Quand les poules rentrent au bercail

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Quand les poules rentrent au bercail

Titre original Chickens Come Home
Réalisation James W. Horne
Scénario H.M. Walker
Acteurs principaux
Sociétés de production Hal Roach Studios
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie
Sortie 1931
Durée 30 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Quand les poules rentrent au bercail (Chickens Come Home) est une comédie du cinéma américain de James W. Horne mettant en scène Laurel et Hardy, sortie en 1931. Une version long métrage en langue espagnole destinée au marché hispanophone fut tournée la même année sous le titre de Politiquerías.

Synopsis[modifier | modifier le code]

« Every man has a past with some little indiscretion he would like to bury. Mr. Laurel et Mr. Hardy have thirty or forty they would like to cremate ! »[1]

Oliver Hardy est un honnête homme qui aspire à la respectabilité d’un notable. Ainsi, patron d’une entreprise d’engrais et de fertilisants, jeune marié, il brigue le poste de maire de la ville. Il prépare un discours pour sa campagne électorale avec son bras droit et associé, Stan Laurel, lorsqu'une ancienne maîtresse lui rend visite, bien décidée à le faire chanter au moyen d'une photo compromettante.

L’arrivée de l'importune est suivie de celle de Mrs Hardy auquel Oliver a du mal à cacher la présence de la première visiteuse. Il y parvient mais celle-ci le somme de la rejoindre le soir même alors qu’il donne chez lui un dîner important pour sa campagne électorale. C'est au pauvre Stan, déjà bien embarrassé d'une épouse autoritaire, qu'il demande de le tirer d'embarras. Il l'envoie à sa place auprès de son ancien flirt pour tenter de la contenir tandis qu'il tente vainement de s'éclipser de chez lui. Finalement, Laurel, incapable de la maîtriser sera obligé de la suivre chez Hardy, suivi à la trace par sa propre épouse.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Source principale de la distribution[3] :

Reste de la distribution non créditée :

Autour du film[modifier | modifier le code]

Quand les poules rentrent au bercail (Chickens Come Home) peut être considéré comme un « remake parlant » de la comédie muette Un ancien flirt (Love 'Em and Weep) de Fred Guiol sortie quatre ans plus tôt en 1927. Le scénario est identique et l’on y retrouve les mêmes gags. Stan Laurel et Mae Busch y tiennent le même rôle principal, Oliver Hardy remplace James Finlayson qui est relégué à un rôle secondaire reflétant ainsi la nouvelle hiérarchie de l’écurie d’acteurs d’Hal Roach.

Lorsque Oliver Hardy va chanter à la demande de ses invités, accompagné par sa femme au piano, cette dernière est furieuse des coups de fil répétés qu'il reçoit et commence à comprendre que son mari cherche à s'éclipser de chez lui pour aller rejoindre quelqu'un. C'est elle qui choisit la chanson et tend alors à son mari la partition de Your mamma's gonna slow you down[4] de Gill Wells et Buddy Cooper qui est une chanson populaire des années 20 dont les paroles sont les avertissements d'une dame à son mari volage pour tempérer ses ardeurs[5]. Dans les adaptations en langues étrangères, il y a des traductions du titre de la chanson mais cela n'est que le pâle reflet de ce que peut être en langue originale la référence à une véritable chanson connue.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chaque homme a un passé qui comporte quelque chose à enterrer. Mr. Laurel et Mr. Hardy en ont bien trente ou quarante qu’ils voudraient bien carboniser.
  2. Ce dernier non crédité
  3. (en) Quand les poules rentrent au bercail sur l’Internet Movie Database - Consulté le 8 décembre 2011 - Sauf référence contraire.
  4. (Tu es un malin mais) - sous entendu - ta « maman » va te calmer
  5. Paroles de la chanson