Bisel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bisel
La mairie-école.
La mairie-école.
Blason de Bisel
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Haut-Rhin
Arrondissement Altkirch
Canton Hirsingue
Intercommunalité Communauté de communes du Jura alsacien
Maire
Mandat
Joseph Berbett
2014-2020
Code postal 68580
Code commune 68039
Démographie
Population
municipale
575 hab. (2011)
Densité 71 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 32′ 10″ N 7° 13′ 09″ E / 47.5361111111, 7.2191666666747° 32′ 10″ Nord 7° 13′ 09″ Est / 47.5361111111, 7.21916666667  
Altitude Min. 386 m – Max. 431 m
Superficie 8,1 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Bisel

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Bisel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bisel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bisel

Bisel est une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Alsace, au pied du massif des Vosges.

Ses habitants sont appelés les Biselois et les Biseloises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les différentes mentions du village au cours des siècles :
1280 : Bisol
1303 : Bysol
1341 : Bisel
1370 : Pysul
1485 : Bisel
1495 : Bysol
1567 : Bisell
1651 : Byszell


Histoire[modifier | modifier le code]

Le village entre dans l’Histoire tardivement. La plus ancienne mention se trouve dans un document cité par J. TROUILLAT et daté de 1280[1]. Il s’agit d’un document notarial concernant un notable de Mulhouse, un certain Nieblung, vendant ses biens situés « in villa Bisol et banno eiusdem villae ». Quelque temps plus tard, en 1303, le village est mentionné dans l’Urbaire de la maison de Habsbourg sous le nom Bysol. Une noblesse locale semble apparaître à cette période puisqu’en 1395 un certain Ulricus von Bysol était prieur de Saint-Niklaus zu Enschingen. Il dirigera en 1411, en tant que supérieur, le couvent Saint-Alban de Bâle.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bisel

Les armes de Bisel se blasonnent ainsi :
« D'argent à deux belettes passantes de gueules, l'une sur l'autre. »[2]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1670  ?? Ursus Gritz    
1776  ?? Georges Zimberlin    
1793   Fortuné Gink    
1794   François Manne    
1795 1797 Maurice Higelin    
1798   Fortuné Wira    
1799   François-Joseph Berger    
1800 1807 Fortuné Wira    
1808 1811 Antoine Vogt    
1811   Jean Berger    
1812 1821 Henri Berger    
1821 1826 Sébastien Wira    
1826 1831 Maurice Higelin    
1831 1836 François-Joseph Berger    
1837 1840 Antoine Hirtzlin    
1841 1846 Adam Wira    
1847 1848 Antoine Rocklin    
1849 1851 François-Joseph Berger    
1852 1853 Antoine Rocklin    
1854 1865 Léger Wira    
1866 1870 Colomban Muth    
1871 1880 Fortuné Wira    
1881 1891 Léger Wira    
1891 1919 Colomban Wira    
1920 1929 Joseph Manne    
1930 1936 Joseph Wira    
1936 1944 Lucien Federspiel    
1945 1947 Marcel Hirtzlin    
1947 1959 Oscar Berger    
1959 1971 Antoine Wira    
1971 1989 Robert Manne    
1989 1995 Robert Zipper    
1995 2002 Edouard Goepfert    
2002 2014 Robert Zipper    
2014 en cours Joseph Berbett    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 575 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
507 480 512 551 658 697 686 682 718
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
628 648 643 621 618 593 573 566 515
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
535 559 568 503 474 463 458 447 444
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
467 487 518 545 534 602 588 568 572
2011 - - - - - - - -
575 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. TROUILLAT, 1852
  2. Archives Départementales du Haut-Rhin
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]