Île René-Levasseur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Levasseur.
Île René-Levasseur
Vue satellite de l'île René-Levasseur au centre du réservoir Manicouagan.
Vue satellite de l'île René-Levasseur au centre du réservoir Manicouagan.
Géographie
Pays Drapeau du Canada Canada
Localisation Réservoir Manicouagan
Coordonnées 51° 23′ 00″ N 68° 42′ 00″ O / 51.383333, -68.7 ()51° 23′ 00″ N 68° 42′ 00″ O / 51.383333, -68.7 ()  
Superficie 2 020 km2
Point culminant Mont Babel (952 m)
Géologie Île continentale
Administration
Province Drapeau : Québec Québec
Autres informations
Découverte Années 1960 (remplissage du lac de barrage)
Fuseau horaire UTC-5

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Île René-Levasseur
Île René-Levasseur
Île du Canada
L'île René-Levasseur.

L'île René-Levasseur, deuxième plus grande île du Québec ( après Anticosti), est une île artificielle créée par la montée des eaux provoquée par la construction du barrage Daniel Johnson en 1970. Elle se trouve donc entourée des eaux du réservoir Manicouagan.

La forme caractéristique de l'île est due à un impact météoritique survenu vers la fin du trias de l'ère mésozoïque, il y a 214 millions d'années; une météorite de cinq kilomètres de diamètre frappa la Terre à une vitesse d'environ 17 kilomètres par seconde, le 4e plus fort impact que la planète ait connu. L'impact forma un cratère d'environ 100 kilomètres de diamètre, le centre se soulevant pour former l'île telle qu'on la connaît de nos jours. Ce n'est cependant que suite à la mise en eau du réservoir Manic-5 que l'île acquit son aspect annulaire et que l'on confirma la nature météoritique du réservoir, ce que laissaient déjà supposer des roches "choquées" que l'on y a découvertes.

L'île René-Levasseur doit son nom à René Levasseur, ingénieur en chef pour Hydro-Québec du chantier du barrage maintenant nommé Barrage Daniel-Johnson qui devait former le réservoir Manicouagan, et donc faire apparaître l'île. Il décèdera à l'âge de 35 ans quelques jours avant l'inauguration du barrage.

L'île comprend deux zones protégées, soit la réserve écologique Louis-Babel ainsi que la réserve de biodiversité de la Météorite. On surnomme l'ensemble du réservoir et son centre non submergé "L'Œil du Québec".

L'exploitation forestière de l'île[modifier | modifier le code]

Aperçu des coupes effectuées par Kruger sur l'île René-Levasseur (photo prise à l'été 2007).

L'île René-Levasseur est aujourd'hui au centre d'une bataille juridique opposant la communauté innue de Pessamit (située à 50 km de Baie-Comeau) et l'organisme SOS-Levasseur au gouvernement du Québec, du Canada et la compagnie forestière Kruger inc. Le chef de la communauté, Raphaël Picard, fonde sa requête sur le manque de consultation de sa communauté et prétend vouloir préserver leur territoire ancestral.

Le territoire de l'île a été concédé à la compagnie forestière en 1997, qui l'exploite depuis 2002. Il s'agit du point de coupe le plus septentrional du Québec ainsi que le plus coûteux à exploiter si l'on tient compte de l'insularité du territoire. Néanmoins, les droits de coupe, beaucoup moins élevés dans cette région que dans les zones plus au sud ainsi que la grande maturité des forêts de l'île font en sorte que l'exploitation y demeure rentable.

En juin 2005, la Cour supérieure du Québec a donné raison à la communauté de Pessamit et a temporairement ordonné l'arrêt des coupes sur l'île en attendant une décision plus approfondie du dossier. Ce jugement est renversé par la Cour d'appel au mois d'avril 2006 et autorise la compagnie Kruger à reprendre ses travaux forestiers.

En février 2008, un documentaire de Julien Fréchette concernant les enjeux entourant l'île René-Levasseur, "Le Doigt dans l'Œil", sort en salle.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]