Robert de Clermont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Robert de France.
Robert of France.jpg

Robert de France (né vers 1256 — mort le 7 février 1317), comte de Clermont, seigneur de Bourbon, de Charolais, de Saint-Just et de Creil, chambrier de France, connu sous le nom de Robert de Clermont, est un prince français. Sixième et dernier fils du roi de France saint Louis et de Marguerite de Provence. Il était comte de Clermont-en-Beauvaisis et fut le fondateur de la maison capétienne de Bourbon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fut apanagé par son père du comté de Clermont-en-Beauvaisis (à ne pas confondre avec les comtés de Clermont d'Auvergne ou de Clermont en Argonne).

En 1272 Robert se maria avec Béatrice, fille unique et héritière de Jean de Bourgogne, second fils du duc de Bourgogne et sire de Bourbon par son mariage avec Agnès de Dampierre, héritière de la deuxième Maison de Bourbon, comme sa fille Béatrice. Robert fut reconnu sire de Bourbon en 1283. Robert créa ainsi la troisième Maison de Bourbon, la plus célèbre puisqu'elle accéda aux trônes de France, puis d'Espagne, de Naples et de Sicile, de Parme, de Luxembourg et, par la branche d'Orléans, au trône de Brésil. Il est donc l'ancêtre d'Henri IV (né Henri de Bourbon) et des rois de France de la branche des Bourbons.

Dans ses terres il fit construire notamment l'Hôpital Saint-Jacques de Moulins, détruit en 1793. En 1282 il subit et gagna un procès contre sa belle-mère Agnès de Bourbon qui, remariée à Robert II d'Artois, voulait disposer d'une partie des biens qu'elle avait déjà cédée à son gendre.

En 1279, son frère Philippe III l'arme chevalier au cours d'un tournoi. Il eut alors la malchance de recevoir une masse d'arme sur la tête, ce qui le fit sombrer dans la démence pour le restant de ses jours.

Robert de Clermont eut cependant quelques périodes de rémission puisque son neveu Philippe le Bel lui confia plusieurs missions diplomatiques. Il négocia ainsi avec son fils Louis un traité avec l'empereur Henri VII. Il était aussi membre du Conseil royal de Philippe III et de Philippe IV, mais il n'y joua sans doute aucun rôle à cause de son état mental.

En 1316, il intervint une dernière fois sur la scène politique en se ralliant à son neveu Philippe de Poitiers pour l'obtention de la régence après la mort de Louis X.

Il s'éteignit en 1317 à l'âge de 61 ans.

De Béatrice, il avait eu :

  • Louis Ier le Boiteux (1280 † Paris 27 janvier 1342), duc de Bourbon, comte de Clermont et de la Marche, épouse en 1310 Marie de Hainaut (1280-1354), et postérité ;
  • Blanche (1281 † juin/décembre 1311), mariée le 25 juin 1303 à Robert VII († 1325), comte d'Auvergne et de Boulogne, d'où un fils : Guillaume XII d'Auvergne, et postérité ;
  • Jean (après 1285 † 17 août/octobre 1316), seigneur de Charolais, et postérité ;
  • Marie (1285 † Poissy 17 mai 1372), fiancée le 9 octobre 1295 à Jean de Montferrat. Religieuse à Montargis puis à St Louis de Poissy le 24 juin 1299 seconde prieure du prieuré Saint-Louis de Poissy en février 1333. Résigne ses fonctions en 1343, étant devenue aveugle, morte âgée de 87 ans[1].
  • Pierre (juin/novembre 1298 † Paris 1341),archidiacre de Tonnerre en novembre 1307 âgé de 9 ans, archidiacre de Notre Dame de Paris  ;
  • Marguerite (vers 1290 † Paris 4 février 1309), mariée par contrat de décembre 1307, célébré août/septembre 1308 à Jean Ier, margrave de Namur (1267 † 1330), union sans postérité.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Henri Louis de Coiffier Demoret, Histoire du Bourbonnais et des Bourbons qui l'ont possédé, 1816 [1]
  • Jean François Michaud, Biographie Universelle Ancienne et Moderne, vol. 5, Paris, Ch Delagrave et Cie,‎ 1843


Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Octave Eugène Noël, Histoire de la ville de Poissy depuis ses origines jusqu'à nos jours p. 206-207 Lire en ligne