Los Calaveras

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Los Calaveras

Réalisation James W. Horne
Scénario H.M. Walker
Acteurs principaux
Sociétés de production Hal Roach Studios
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie
Sortie 1931
Durée 61 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Los Calaveras est une comédie du cinéma américain de James W. Horne mettant en scène Laurel et Hardy et destinée au marché hispanophone. Elle est constituée à partir du montage bout à bout de deux courts métrages, Drôles de bottes (Be Big!) et Le Bon Filon (Laughing Gravy). Diverses scènes ont été tournées en espagnol et certains acteurs sont spécifiques à cette version.
Les Carottiers est selon le même principe la version en langue française destinée au marché francophone.

Drôles de locataires (Another Fine Mess) est aussi sorti sur le marché hispanophone sous le même titre de Los Calaveras.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Les scénarios sont similaires à ceux de Drôles de bottes et Laughing Gravy, les deux courts-métrages sont accolés avec un simple intertitre précisant : « Después del divorcio, todo fue de mal en peor y vino el invierno[1]. » et le long métrage est donc constitué de deux parties.

Laurel et Hardy se préparent à partir en week-end au bord de la mer avec leur épouses lorsque le téléphone sonne. C'est un ami qui les appelle de leur Club de chasse et persuade Oliver de venir faire la bringue ! Il décide alors de se faire porter pâle et propose à leurs épouses qu'elles partent seules, Stan et lui les rejoindront le lendemain. Le stratagème fonctionne et nos deux lurons s'habillant pour aller au club, l'uniforme de ce dernier se composant d'une culotte de cheval et d'une paire de bottes que Hardy a toutes les peines du monde à enfiler... Pendant ce temps, les épouses parvenues à la gare constatent qu'elles ont raté leur train et retournent à la maison. Comprenant qu'elles ont été roulées, elles se saisissent des fusils et tirent sur les compères.

Fin de la première partie. L'intertitre et les premières images nous font comprendre que Laurel et Hardy sont redevenus célibataires et habitent une pension.

Il fait froid dehors et nos deux compères sont couchés. Hardy voudrait bien dormir mais Laurel a le hoquet en dormant. Bien pire, le remue-ménage provoqué par leur dispute finit par faire aboyer leur petit chien, Laughing Gravy. Mais les animaux sont interdits et le propriétaire alerté par les aboiements met le chien dehors.

Sitôt leur propriétaire recouché, Stan et Laurel tentent de faire entrer à nouveau Laughing Gravy dans la chambre. La chose n'est pas aisée surtout lorsque l'on est aussi peu dégourdi et discret que nos amis. Finalement le propriétaire les mets à la rue et nos compères envisagent de se séparer...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Reste de la distribution non créditée :

Autour du film[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Après le divorce les choses sont allées de mal en pis et vint l'hiver.
  2. Crédité comme Richard Currier