Riespach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Riespach
La mairie
La mairie
Blason de Riespach
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Haut-Rhin
Arrondissement Altkirch
Canton Hirsingue
Intercommunalité Communauté de communes du Canton de Hirsingue
Maire
Mandat
Marie-Josée Muller
2008-2014
Code postal 68640
Code commune 68273
Démographie
Population
municipale
715 hab. (2011)
Densité 94 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 32′ 28″ N 7° 17′ 18″ E / 47.5411, 7.2883 ()47° 32′ 28″ Nord 7° 17′ 18″ Est / 47.5411, 7.2883 ()  
Altitude Min. 355 m – Max. 455 m
Superficie 7,57 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Riespach

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Riespach

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Riespach

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Riespach

Riespach est une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 10 février 1943, le village est le rendez-vous de 182 réfractaires à l’incorporation de force à la Wehrmacht. Ils sont principalement originaires des environs de Riespach, mais on trouve aussi des Mulhousiens, des Colmariens et des Sélestadiens et même des Allemands. Ce groupe, connu par la suite sous le nom de Espenkolonne du nom de la croix de l’Espen d’où ils partirent, ralliera la Suisse après sept heures de marche dans la neige. En représailles, trente familles du village seront par la suite déportées par les Allemands.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Riespach

Les armes de Riespach se blasonnent ainsi :
« D’argent au cœur de gueules supportant une croix de même. »[1]

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 juin 2005 Thierry Stehlin   (dèces en cours de mandat)
juillet 2005 en cours Marie-Josée Muller    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 715 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
449 398 454 442 515 543 580 591 628
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
564 619 592 574 552 525 539 540 554
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
542 519 530 518 528 574 538 501 667
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
543 582 548 587 608 672 693 700 715
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3])
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vie associative[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Une vie associative très vive. Allant de l’association Vermeil, en passant par l’association de pompiers volontaires et pour finir la plus importante, l’ASC Saint Michel. (Association sportive et culturel) Cette dernière agit dans de nombreuses activités. À l’origine une association sportive (gymnastique et danse), elle occupe désormais trois saisons de théâtre dans l’année avec sa troupe permanente et une nuée satélitaire de jeunes du village et d’ailleurs, des cours de dialecte alsacien et de danse, et enfin, la musique avec ses cours d’instruments naturels (cor de chasse, trompette de cavalerie, clairon et autres). La fanfare qui en découle est l’une des meilleures fanfares amateurs de France, avec un total de sept prix d’honneur aux concours nationaux de l’UFF (Union des anfares de France).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :