Province de Limbourg (Pays-Bas)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Limbourg (homonymie).
Limbourg
(nl) Provincie Limburg
Héraldique
Héraldique
Drapeau de Limbourg
Drapeau de Limbourg
Province de Limbourg (Pays-Bas)
Administration
Pays Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Chef-lieu Flag of Maastricht.svg Maastricht
Commissaire du Roi Léon Frissen (CDA)
ISO 3166-2 NL-LI
Démographie
Population 1 122 604 hab. (2009)
Densité 508 hab./km2
Religion Catholiques 71 %
Protestants 11 %
Géographie
Superficie 220 922 ha = 2 209,22 km2
Liens
Site web http://www.limburg.nl

Le Limbourg est une des douze provinces des Pays-Bas. Il se trouve dans le Sud-Est du pays et comptait une population de 1 143 000 habitants au 1er janvier 2001. La capitale du Limbourg est Maastricht. Les principales villes incluent Heerlen, Maastricht, Ruremonde (Roermond), Sittard-Geleen, Vaals, Fauquemont-sur-Gueule (Valkenburg aan de Geul), Venlo et Weert.

Le sud de la province est particulièrement vallonné. On y trouve le point le plus élevé des Pays-Bas, le Vaalserberg (321 mètres). Dans le reste de la province, le sol est constitué principalement de sable. Le fleuve le plus important, la Meuse, traverse la province du sud au nord. Dans le passé, on extrayait en Limbourg de la tourbe, du gravier et du charbon.

Le commissaire du Roi, au Limburg, est Léon Frissen. Seulement au Limbourg, le commissaire de la Reine est appelé « gouverneur », mais c'est officieux.

Histoire[modifier | modifier le code]

Du point de vue politique, le Limbourg était traditionnellement très divisé, comme en témoigne aujourd'hui la grande variété de dialectes qui y sont parlés : chaque commune a son propre dialecte, avec parfois de grandes différences à l'intérieur d'une même commune (par exemple à Venlo). En 1815, lors de la formation du nouveau Royaume des Pays-Bas (couvrant également l'actuelle Belgique), une des provinces (constituée des actuelles provinces belge et néerlandaise de Limbourg) reçut le nom de Limbourg. Ce nom remonte au vieux duché de Limbourg, qui couvrait une partie du triangle Maastricht-Aix-la-Chapelle-Liège et exista jusqu'en 1648. Le nom de Limbourg est donné à cette province, bien qu'elle ne comprenne que quelques kilomètres carrés de l'ancien duché de Limbourg[1], à la demande expresse de Guillaume Ier, qui ne voulait pas voir disparaître ce nom prestigieux[2].

Le territoire en lui-même de la province était constitué grosso modo : de la partie thioise (néerlandophone) de la Principauté de Liège (le nord du quartier de Hesbaye c-à-d. Tongres) et les quartiers de Looz et de Horn), de la partie thioise du duché de Limbourg, et de l'exclave méridionale du duché de Gueldre.

Lors de la séparation des Pays-Bas et de la Belgique en 1830, l'ensemble de cette province de Limbourg fut rattachée à la Belgique, à l'exception de la forteresse de Maastricht, qui restait aux mains des troupes néerlandaises. Cependant, les Protocoles de Londres, puis le Traité des XXIV articles accordaient aux Pays-Bas une partie de cette province : les territoires située au-delà de la Meuse et Maastricht. Comme le roi Guillaume refusait de ratifier le traité, l'ensemble de la province resta administré par la Belgique jusqu'en 1839. Elle fut alors divisée en une province néerlandaise et une province belge, qui comprenait les anciens quartiers de Hesbaye et de Looz. Le différent frontalier ne fût réglé qu'avec le Traité de Maastricht (1843). Jusqu'en 1866, le Limbourg néerlandais fit partie de la Confédération germanique (Deutscher Bund) sous le nom de « duché du Limbourg » (ceci pour compenser la perte par la confédération d'une partie du grand-duché Luxembourg, rattaché à la Belgique). La province continuent à employer le titre de duché jusqu'en 1906. Une autre particularité limbourgeoise persiste jusqu'à aujourd'hui : le « commissaire du Roi » s'y appelle le « gouverneur ».

Communes[modifier | modifier le code]

Voir Communes du Limbourg néerlandais et Anciennes communes du Limbourg néerlandais pour une liste historique des fusions.

Limbourgeois connus[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (nl) Limburg, Land van de Bokkerrijders (Mythe-Historie-Fictie), José(phus) SPEETJENS, 2006, ISBN 99904-0-591-3, 420p. Ed. Stichting Bokkeryder, Groot-Genhout 6191 NT Beek (L), Fax: 046-4374600
  2. (fr) Jean Stengers, Histoire du sentiment national en Belgique des origines à 1918, tome 1, Les Racines de la Belgique, éditions Racine, Bruxelles, 2000 (ISBN 978-2-87386-218-3), p. 45 et note 13.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]