Garsende de Forcalquier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gersenda.jpg

Garsende de Sabran, née vers 1180, morte vers 1242, héritière des comtes de Forcalquier et comtesse de Provence par mariage. Elle était fille de Rainier de Sabran, seigneur du Caylar et d'Ansouis, et de Garsende de Forcalquier, et petite-fille de Guillaume IV, comte de Forcalquier.

Quand elle avait treize ans, son grand-père et son grand-oncle furent contraints de signer le traité d'Aix, qui stipulait que Garsende devait devenir l'héritière du comté de Forcalquier et épouser Alphonse, second fils du roi Alphonse II d'Aragon, destiné à devenir comte de Provence.

Elle l'épousa peu après en 1195 à Aix-en-Provence, et fut la mère de :

En 1209, son mari et son grand-père moururent. La tutelle de Raimond Bérenger fut assurée par le roi Pierre II d'Aragon, qui délégua la régence du comté à son oncle Sanche. Le 30 novembre 1209, elle cède ses droits sur le comté de Forcalquier à son fils, qui réunit ainsi les deux tiers de la Provence[1]. En 1213, Pierre II est tué à Muret, Sanche prend en charge la régence d'Aragon et laisse celle de Provence à son fils Nuno. Des dissensions éclatèrent au sein des Catalans de Provence, entre la partisans de Garsende et ceux de Nuno, qui semblait vouloir évincer le jeune comte pour prendre sa place. La noblesse provençale en profita pour s'agiter. Elle prit finalement le parti de Garsende, évinça Nuno, placèrent Raymond-Bérenger sous la tutelle de sa mère et créèrent un conseil de régence.

En 1220, Guillaume de Sabran, un neveu du comte Guillaume IV de Forcalquier, qui revendiquait le comté de son oncle et avait profité des troubles pour s'emparer de la région de Sisteron, est neutralisé, grâce à un arbitrage de l'archevêque d'Aix.

Elle se retire en 1225 à l'abbaye de La Celle, près de Brignoles.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Mariacristina Varano, Espace religieux et espace politique en pays provençal au Moyen Âge (IXe-XIIIe siècles). L'exemple de Forcalquier et de sa région, thèse soutenue à l'université d'Aix-Marseille I, 2011, p. 482-483.

Source[modifier | modifier le code]