Malko Linge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Malko et Linge.
Malko Linge
Personnage de fiction apparaissant dans
S.A.S

Origine Autriche
Sexe Masculin
Cheveux Blonds
Yeux Dorés
Activité(s) Membre de la CIA
Caractéristique(s) prince
Entourage Alexandra Vogel (fiancée), Chris Jones et Milton Brabeck (gardes du corps), Elko Krisantem (domestique)

Créé par Gérard de Villiers
Roman(s) S.A.S

Son Altesse sérénissime (S.A.S.) le prince Malko Linge est le héros de la série de romans d'espionnage S.A.S. de Gérard de Villiers.

Afin de financer les réparations de son château de Liezen en Autriche, il est contractuel pour la CIA qui l'envoie accomplir des missions dans le monde entier. Il porte des complets d'alpaga et est armé d'un « pistolet extra-plat ». Il parle plusieurs langues. Lors de ses missions, il a de nombreuses relations sexuelles non protégées. Certaines personnes disent qu'il était initialement fasciste, raciste et sexiste, mais qu'il aurait changé avec le temps[1], ses partenaires restant toutefois cantonnées à de simples exutoires sexuels, parfois « maltraitées, violées et assassinées »[2].

Son prénom viendrait de « Malka », prénom d'une « gonzesse somptueuse » avec laquelle Gérard de Villiers aurait eu une relation sexuelle[3].

Malko Linge est, lors de ses aventures, souvent accompagné de deux gardes du corps de la CIA, Chris Jones et Milton Brabeck. Son éternelle fiancée est Alexandra Vogel. Son fidèle domestique Elko Krisantem, l'aide souvent dans les basses besognes.

Inspiration du personnage[modifier | modifier le code]

Gérard de Villiers a déclaré que les personnages de Malko Linge et de sa fiancée la comtesse Alexandra Vogel lui avaient été inspirés par un couple de ses amis, un baron allemand marié en premières noces à une comtesse italienne[réf. nécessaire]. Une partie des terres de ce baron se trouvaient avant 1989 derrière le rideau de fer et avaient été confisquées par le régime communiste.

Caractéristiques de Malko Linge[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Aspect physique[modifier | modifier le code]

Malko mesure 1,80 m. Il a les cheveux blonds et les yeux dorés.

Aspect moral[modifier | modifier le code]

Malko Linge est un libertin capable de se comporter envers les femmes comme un soudard mais qui abhorre la violence. Il est dépassé par les actes de violence commis, qu'ils soient le fait de ses ennemis ou de ses alliés de la CIA. Il est écœuré par les manœuvres de la CIA qui aboutissent à des massacres aussi sanglants qu'inutiles.

C'est aussi un séducteur-né qui fait chavirer toutes les femmes qu'il rencontre, notamment grâce à ses yeux « d'or liquide ». Il fait preuve de loyauté envers les gens qui acceptent de l'aider même si souvent il n'arrive à sauver personne.

Il a une idée très forte de son rang social d'aristocrate pure souche de l'Europe et tient à mener le type de vie qu'il estime approprié à celui-ci.

Il a été élevé dans la religion chrétienne, mais est peu pratiquant. Dans Opération Apocalypse (p. 251 édition de 1965) lors des obsèques demandées par Felipe, il se signe : « Lorsque le vieux curé avait aspergé le cercueil avec son goupillon, il avait fait un lent signe de croix, le premier depuis son enfance ».

Langues parlées[modifier | modifier le code]

Un des atouts du prince Malko pour accomplir ses missions est le nombre élevé de langues qu'il parle. Cependant ce nombre a profondément varié et baissé depuis les premiers SAS ; ainsi, il comprenait le persan dans SAS contre CIA, mais il ignorait tout de cette langue dans l'ouvrage pourtant postérieur Le Disparu des Canaries. Au début SAS parlait 20 langues mais, en 2006, il en parle seulement entre 5 et 10, dont l'allemand bien sûr, mais aussi l'anglais, le russe et moyennement l'espagnol.

Rang social[modifier | modifier le code]

Malko Linge est un prince autrichien pouvant revendiquer des ancêtres remontant au Moyen Âge. Il est altesse sérénissime, chevalier d'honneur et de dévotion de l'ordre des chevaliers de Malte, chevalier de l'ordre des Séraphins, chevalier de droit de l'ordre de l'Aigle noir, landgrave de Kletsaus, margrave de Basse-Lusace, grand voïvode de la voïvodine de Serbie, comte du Saint-Empire romain. Il peut revendiquer au minimum 16 quartiers de noblesse sur 400 ans (ce qui lui a donné accès à l'ordre des chevaliers de Malte).

À la suite d'un succès à Moscou, Malko Linge reçoit de la part de Mikhaïl Gorbatchev, la décoration de l'ordre des héros de l'Union soviétique[4]. Malko est ainsi un des rares agents de la CIA à recevoir cette distinction.

Dans ses premières aventures, son château n'étant pas encore habitable, il vit aux États-Unis : « Il vivait très simplement dans un petit cottage de Robin Hill Drive à Poughkeepsie, dans l’État de New York. Il n’avait qu’une chambre et un grand living. Le garage était sous sa maison. Contrairement à ses voisins, il n’avait pas voulu dépenser 2 000 dollars pour une piscine. » (cf. S.A.S. à Istanbul, p. 66). Son numéro de téléphone est 92 0524 (cf. idem p. 30).

Avant de partir à Haïti, il nous apprend qu'il va s'installer définitivement à Lienzen : « Depuis plusieurs mois, il avait décidé de vendre sa maison de Poughkeepsie dans l’État de New York. À force d'engloutir des dizaines de milliers de dollars dans son château, il était enfin partiellement habitable et il voulait en profiter un peu...» (cf. Requiem pour Tontons macoutes , p. 28).

Motivations de Linge[modifier | modifier le code]

Malko Linge « travaille » pour la CIA comme « agent contractuel » principalement pour des raisons financières, d'abord pour gagner de quoi entretenir son château, et ensuite pour mener la vie d'un homme de son rang (nombreuses réceptions données à ses amis), même s'il n'est jamais fait mention des dédommagements qu'il touche de la part de la CIA. Plus tard, c'est aussi le goût du risque qui explique ses décisions de partir en mission.

Nom de code[modifier | modifier le code]

« Tous les agents étaient toujours répertoriés par des noms de code, même dans les documents top-secret. Celui de Malko était Warlord. À cause de ses origines. »[5]

Longévité de Malko[modifier | modifier le code]

Comme beaucoup de héros de fiction, Malko Linge n'est pas affecté par le temps qui passe : après 41 ans de services auprès de la CIA, il reste toujours aussi jeune et fringant. Selon un des premiers romans[Lequel ?] dans lequel le personnage se rappelle avoir eu 26 ans fin 1944 alors qu'il combattait durant la bataille des Ardennes pour le compte de l'OSS, il serait donc né en 1918. Dans "Magie noire à New York", Malko confesse à un agent russe ayant monté une manipulation pour le confondre avec un ancien SS criminel de guerre avoir 42 ans en 1968, ce qui situe sa date de naissance en 1926. Ceci est en contradiction avec une phrase de Vengeance romaine[6]: « Un mot tournait dans sa tête de plus en plus vite. Qu'il avait souvent entendu lorsqu'il était enfant après avoir fui la Prusse-Orientale occupée par les Russes. Rache ». Là il est enfant vers 1945. Il est allé en Iran durant la Seconde Guerre mondiale[7]. Dans le premier roman, S. A. S. à Istanbul, il récite par cœur un poème turc et dit à son interlocuteur étonné : « J'ai dû lire en 1930, quand j'étais étudiant »[8].

Château de Liezen[modifier | modifier le code]

On sait que le château de Liezen est en Autriche tout près de la frontière avec la Hongrie. Mais quand le château brûle dans Vengeance romaine[9], les pompiers de Liezen téléphonent à leurs collègues de Presbourg en Slovaquie. Liezen doit se situer près de la ville de Neusiedl am See dans le Burgenland.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Malko Linge a été incarné au cinéma[10] par Miles O'Keeffe dans S.A.S. à San Salvador (1983) et par Richard Young dans SAS : L'Œil de la veuve (1991).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Drôles d'amis : Gérard de Villiers/Claude Lanzmann L'Express, 9 juillet 2009
  2. Mariella RIGHINI et Josette ALIA in Gérard de Villiers INA, 10 octobre 1976
  3. émission sur Canal Jimmy en mai 2001, citée par Florence Aubenas, Libération du 28 mai 2001
  4. cf. no 99 Mission à Moscou, 1990
  5. Les Otages de Tokyo, page 51.
  6. Page 35.
  7. cf. S. A. S. contre C. I. A. page 10, édition de 1965
  8. Édition originale, p. 69.
  9. Page 33.
  10. http://www.imdb.com/character/ch0034067/?ref_=tt_cl_t1

Voir aussi[modifier | modifier le code]