Réserve écologique Louis-Babel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Réserve écologique Louis-Babel
Image illustrative de l'article Réserve écologique Louis-Babel
Catégorie UICN Ia (réserve naturelle intégrale)[1]
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Municipalité régionale de comté Manicouagan
Ville proche Baie-Comeau
Coordonnées 51° 27′ 00″ N 68° 41′ 00″ O / 51.45, -68.68333351° 27′ 00″ Nord 68° 41′ 00″ Ouest / 51.45, -68.683333  [1]
Superficie 235,4 km2[1]
Création 30 janvier 1991
Classement  Réserve de biosphère (2007, Manicouagan-Uapishka)
Administration Ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Réserve écologique Louis-Babel

Géolocalisation sur la carte : Québec

(Voir situation sur carte : Québec)
Réserve écologique Louis-Babel

La réserve écologique Louis-Babel comprend la partie nord de l'île René-Levasseur. Elle est de loin la plus grande réserve écologique au Québec. Ce territoire protège des écosystèmes boréaux, montagnards et alpins du moyen nord québécois. Elle protège aussi en partie l'un des cinq sites de cratère d'impact au Québec. Le nom de la réserve honore le père Louis Babel (1826-1912), missionnaire oblat chargé d'évangéliser les Montagnais et les Naskapis. Il est considéré comme étant le premier explorateur scientifique du nord-est québécois.

Elle protège le sommet du mont Babel (952 m), qui est le résultat de l'impact d'un météorite survenu il y a 210 millions d'années. Le site est un lieu de recherche pour les géologues et les biologistes.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Louis Babel.

La réserve écologique tient son nom du missionnaire oblat Louis Babel (1826-1912). L'archevêque de Québec, Mgr Pierre-Flavien Turgeon lui demande d'établir une mission chez les Naskapis en 1866. Il répéta sa mission en 1867, 1868 et 1870. Au fait de cette mission, le gouvernement du Canada le mandata pour faire l'exploration officielle du territoire. Il produira les premières cartes de l'intérieur des terres de la Côte-Nord et du Labrador. Il s'installa ensuite à Pessamit jusqu'en 1911. Il est considéré comme le premier explorateur scientifique du nord-est québécois[2],[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Réserve écologique Louis-Babel vue de l'espace

La réserve écologique Louis-Babel a une superficie de 235,4 km2[1]. Elle est située entièrement dans le territoire non-organisé de Rivière-aux-Outardes, qui fait elle-même partie de la municipalité régionale de comté de Manicouagan. Elle est située au centre-nord de l'île René-Levasseur, au cœur du réservoir Manicouagan. Elle est localisée dans la réserve de la biosphère de Manicouagan-Uapishka et elle partage sa limite nord-est avec la réserve de biodiversité de la Météorite.

L'île a un relief bosselé qui varie de 350 m à 952 m. Le centre comprend le mont Babel (952 m) qui a un relief très accidenté. L’origine des roches métamorphiques est due à l'impact d'une météorite qui a créé l'astroblème de Manicouagan (en) il y a environ 210 millions d'années. Le mont Babel et une bande de 6 km de largeur correspondent aux zones de rebondissement du cratère. Les roches sont composées d'anorthosite, de quartz et de feldspath. Le mont Babel comprend un gisement de zéolite. Le tout est généralement recouvert de till épais[4].

Milieu naturel[modifier | modifier le code]

La végétation de la réserve comprend un étagement assez net qui passe de la forêt à la forêt rabougrie, puis au krummholz et à la toundra. Les forêts des plus bas versants sont composées de pessières noires à sapin et mousses, de pessières à éricacées et sphaignes et de pessières à aulne. L'étage subalpin, qui comprend la forêt rabougrie et le krummholz, est composé en majorité d'épinette noire. Finalement, l'étage alpin est colonisé par les lichens et les bleuets[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs, « Registres des aires protégées: Réserve écologiques »,‎ 2014 (consulté le 2 mars 2014)
  2. « Réserve écologique Louis-Babel », Banque de noms de lieux du Québec, sur Commission de toponymie (consulté le 2 mars 2014)
  3. Romuald Boucher, « Louis Babel », Dictionnaire biographique du Canada en ligne, University of Toronto/Université Laval, vol. XIV 1911-1920,‎ 2000 (lire en ligne)
  4. a et b « Réserve écologique Louis-Babel », sur Ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs (consulté le 2 mars 2014)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]