyber Pass
  • Résumé :

Le Vol 007 ne répond plus[modifier | modifier le code]

  • no 73
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1984
  • Résumé :

Les Fous de Baalbek[modifier | modifier le code]

  • no 74
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1984
  • Lien interne : Baalbek
  • Résumé : Malko est chargé d'élucider ce que savait l'agent John Guillermin de la CIA locale qui vient d'être assassiné à Beyrouth. Il va devoir se frotter, entre Beyrouth et Baalbek, à l'imbroglio libanais fait de multiples factions qui s’entre-tuent ou s'épaulent, suivant le moment, pour éviter un incident majeur au sommet de l'État libanais. Pour détruire un local ennemi, Malko suggère son bombardement par les canons de 420 du cuirassé américain USS New Jersey (BB-62).

Les Enragés d'Amsterdam[modifier | modifier le code]

  • no 75
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1984
  • Lien interne : Amsterdam
  • Résumé :

Putsch à Ouagadougou[modifier | modifier le code]

  • no 76
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1984
  • Lien interne : Ouagadougou
  • Résumé : En Haute-Volta (ancien nom du Burkina Faso), l'Occident, les états africains voisins et les chefs coutumiers locaux, voient d'un mauvais œil la « démocratie » marxiste qu'installe Thomas Sankara à Ouagadougou. La CIA dépêche Malko Linge pour chapeauter discrètement une opération de renversement du pouvoir en place. Le colonel Ouedraengo est l'opposant, réfugié en Côte d'Ivoire, qui doit prendre le pouvoir et libérer le pays.

La Blonde de Pretoria[modifier | modifier le code]

La Veuve de l'Ayatollah[modifier | modifier le code]

  • no 78
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1985
  • Lien interne : Ayatollah
  • Résumé :

Chasse à l'homme au Pérou[modifier | modifier le code]

  • no 79
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1985
  • Lien interne : Pérou
  • Résumé :

L'affaire Kirsanov[modifier | modifier le code]

  • no 80
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1985
  • Résumé :

Mort à Gandhi[modifier | modifier le code]

  • no 81
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1986
  • Lien interne : Rajiv Gandhi
  • Résumé :

Danse macabre à Belgrade[modifier | modifier le code]

  • no 82
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1986
  • Lien interne : Belgrade
  • Résumé : À Belgrade, dans l'ex-Yougoslavie, un ancien fondateur de l'Asala, Aram Erivanian, légèrement inquiété par une faction de son mouvement lui étant hostile, souhaite monnayer sa mémoire contre une protection de la CIA. Grâce à lui, il serait possible de remonter jusqu'à Abu Nidal, d'où l'importance de cette opportunité pour les services de l'Ouest. La CIA convainc Malko qu'au lieu de traquer des terroristes, il s'agirait cette fois d'en exfiltrer un.

Coup d'État au Yémen[modifier | modifier le code]

  • no 83
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1986
  • Lien interne : Yémen
  • Résumé :

Le Plan Nasser[modifier | modifier le code]

  • no 84
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1986
  • Lien interne : Nasser
  • Résumé :

Embrouilles à Panama[modifier | modifier le code]

  • no 85
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1987
  • Lien interne : Panama
  • Résumé :

La Madone de Stockholm[modifier | modifier le code]

  • no 86
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1987
  • Lien interne : Stockholm
  • Résumé :

L'Otage d'Oman[modifier | modifier le code]

  • no 87
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1987
  • Lien interne : Oman
  • Résumé :

Escale à Gibraltar[modifier | modifier le code]

  • no 88
  • Publication : Plon / Presses de la Cité, 1987
  • Lien interne : Gibraltar
  • Résumé : Raj Krishnar, un Tamoul, agent du PLOTE, veut vendre de l'héroïne à Tony Pool, tueur préféré du mafieux new-yorkais Donald Mills, pour acheter des armes pour son mouvement qui veut installer un régime marxiste au Sri Lanka. Selim Attalah, un intermédiaire syrien, doit récupérer l'argent de la vente pour assurer la livraison d'armes. Entre Vienne, Marbella et Gibraltar, Malko devra manipuler finement ce trio infernal pour faire échouer cette affaire très nuisible au monde libre.

Aventure en Sierra Leone[modifier | modifier le code]

  • no 89
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 1988
  • Lien interne : Sierra Leone
  • Résumé :

La Taupe de Langley[modifier | modifier le code]

  • no 90
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 1988
  • Lien interne : Langley (Virginie)
  • Résumé : le roman comporte deux parties nettement distinctes, précédées d'une introduction et suivies d'une conclusion.
    • Introduction : décembre 1987. Vitaly Tolkachev, général soviétique, a décidé de trahir son pays et de passer à l'Ouest. Alors qu'il se trouve en Allemagne pour être exfiltré vers les États-Unis, une bombe explose, le tuant lui et son escorte. Un problème de taille se pose : comment les Soviétiques ont-ils pu être si vite au courant de la trahison, alors que seules quatre personnes étaient au courant ? Y-aurait-il une « taupe » (agent double) au sein de l'Agence ? Peu après, Paul Kramer, responsable de la Division D de la CIA chargée des écoutes, est avisé par un appel téléphonique que la CIA va être prochainement informée du fait qu'il a trahi son pays au profit de l'Est, et qu'il doit prendre immédiatement la fuite.
    • Première partie : La recherche de Paul Kramer par Malko et ses agents. Précipitamment, Paul Kramer décide de s'enfuir avec sa maîtresse Kareen Norwood vers Saint-Domingue, où il se cache. Pendant ce temps, Malko Linge est chargé par Franck Woodmill, Directeur-adjoint des opérations spéciales, de retrouver Paul Kramer, de le ramener aux États-Unis et de faire la lumière, si possible, sur l'affaire de l'attentat contre Vitaly Tolkachev. Avec ses vieux amis de la CIA Chris Jones et Milton Brabeck, Malko se rend à Saint-Domingue où, grâce à l'aide d'une jeune femme prénommée Flor Mochis, il retrouve la trace de Kramer. Néanmoins Flor est tuée à l'instigation du sinistre colonel Gomez, lié aux narco-trafiquants et qui tire d'importants revenus d'établissements de prostitution. Un autre agent de Malko, Jim Harley, est lui-aussi assassiné. En fin de compte, Paul Kramer tente de s'embarquer sur un navire soviétique se rendant en Amérique centrale, mais il est tué au moment de l'interpellation. Malko se rend dans un bordel pour libérer Kareen Norwood, faite prisonnière par des mafieux du colonel Gomez et utilisée comme objet sexuel. Elle est délivrée, mais Chris Jones est grièvement blessé durant l'intervention. Lors du retour de l'équipe aux États-Unis, Milton Brabeck, en écoutant l'une des cassettes audio de musique de Kareen, entend le message de celui qui avait averti Kramer que sa couverture était grillée et l'avait incité à fuir. De retour au siège de la CIA, à Langley, Franck Woodmill et Milton Brabeck écoutent la bande magnétique et sont estomaqués : la voix enregistrée est celle de William Nolan, le no 2 de la CIA, l'adjoint du directeur-général. Serait-il la « taupe » ? Ils tiennent conseil et décident d'enquêter sur Nolan et de le suivre dans le plus grand secret.
    • Seconde partie : L'enquête sur l'éventuelle trahison de William Nolan. Apparemment, Nolan a une vie simple et bien réglée. Il travaille beaucoup, il n'a pas de vices connus, son fils John est mort le 17 décembre 1967 durant la Guerre du Viêt-Nam. Veuf depuis 1969, il a refait sa vie avec une secrétaire de la CIA, Shawn MacKenzie. L'équipe de Malko, à laquelle s'est rajoutée Jessica Hayes, la nièce de Franck Woodmill, le suit en filature. On ne trouve rien. Finalement, on découvre que William Nolan a pu éventuellement communiquer des documents par l'intermédiaire d'un fleuriste, Harry Feinstein, au cimetière d'Arlington, le jour de l'anniversaire des vingt années du décès de John Nolan. Harry Feinstein est un ancien ukrainien, qui est venu aux États-Unis 15 ans avant en passant par le Canada, et qui pourrait être l'officier-traitant du KGB de William Nolan. Plus tard, Jessica Hayes est assassinée alors qu'elle rentrait chez elle ; sa petite fille est retrouvée morte aussi. En l'absence du Directeur-général de la CIA, l'intérim est assumé par… William Nolan. Woodmill est obligé de lui parler de Feinstein, ce qui alerte le directeur-général-adjoint. William Nolan sent une pression psychologique monter en lui, si bien qu'il donne un rendez-vous à Feinstein. Les deux sont pris en filature. La rencontre entre les deux hommes a lieu : le lecteur a la confirmation que c'est bien Harry Feinstein qui a assassiné Jessica Hayes et sa fille, car Jessica avait emporté par mégarde un stylo qui servait à transmettre des messages secrets et qui portait les initiales « W. N. ». Nolan est très mécontent de ce double meurtre et est sur le point de tuer Harry Feinstein, lorsque ce dernier lui tire dessus, se sentant en danger. Feinstein est ensuite tué par Milton Brabeck sur les lieux de la rencontre. Grièvement blessé au crâne par Feinstein, William Nolan est transporté mourant à l'hôpital.
    • Conclusion : Avant de décéder à l'hôpital, William Nolan révèle qu'il trahissait son pays depuis une douzaine d'années (1975), par pur idéalisme et pacifisme. À son enterrement, il y a le Directeur général de la CIA, les principaux membres de la communauté du renseignement du pays, ainsi que Ronald Reagan, Président des États-Unis.

Les Amazones de Pyongyang[modifier | modifier le code]

  • no 91
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 1988
  • Lien interne : Pyongyang
  • Résumé :

Les Tueurs de Bruxelles[modifier | modifier le code]

  • no 92
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 1988
  • Lien interne : Bruxelles
  • Résumé :

Visa pour Cuba[modifier | modifier le code]

  • no 93
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 1989
  • Lien interne : Cuba
  • Résumé :

Arnaque à Brunei[modifier | modifier le code]

  • no 94
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 1989
  • Lien interne : Brunei
  • Résumé :

Loi martiale à Kaboul[modifier | modifier le code]

  • no 95
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 1989
  • Lien interne : Kaboul
  • Résumé :

L'Inconnu de Leningrad[modifier | modifier le code]

  • no 96
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 1989
  • Lien interne : Leningrad
  • Résumé :

Cauchemar en Colombie[modifier | modifier le code]

  • no 97
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 1989
  • Lien interne : Colombie
  • Résumé :

Croisade en Birmanie[modifier | modifier le code]

  • no 98
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 1990
  • Lien interne : Birmanie
  • Résumé : Mike Roberts, chef de l'antenne de la CIA à Bangkok, est persuadé que si le général birman Thiha Latt se rapproche d'Aung San Suu Kyi (l'opposante « historique »), c'est qu'il souhaite vraiment fomenter un coup d'état contre la junte au pouvoir. Ce faisant, la Birmanie recouvrerait la démocratie avec Aung San Suu Kyi. Son collègue à Rangoon est très sceptique, mais « Langley » juge que le jeu en vaut la chandelle. Malko est donc envoyé en Birmanie pour évaluer les chances que l'opposition a de prendre le pouvoir…

Mission à Moscou[modifier | modifier le code]

  • no 99
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 1990
  • Lien interne : Moscou
  • Résumé :

Les Canons de Bagdad[modifier | modifier le code]

  • no 100
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 1990
  • Lien interne : Bagdad
  • Résumé : Pour mettre l'opération Osirak sous les meilleurs auspices, Tarik Hamadi, un agent irakien, a donné rendez-vous à Farid Badr, « commerçant » libanais, dans les Alpes bavaroises, au Berchtesgaden (ancien nid d'aigle d'Hitler), pour constater que les krytrons, composants électroniques indispensables à la fabrication d'une bombe nucléaire, étaient bien disponibles. L'opération Osirak envisagée n'est rien de moins que la « vitrification » d'une partie d’Israël, épargnant quand même Al Qods (Jérusalem). En même temps : un Américain « déçu », George Bear, a mis au point un canon capable d'envoyer des charges très lourdes à grande distance. En réunissant les deux technologies, cela devrait faire du bruit ! Malko, pour éviter une apocalypse nucléaire dans la région, devra entre Vienne et Istanbul, en passant par Amboise (France), déjouer tous les pièges d'Irakiens très adeptes du nettoyage par le vide. Il sera assisté, vu l'importance de la mission, de tous ses collaborateurs de base : Elko, Chris, Milton et Mandy, « la sulfureuse ».

La Piste de Brazzaville[modifier | modifier le code]

  • no 101
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 1991
  • Lien interne : Brazzaville
  • Résumé :

La Solution rouge[modifier | modifier le code]

  • no 102
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 1991
  • Résumé :

La Vengeance de Saddam Hussein[modifier | modifier le code]

  • no 103
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 1991
  • Lien interne : Saddam Hussein
  • Résumé :

Manip à Zagreb[modifier | modifier le code]

  • no 104
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 1992
  • Lien interne : Zagreb
  • Résumé :

KGB contre KGB[modifier | modifier le code]

  • no 105
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 1992
  • Résumé : L'action se déroule en septembre-octobre 1991. Malko Linge enquête sur des officiers généraux du KGB qui, ayant été impliqués dans le coup d'État des 19-21 août 1991 contre Mikhaïl Gorbatchev, sont maintenant pourchassés par des agents de Gorbatchev. Une solution pour eux : demander l'asile auprès de la CIA et monnayer chèrement des informations qu'ils détiennent avec la Centrale américaine. À Varsovie, le premier officier à être exécuté par les gorbatcheviens est le colonel Igor Trifanov. Le meurtrier est Piotr le Letton, dirigé par la belle et dangereuse Katia Boudarenko. Malko commence son enquête en allant à Vilnius, capitale de la Lituanie. Il doit y rencontrer Boris Glaser, no 2 du KGB dans la République. Quand il veut le rencontrer, il apprend qu'il vient de se « suicider » ! Par la suite, alors qu'il s'apprête à prendre l'avion pour retourner chez lui à Liezen, un inconnu remet à Malko un mot manuscrit l'invitant à aller visiter le château de Trakai. Il s'agit d'un mystérieux officier général, qui lui offre de lui remettre, moyennant rétribution avantageuse, une copie sur bande magnétique des discussions entre Gorbatchev et le chef de sa sécurité personnelle lors des quelques jours critiques du coup d'État. Sur ces bandes, on y apprendrait que le chef d'État soviétique était au courant des intentions des conjurés, et qu'il menait double jeu. S'ensuit alors un « jeu du chat et de la souris » entre Malko (aidé par ses deux agents Chris Jones et Milton Brabeck), Katia Boudarenko (aidée par son Groupe Alpha), de mystérieux agents soviétiques, un mafieux ouzbek, des transfuges potentiels, des membres de leurs familles respectives, le général Vladimir Bazarnov (détenteur des bandes magnétiques), le général Valeri Vlassov, sur fond de scènes sexuelles torrides, de tortures pour faire parler les gens et de courses-poursuite, le tout entre la Pologne, Vilnius en Lituanie (où se déroule la plus grande partie de l'action du roman), Kaliningrad et enfin brièvement Moscou. À la fin du roman, après de nombreuses péripéties et la mort de Katia Boudarenko, tuée par Malko en état de légitime défense, Malko parvient enfin à mettre la main sur ces fameuses bandes magnétiques, qu'il remet immédiatement au chef de poste de la CIA, James Pricewater. Dans les dernières pages du roman, Malko découvre avec stupéfaction, d'une part que pour des motifs politiques liés à la bonne entente entre les États-Unis et Gorbatchev, les bandes magnétiques sont restituées intactes au président soviétique, et d'autre part que Katia Boudarenko travaillait sans doute, non pas pour le KGB-communiste ni pour le KGB-gorbatchevien, mais pour Boris Eltsine !

Le Disparu des Canaries[modifier | modifier le code]

  • no 106
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 1992
  • Lien interne : Canaries
  • Résumé :

Alerte Plutonium[modifier | modifier le code]

  • no 107
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 1992
  • Lien interne : Plutonium
  • Résumé :

Coup d'État à Tripoli[modifier | modifier le code]

  • no 108
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 1992
  • Lien interne : Tripoli
  • Résumé :

Mission Sarajevo[modifier | modifier le code]

  • no 109
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 1993
  • Lien interne : Sarajevo
  • Résumé :

Tuez Rigoberta Menchu[modifier | modifier le code]

  • no 110
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 1993
  • Lien interne : Rigoberta Menchu
  • Résumé :

Au nom d'Allah[modifier | modifier le code]

  • no 111
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 1993
  • Résumé :

Vengeance à Beyrouth[modifier | modifier le code]

  • no 112
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 1993
  • Lien interne : Beyrouth
  • Résumé :

Les Trompettes de Jéricho[modifier | modifier le code]

  • no 113
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 1994
  • Lien interne : Jéricho
  • Résumé :

L'Or de Moscou[modifier | modifier le code]

  • no 114
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 1994
  • Résumé :

Les Croisés de l'Apartheid[modifier | modifier le code]

  • no 115
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 1994
  • Lien interne : Apartheid
  • Résumé :

La Traque Carlos[modifier | modifier le code]

  • no 116
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 1994
  • Lien interne : Carlos (terroriste)
  • Résumé :

Tuerie à Marrakech[modifier | modifier le code]

  • no 117
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 1995
  • Lien interne : Marrakech
  • Résumé :

L'Otage du triangle d'or[modifier | modifier le code]

  • no 118
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 1995
  • Lien interne : Triangle d'or
  • Résumé :

Le Cartel de Sébastopol[modifier | modifier le code]

  • no 119
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 1995
  • Lien interne : Sébastopol
  • Résumé :

Ramenez-moi la tête d'El Coyote[modifier | modifier le code]

  • no 120
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 1995
  • Résumé :

La Résolution 687[modifier | modifier le code]

Opération Lucifer[modifier | modifier le code]

  • no 122
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 1996
  • Lien interne : Lucifer
  • Résumé :

Vengeance tchétchène[modifier | modifier le code]

  • no 123
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 1996
  • Lien interne : Tchétchènie
  • Résumé :

Tu tueras ton prochain[modifier | modifier le code]

  • no 124
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 1996
  • Résumé :

Vengez le vol 800[modifier | modifier le code]

  • no 125
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 1997
  • Lien interne : Vol 800 TWA
  • Résumé :

Une lettre pour la Maison-Blanche[modifier | modifier le code]

  • no 126
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 1997
  • Résumé :

Hong Kong express[modifier | modifier le code]

  • no 127
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 1997
  • Lien interne : Hong Kong
  • Résumé :

Zaïre adieu[modifier | modifier le code]

  • no 128
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 1997
  • Lien interne : Zaïre
  • Résumé : Hughes Thomas, un agent de la CIA, est retrouvé assassiné à Kinshasa. Dans le Zaïre d’après Mobutu où tout n'est que chaos, la déstabilisation d'un nouveau régime est un « sport » très local. Laurent Désiré Kabila, arrivé récemment au pouvoir à l'aide de Tutsis, pourrait en faire les frais. Malko et Irving Scott, le chef d'agence local de la CIA, doivent savoir si Hughes Thomas était mêlé de près ou de loin à des manœuvres anti-Kabila fomentées par les ex-Mobutistes revanchards. Il y va de la neutralité « affichée » des États-Unis.

La Manipulation Yggdrasil[modifier | modifier le code]

  • no 129
  • Publication : Éditions Malko productions, 1998
  • Résumé :

Mortelle Jamaïque[modifier | modifier le code]

  • no 130
  • Publication : Éditions Malko productions, 1998
  • Lien interne : Jamaïque
  • Résumé :

La Peste noire de Bagdad[modifier | modifier le code]

  • no 131
  • Publication : Éditions Malko productions, 1998
  • Lien interne : Bagdad
  • Résumé : Malko est appelé à Londres pour une affaire de terrorisme. En effet l'ambassade américaine à Londres a été victime d'une épidémie par le bacille de l'anthrax. Sept personnes sont mortes, 17 tentent de survivre à l'hôpital. Malko doit remonter la filière de la ville d'origine du bacille jusqu'à l'ambassade avant qu'il ne frappe à nouveau.

L'Espion du Vatican[modifier | modifier le code]

  • no 132
  • Publication : Éditions Malko productions, 1998
  • Lien interne : Vatican
  • Résumé :

Albanie, mission impossible[modifier | modifier le code]

  • no 133
  • Publication : Éditions Malko productions, 1999
  • Lien interne : Albanie
  • Résumé :

La Source Yahalom[modifier | modifier le code]

  • no 134
  • Publication : Éditions Malko productions, 1999
  • Résumé :

Contre P.K.K.[modifier | modifier le code]

  • no 135
  • Publication : Éditions Malko productions, 1999
  • Lien interne : PKK
  • Résumé :

Bombes sur Belgrade[modifier | modifier le code]

  • no 136
  • Publication : Éditions Malko productions, 1999
  • Lien interne : Belgrade
  • Résumé :

La Piste du Kremlin[modifier | modifier le code]

  • no 137
  • Publication : Éditions Malko productions, 2000
  • Lien interne : Kremlin
  • Remarque : Ce roman connaît une suite dans le roman Polonium 210 (SAS no 167), où le personnage de Simion Gourevitch apparaîtra de nouveau. On apprendra dans le roman La Vengeance du Kremlin (SAS no 200 - parution : 2013) que ce personnage était en réalité Boris Berezovsky.
  • Temps et lieux de l'action : septembre 1999, principalement à Moscou.
  • Résumé : Début septembre 1999. Igor Zakayev est un homme d'affaires russe, venu s'amuser sur la Côte d'Azur, à Monaco, mais aussi pour faire fructifier ses investissements et son évasion fiscale. Il est surveillé par cinq hommes de la CIA. Soudain un attentat a lieu : il est tué avec ses gardes du corps ; de même sont tués les agents de la CIA. Une mystérieuse femme brune, prénommée Elena, serait liée à l'affaire. Au siège de la CIA à Langley, on veut connaître la vérité sur cet attentat : Malko est envoyé pour enquêter. Celui-ci suit les pistes de la vengeance politico-mafieuse, et notamment celle de Simion Gourevich, oligarque enrichi rapidement dans les années 1990 grâce à ses liens avec la mafia russe et la protection de la famille Eltsine. Malko est en train d'enquêter à Moscou lorsqu'un terrible attentat a lieu dans une banlieue ouvrière de la ville, tuant et blessant des centaines de personnes. Or, l'explosif utilisé, de l'hexogène, est le même que celui utilisé lors de l'attentat de Monaco. S'agit-il d'attentats organisés par les Tchétchènes, qui est l'explication officielle de Vladimir Poutine, le nouveau premier ministre de Boris Eltsine, d'attentats organisés par le FSB poutinien (services secrets ayant remplacé le KGB), ou par Simion Gourevich ? L'enquête de Malko se poursuit : il tente de trouver où deux Tchétchènes, qui avaient garé le camion bourré d'explosifs pour l'attentat, ont pu se cacher. Il contacte divers intermédiaires rencontrés précédemment (cf. SAS no 123, Vengeance tchétchène) et localise les deux hommes. Il est fait prisonnier par un groupe tchétchène, et ne doit sa libération que grâce au versement d'une rançon d'un million de dollars par la CIA. Poursuivant l'enquête, il arrête les deux terroristes. Grâce à eux, il remonte la filière des donneurs d'ordre : le metteur en scène des attentats est Maxim Gogorski, chargé de la sécurité de… Simion Gourevich, qui se trouve donc bien derrière les attentats. Malko va rendre visite à Simion Gourevich et lui explique qu'il sait tout : dès que Maxim Gogorski aura avoué, on saura la vérité. Gourevich réagit très rapidement et convoque Gogorski : il s'agit d'un piège, et Gogorski est assassiné par Elena, la maîtresse de Gourevich, déjà rencontrée en début de roman. Puis Malko intercepte Elena quelques minutes après le meurtre et lui déclare que Gourevich va la faire tuer. Quelques secondes après, la voiture d'Elena explose. Persuadée que ce que lui a dit Malko est la vérité, Elena va chez Gourevich et récupère de nombreux documents compromettants, notamment concernant les filières d'évasion d'« argent sale ». Plusieurs comptes bancaires de Gourevich sont vidés par la CIA, et Gourevich se trouve en porte-à-faux avec ses « partenaires en affaires », qui le font assassiner peu après... On apprend alors que l'explosion de la voiture d'Elena était due à Malko et qu'il s'agissait d'une totale manipulation : Gourevich n'avait pas eu l'intention de tuer sa maîtresse ! Le roman se termine par les obsèques de Raïssa Gorbatcheva et l'annonce que le prochain président de la Russie, en mai 2000, sera Evgueni Primakov, grâce à l'action de la CIA et de Malko.
  • Observations :
    • Les dates de l'action sont précisément bornées par des événements historiques : les attentats de septembre 1999 à Moscou relatés dans le roman ont réellement eu lieu les 9 et 13 septembre 1999 ; les noms des auteurs allégués par le Kremlin sont les noms indiqués dans le roman ; le décès de Raïssa Gorbatcheva a eu lieu le 20 septembre 1999 et ses obsèques trois jours après.
    • Simion Gourevich évoque un oligarque russe très connu dans les années 1990, Boris Berezovsky (cf. ce qui est dit plus haut dans le paragraphe « Remarque »).
    • Le roman a été publié en janvier 2000 ; il a été rédigé courant septembre-octobre 1999 ; il n'évoque pas les élections législatives russes de décembre 1999, la démission de Boris Eltsine fin décembre 1999 et la nomination de Vladimir Poutine comme président par intérim.
    • Dans l'histoire réelle, Evgueni Primakov n'a jamais été élu président de la Russie en 2000 ; il s'est rallié à la candidature Poutine en février 2000.
    • Le titre est lié au fait que Simion Gourevich était lié à la Famille Eltsine, soupçonnée par Malko d'être à l'origine des attentats de Monaco et de Moscou, avec la complicité de Vladimir Poutine. Les attentats de septembre 1999 sont pour l'auteur des attentats politiques organisés par le Kremlin, qui veut relancer la guerre en Tchétchénie.

L'Amour fou du Colonel Chang[modifier | modifier le code]

  • no 138
  • Publication : Éditions Malko productions, 2000
  • Résumé :

Djihad[modifier | modifier le code]

  • no 139
  • Publication : Éditions Malko productions, 2000
  • Lien interne : Djihad
  • Résumé :

Enquête sur un génocide[modifier | modifier le code]

  • no 140
  • Publication : Éditions Malko productions, 2000
  • Liens internes : Génocide (cas général), Génocide des Tutsis au Rwanda, Juvénal Habyarimana (président rwandais), Cyprien Ntaryamira (président burundais).
  • Résumé : Le président des États-Unis donne le feu vert pour enquêter sur la possible implication des États-Unis sur le déclenchement du terrible génocide ayant eu lieu en 1994 au Rwanda. Comme on se méfie un peu des agences locales, on envoie Malko Linge pour « retracer » les premiers instants du génocide : qui faisait quoi à cette époque ? Qui des Hutus ou des Tutsis a commandité la destruction de l'avion présidentiel ? Comme certains ne veulent pas que la vérité éclate, on s’évertue, avec férocité, à contrecarrer son enquête, qui se déroule entre Kigali et Arusha.

L'Otage de Jolo[modifier | modifier le code]

  • no 141
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2001
  • Lien interne : Jolo
  • Résumé :

Tuez le Pape[modifier | modifier le code]

  • no 142
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2001
  • Lien interne : Pape
  • Résumé : Langley, au siège de la CIA : un général russe passé à l'Ouest dit qu'il connaît un homme qui sait tout sur la tentative d'assassinat de Jean-Paul II en mai 1981. Il est turc et son nom est Omer Ugurlu. Mais le général russe est assassiné avant d'en avoir dit plus. Malko est envoyé en Turquie pour contacter le suspect. Il rencontre sa maîtresse, puis il rencontre Omer, qui ne veut rien dire. Malko est détecté par un officier des services secrets turcs, qui le connaît. Malko est donc surveillé par les services turcs. Ceux-ci ont compris ce que cherche Malko. Ils tuent Omer Ugurlu. Mais Malko a découvert que le chef d'Omer était un certain Bagci. Celui-ci habite en Bulgarie. Malko quitte donc Istanbul pour se rendre à Sofia. Là, il recherche Bagci auprès d'anciens des services secrets bulgares. Il le retrouve par l'intermédiaire de son épouse, qui tient une boutique de vêtements. Mais le FSB est aux trousses de Malko. Bagci est tué. Malko a appris que l'officier traitant de Bagci était un général du FSB/KGB. Malko recherche cet ancien général, qui lui aussi est tué. Bref, à la fin de son enquête, Malko fait le point : vingt ans avant, en 1981, le KGB avait bien ordonné aux services secrets bulgares d'assassiner le Pape. Ceux-ci avaient « délégué » la conduite des opérations à la mafia turque, qui avait chargé Ali Agça du travail. Vingt ans après, on sait donc la vérité, mais tous les témoins sont morts, assassinés.

Armageddon[modifier | modifier le code]

  • no 143
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2001
  • Lien interne : Armageddon
  • Résumé :

Li Sha-Tin doit mourir[modifier | modifier le code]

  • no 144
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2001
  • Résumé :

Le Roi fou du Népal[modifier | modifier le code]

  • no 145
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2002
  • Lien interne : Népal
  • Résumé :

Le Sabre de Bin Laden[modifier | modifier le code]

  • no 146
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2002
  • Lien interne : Ben Laden
  • Résumé :

La Manip du Karin A[modifier | modifier le code]

  • no 147
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2002
  • Résumé :

Bin Laden, la traque[modifier | modifier le code]

  • no 148
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2002
  • Lien interne : Ben Laden
  • Résumé :

Le Parrain du 17 novembre[modifier | modifier le code]

  • no 149
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2003
  • Lien interne : Parrain (mafia)
  • Résumé :

Bagdad-Express[modifier | modifier le code]

  • no 150
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2003
  • Lien interne : Bagdad
  • Résumé :

L'Or d'Al-Qaida[modifier | modifier le code]

  • no 151
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2003
  • Lien interne : Al-Qaïda
  • Résumé :

Pacte avec le diable[modifier | modifier le code]

  • no 152
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2003
  • Résumé :

Ramenez les vivants[modifier | modifier le code]

  • no 153
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2004
  • Résumé :

Le Réseau Istanbul[modifier | modifier le code]

  • no 154
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2004
  • Lien interne : Istanbul
  • Résumé :

Le Jour de la Tchéka[modifier | modifier le code]

  • no 155
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2004
  • Lien interne : Tchéka
  • Résumé :

La Connexion saoudienne[modifier | modifier le code]

  • no 156
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2004
  • Lien interne : Arabie saoudite
  • Résumé :

Otages en Irak[modifier | modifier le code]

  • no 157
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2005
  • Lien interne : Irak
  • Résumé :

Tuez Iouchtchenko[modifier | modifier le code]

  • no 158
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2005
  • Lien interne : Viktor Iouchtchenko
  • Résumé :

Mission : Cuba[modifier | modifier le code]

  • no 159
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2005
  • Lien interne : Cuba
  • Résumé :

Aurore noire[modifier | modifier le code]

  • no 160
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2005
  • Résumé :

Le Programme 111[modifier | modifier le code]

  • no 161
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2006
  • Résumé :

Que la bête meure[modifier | modifier le code]

  • no 162
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2006
  • Résumé :

Le Trésor de Saddam : 1[modifier | modifier le code]

  • no 163
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2006
  • Lien interne : Saddam Hussein
  • Résumé :

Le Trésor de Saddam : 2[modifier | modifier le code]

  • no 164
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2006
  • Lien interne : Saddam Hussein
  • Résumé :

Le Dossier K[modifier | modifier le code]

  • no 165
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2006
  • Remarque : ne pas confondre avec Le Dossier Kennedy (SAS no 6)
  • Résumé : Malko est amené à rechercher où se cache le serbe Radovan Karadžić, auteur de crimes contre l'humanité.

Rouge Liban[modifier | modifier le code]

  • no 166
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2007
  • Lien interne : Liban
  • Résumé :

Polonium 210[modifier | modifier le code]

  • no 167
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2007
  • Lien interne : Polonium 210
  • Remarques :
    • Ce roman connaît une suite dans le roman La Vengeance du Kremlin (SAS no 200 - parution : 2013), où sept ans après, Malko Linge sera amené à enquêter sur la mort de Boris Berezovsky et où celle d'Alexandre Litvinenko sera évoquée à plusieurs reprises.
    • Dans le roman, l'auteur fait référence à un oligarque russe qui s'appelle Simion Gourevitch, qui était déjà un personnage essentiel du SAS no 137, La Piste du Kremlin. Or dans le SAS précité no 200 (La Vengeance du Kremlin), il est indiqué que l'oligarque cité dans le présent SAS est... Boris Berezovsky. Ainsi, le nom de Simion Gourevitch dans les SAS no 137 évoquait bien Boris Berezovsky.
  • Structure du roman : le roman est divisé en quatre épisodes de tailles différentes. Le prologue montre Vladimir Poutine désireux d'en finir avec les opposants intérieurs et extérieurs (p. 7 à 10). Dans la première partie, Malko enquête sur l'assassinat d'Anna Politkovskaïa, ordonné par Poutine (p. 11 à 146). Puis il est amené à s'intéresser à la mort suspecte d'Alexandre Litvinenko : comment ce dernier est-il mort ? Qui l'a assassiné ? Par quels moyens ? Pour quelle raison ? (p. 147 à 191). Dans la troisième et dernière partie, Malko tente de retrouver le reliquat inutilisé du polonium 210 (p. 192 à 302).
  • Résumé :

Le Défecteur de Pyongyang : 1[modifier | modifier le code]

  • no 168
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2007
  • Lien interne : Pyongyang
  • Résumé :

Le Défecteur de Pyongyang : 2[modifier | modifier le code]

  • no 169
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2007
  • Lien interne : Pyongyang
  • Résumé :

Otage des Taliban[modifier | modifier le code]

  • no 170
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2007
  • Lien interne : Taliban
  • Résumé :

L'Agenda Kosovo[modifier | modifier le code]

  • no 171
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2008
  • Lien interne : Kosovo
  • Résumé :

Retour à Shangri-La[modifier | modifier le code]

Al-Qaïda attaque : 1[modifier | modifier le code]

  • no 173
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2008
  • Lien interne : Al-Qaïda
  • Résumé :

Al-Qaïda attaque : 2[modifier | modifier le code]

  • no 174
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2008
  • Lien interne : Al-Qaïda
  • Résumé :

Tuez le Dalaï-Lama[modifier | modifier le code]

  • no 175
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2008
  • Lien interne : Dalaï-Lama
  • Résumé :

Le Printemps de Tbilissi[modifier | modifier le code]

  • no 176
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2009
  • Lien interne : Tbilissi
  • Résumé :

Pirates[modifier | modifier le code]

  • no 177
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2009
  • Résumé :

La Bataille des S-300 : 1[modifier | modifier le code]

  • no 178
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2009
  • Lien interne : S-300 (système mobile multicanal russe de missiles sol-air)
  • Résumé :

La Bataille des S-300 : 2[modifier | modifier le code]

  • no 179
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2009
  • Résumé :

Le Piège de Bangkok[modifier | modifier le code]

  • no 180
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2009
  • Lien interne : Bangkok
  • Résumé :

La Liste Hariri[modifier | modifier le code]

  • no 181
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2010
  • Lien interne : Rafiq Hariri
  • Résumé :

La Filière suisse[modifier | modifier le code]

  • no 182
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2010
  • Lien interne : Suisse
  • Résumé :

Renegade : 1[modifier | modifier le code]

  • no 183
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2010
  • Remarque : ce roman est évoqué à plusieurs reprises dans le roman La Vengeance du Kremlin (SAS no 200 - parution : 2013), où Malko Linge sera amené à enquêter sur la mort de Boris Berezovsky et où il devra se rendre de nouveau en Israël pour rencontrer le garde du corps de l'oligarque. Le Shin Beth, apprenant son arrivée sur le sol israélien, le considèrera comme un ennemi potentiel et le fera suivre.
  • Résumé : Malko contrecarre les agissements des services secrets israéliens, au sujet d'un complot menaçant le président Barrack Obama.

Renegade : 2[modifier | modifier le code]

  • no 184
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2010
  • Remarque : ce roman est évoqué à plusieurs reprises dans le roman La Vengeance du Kremlin (SAS no 200 - parution : 2013), où Malko Linge sera amené à enquêter sur la mort de Boris Berezovsky et où il devra se rendre de nouveau en Israël pour rencontrer le garde du corps de l'oligarque. Le Shin Beth, apprenant son arrivée sur le sol israélien, le considèrera comme un ennemi potentiel et le fera suivre.
  • Résumé : Malko contrecarre les agissements des services secrets israéliens, au sujet d'un complot menaçant le président Barrack Obama.

Féroce Guinée[modifier | modifier le code]

  • no 185
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2010
  • Lien interne : Guinée
  • Résumé :

Le Maître des hirondelles[modifier | modifier le code]

  • no 186
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2011
  • Résumé :

Bienvenue à Nouakchott[modifier | modifier le code]

  • no 187
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2011
  • Lien interne : Nouakchott
  • Résumé :

Rouge Dragon : 1[modifier | modifier le code]

  • no 188
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2011
  • Résumé :

Rouge Dragon : 2[modifier | modifier le code]

  • no 189
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2011
  • Résumé :

Ciudad Juárez[modifier | modifier le code]

  • no 190
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2011
  • Lien interne : Ciudad Juárez
  • Résumé :

Les Fous de Benghazi[modifier | modifier le code]

  • no 191
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2012
  • Lien interne : Benghazi
  • Résumé :

Igla S[modifier | modifier le code]

  • no 192
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2012
  • Résumé :

Le Chemin de Damas : 1[modifier | modifier le code]

  • no 193
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2012
  • Lien interne : Chemin de Damas
  • Résumé :

Le Chemin de Damas : 2[modifier | modifier le code]

  • no 194
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2012
  • Résumé :

Panique à Bamako[modifier | modifier le code]

  • no 195
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2012
  • Lien interne : Bamako
  • Résumé :

Le Beau Danube rouge[modifier | modifier le code]

  • no 196
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2013
  • Lien interne : Le Beau Danube bleu (titre parodique)
  • Résumé :

Les fantômes de Lockerbie[modifier | modifier le code]

  • no 197
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2013
  • Lien interne : Vol 103 Pan Am (attentat de Lockerbie)
  • Résumé :

Sauve-qui-peut à Kaboul : 1[modifier | modifier le code]

  • no 198
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2013
  • Lien interne : Kaboul
  • Résumé :

Sauve-qui-peut à Kaboul : 2[modifier | modifier le code]

  • no 199
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2013
  • Lien interne : Kaboul
  • Résumé :

La Vengeance du Kremlin[modifier | modifier le code]

  • no 200
  • Publication : Éditions Gérard de Villiers, 2013
  • Lien interne : Kremlin de Moscou.
  • Remarques : le roman constitue la suite, sept ans après, du roman Polonium 210 de la même série (SAS no 167 - mars 2007), concernant la mort mystérieuse d'Alexandre Litvinenko. L'auteur fait aussi référence à deux autres romans de la série, Renegade (tomes 1 et 2 - SAS nos 183 et 184), au cours desquels Malko avait contrecarré les agissements des services secrets israéliens, liés notamment à un complot contre le président Obama.
  • Résumé : Le roman débute par la présentation de Rom Tolkatchev, nommé par Vladimir Poutine chef d'un groupe spécial rattaché directement au Kremlin (et hors de la compétence du SVR ou du FSB), chargé d'éliminer tous ceux qui s'opposent à sa volonté. Il s'agit, en quelque sorte, de la recréation du SMERSH stalinien. Tolkatchev est convoqué au Kremlin par Poutine, qui lui ordonne d'assassiner Boris Berezovski, ancien homme d'affaires et oligarque ennemi du président. La motivation du président russe tient à une froide vengeance, visant à supprimer le seul oligarque qui avait osé défier son autorité. Tolkatchev monte une opération secrète, qui réussit parfaitement : Berezovski est censé s'être suicidé dans sa salle de bain. Malko Linge est appelé par Stanley Dexter, chef de l'antenne de la CIA à Londres pour mener une contre-enquête sur la mort de l'oligarque. Dans la mesure où le gouvernement de David Cameron avait cessé toute protection de Berezovski et a décidé de ne pas réagir à la suite de son étrange décès, Malko doit agir en coulisses, à l'insu du MI-5 britannique. Malko débute son enquête en allant interroger le meilleur ami du défunt, Nikolaï Glouchkov. Mais en se rendant à son domicile, quelqu'un lui pique le bras avec un dard microscopique, empoisonné à la ricine. Malko tombe dans le coma. Il ne doit la vie sauve que grâce à l'intervention de Stanley Dexter, qui l'a emmené immédiatement à l'University College Hospital. Malko, se souvenant de celui qui l'avait percuté, reconnaît le tueur en consultant des albums-photo sur des anciens agents soviétiques : il se nomme Arkady Lianine, c'est un ancien membre du KGB affecté au Royaume-Uni dans les années 1980 et 1990, mais on ignore aujourd'hui où il réside. Après trois jours d'hospitalisation, Malko va donc voir Nikolaï Glouchkov. Celui-ci dit à Malko qu'il ne sait rien sur la mort de son ami, mais lui suggère de se rendre en Israël pour rencontrer Uri Dan, le garde du corps de l'oligarque et probablement la dernière personne à l'avoir vu vivant. Pendant ce temps, des hommes se rendent en secret dans la chambre d'hôtel de Malko, et enduisent le combiné du téléphone portable avec un puissant poison. Malko, pour sa part, va voir une ancienne agent de la CIA, qui a quitté l'Agence : Gwyneth Robertson. Comme sept ans auparavant, quand Malko enquêtait sur la mort étrange d'Alexandre Litvinenko, ils se rendent au domicile de la dame, et ont des relations sexuelles torrides. Gwyneth Robertson lui promet de faire des recherches sur Arkady Lianine. Le lendemain matin, Malko apprend que la CIA a localisé Uri Dan, qui habite effectivement en Israël. Malko rencontre Uri Dan, qui ne répond à aucune question : Malko comprend que l'homme a été « briefé » par les services secrets britanniques avant de venir en Israël. Pendant ce temps, le MI-5 a compris que Malko faisait des recherches sur la mort de Berezovsky et a découvert qu'une femme de ménage pakistanaise, en nettoyant la chambre qu'occupait Malko, avait trouvé la mort par empoisonnement. Le gouvernement britannique décide de ne pas avertir la CIA ou Malko de cette tentative d'assassinat. Néanmoins le chef des services secrets se résout à avertir secrètement Stanley Dexter de cet « incident ». Malko revient à Londres, où Stanley Dexter lui révèle la tentative d'assassinat. D'autre part, Gwyneth Robertson n'a aucun renseignement à lui donner sur Arkady Lianine. Malko décide de continuer l'enquête en se rendant à Moscou, pour rencontrer Irina Lopoukine, une ex-maîtresse de Livitnenko qu'il avait rencontrée en 2006. Il rencontre cette femme, qui lui répond qu'elle ne peut pas l'aider. Mais à la suite d'un entretien fort stressant qu'elle a avec un agent du FSB, elle décide, au contraire, d'aider Malko. Pour cela, elle rend visite à un ex-amant, général du FSB et atteint d'un cancer incurable, qui lui explique que Berezovsky a été empoisonné avec du fluorure de sodium par un dénommé Ilya Sokolov, journaliste à Forbes Russie. Après ce rendez-vous fructueux, Malko est interpellé par le FSB de Moscou et placé en garde à vue. Il a eu le tort de noter sur son carnet le nom du poison utilisé. Plus tard, quand Rom Tolkatchev voit la photographie du carnet portant ce nom, il comprend qu'Irina Lopoukine a trahi : il ordonne son exécution. Irina est exécutée peu après, de nuit, pendant son sommeil, par l'injection d'un puissant poison indétectable. Malko a été relâché et s'est réfugié à l'ambassade. Il sait que Tolkatchev veut sa mort. Il réserve un vol à destination de Londres. Le jour du départ, deux voitures doivent aller à l'aéroport. Au dernier moment, il décide de prendre la seconde voiture : bien lui en prend, car la première voiture fait l'objet d'un terrible attentat qui entraîne la mort de ses occupants. Livide, Malko se rend à l'aéroport et, de justesse, prend l'avion. En arrivant à Londres, il apprend que Gwyneth Robertson a retrouvé la trace d'Arkady Lianine, qui a changé de nom grâce à la protection du MI-5. La narration passe de Malko à Arkady Lianine, avec changement de point de vue subjectif : ce dernier avait été contacté par des agents de Tolkatchev, qui l'avaient menacé de le tuer s'il ne réalisait pas une opération « spéciale », consistant à assassiner Berezovsky. Après avoir refusé, des menaces sur sa femme et ses enfants avaient eu raison de son refus. L'opération avait eu lieu ; il en avait été le chef ; elle s'était très bien déroulée ; il avait peu après reçu la somme d'un million de dollars sur un compte suisse. Dernièrement, il a reçu un message lui ordonnant de revenir à Moscou pour un « débriefing » : il comprend qu'il va disparaître dans les geôles du FSB, et a donc refusé « l'invitation ». Il se sait en sursis et ne sait pas quoi faire. Sous le prétexte d'une enquête journalistique à réaliser, Malko et des collègues de la CIA prennent contact avec Arkady Lianine. Les agents de la CIA sauvent l'homme d'une tentative d'assassiner du FSB, et lui proposent qu'en échange d'aveux complets, on lui permettra de refaire sa vie avec sa famille aux États-Unis. Terrorisé par ce qu'il a vécu peu avant, Lianine accepte immédiatement. Le roman se termine sur les aveux de Lianine, qui explique en détail comment s'est déroulé le meurtre de l'oligarque, et par l'information donnée à Malko de la mort soudaine et inattendue, mais apparemment naturelle, d'Irina Lopoukine.

Hors-série[modifier | modifier le code]

L'Œil de la veuve[modifier | modifier le code]

  • Novélisation d'après le scénario du film homonyme basé sur Vengeance romaine et La Veuve de l'Ayatollah.
  • Publication : Vaugirard, 1991
  • Résumé :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. S.A.S., Air France, montres Breitling et Seiko, téléviseurs et magnétoscope Akai, champagne Taittinger, cognac Gaston de Lagrange, téléphones Thuraya, meubles Claude Dalle, parfums Jacques Bogart, etc.

Références[modifier | modifier le code]

  1. La ville de Liezen en Autriche centrale n'a rien à voir avec le château de Malko Linge, car d'une part le château n'est pas très loin de Vienne, et d'autre part initialement la propriété qui entoure le château est censée avoir été amputée après la Seconde Guerre mondiale et une partie est située derrière le rideau de fer.
  2. La mort de l'oligarque Boris Berezovski pourrait être un homicide - Lefigaro.fr - 28.3.2014
  3. SAS Merci des renseignements, article dans Libération du 2 janvier 2007
  4. Adama Diarra, Gérard de Villiers à Bamako : SAS Malko Linge fait ses valises pour le Mali sur L'Essor du 24 mai 2012, consulté le 10 septembre 2012.
  5. http://www.jeuneafrique.com/Article/JA2697p128-131.xml0/france-mali-racisme-bachar-al-assadlivre-gerard-de-villiers-on-m-a-accuse-de-racisme-mais-c-est-faux-j-aime-l-afrique.html
  6. « Gérard de Villiers the spy novelist who knows too much », The New York Times
  7. [1]
  8. [2]
  9. [3]
  10. Frédérique Maupu-Flament et Frédéric Vasseur, SAS vu par Thierry Vasseur - Éros et Thanatos, Éditions de La Martinière, 2005, (ISBN 2732432636)
  11. Idem, p. 36
  12. Détail de Flash Espionnage no 41
  13. « SAS », sur la Bédéthèque
  14. Le dossier Kennedy.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]