Partie à l'aveugle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Une partie à l'aveugle de Philidor à Londres dans les années 1780.

Les parties à l'aveugle sont une variante du jeu d'échecs dans laquelle l'un ou les deux joueurs ne voient pas l'échiquier et s'annoncent les coups oralement. Cette forme de jeu, spectaculaire pour le non-initié, est principalement utilisée lors d'exhibitions.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les échecs à l’aveugle sont apparus très tôt dans l’histoire de ce jeu : le premier à jouer de cette façon fut peut-être Sa'id bin Jubair (665-714) au Moyen-Orient[1]. En Europe, le jeu à l’aveugle s'est répandu comme moyen de handicaper un maître d'échecs face à un adversaire plus faible, ou simplement de démontrer les capacités supérieures d’un joueur.

Harold James Ruthven Murray a cité une partie à l'aveugle au cours de laquelle deux cavaliers d'Asie centrale chevauchant côte à côte jouaient oralement aux échecs en énonçant chacun leurs mouvements sans voir l'échiquier. Le premier évènement connu en Europe s’est déroulé à Florence en 1266. Le grand joueur français François-André Danican Philidor a démontré ses capacités à jouer jusqu’à trois parties à l’aveugle simultanément en 1783 avec un grand succès, des journaux soulignant sa prouesse ; il avait appris tout seul à visualiser l'échiquier au lit quand il avait du mal à dormir.

Paul Morphy a tenu en 1858 une démonstration de jeu à l’aveugle contre huit des meilleurs joueurs de Paris avec un résultat étonnant de six victoires et deux nulles. Parmi les autres maîtres des échecs à l’aveugle, on peut citer Louis Paulsen, Joseph Henry Blackburne (il a joué jusqu’à seize parties simultanées à l’aveugle) et le premier champion du monde Wilhelm Steinitz qui, à Dundee en 1867, a joué six parties simultanées à l’aveugle (trois victoires, trois nulles). Ceci a été vu par ces maîtres comme une bonne source de revenus.

Image mentale de l'échiquier[modifier | modifier le code]

Contrairement à une idée reçue, la plupart des joueurs de parties à l'aveugle n'ont pas une image photographique de la position sur l'échiquier à chaque instant. Même si chaque joueur expérimenté est capable de dire instantanément les cases accessibles par une pièce située sur n'importe quelle case de l'échiquier, c'est l'enchaînement des déplacements précédents qui sont le plus souvent mémorisés, la logique de ces mouvements permettant une meilleure mémorisation. Avec un peu d'entraînement, un joueur expérimenté est capable de mener à bien une partie complète.

Toutefois cette question n'est pas absolument résolue. Après les travaux d'Hippolyte Taine sur la question, pensant pour sa part que les joueurs d'échecs à l'aveugle avaient une mémoire visuelle de l'échiquier, ce qui n'était pas là un cas général et universel, puis après les réflexions d'Henri Bergson qui lui pensait que les joueurs refaisaient la partie dans leur esprit, en déployant sa théorie de pensée-schéma-image, la question n'a cessé d'être débattue. En effet, Bergson pensait que les joueurs rejouaient systématiquement le début de la partie dans leur esprit afin de retrouver la position actuelle des pièces sur l'échiquier. Or, cela n'est qu'exceptionnel. Christophe Bouriau, ayant interviewé Éric Prié sur ce processus, souligne le fait que les joueurs n'ont pas à se représenter en image les pièces pour mener à bien la partie, mais qu'ils voient « des rapports de force ». Eliot Hearst et John Knott indiquent eux, après avoir interviewé de nombreux joueurs, que la faculté à jouer en aveugle ne vient pas de la mémorisation des mouvements. Il s'agit plutôt d'une faculté à comprendre les interactions potentielles les plus significatives sur l'échiquier[1]. La question est donc toujours ouverte sur la question de l'image mentale de l'échiquier.

Partie à l'aveugle et simultanée à l'aveugle[modifier | modifier le code]

Tout joueur de bon niveau est capable de jouer des parties à l'aveugle, le tournoi d'échecs Amber est par exemple un tournoi entre très forts joueurs qui alterne parties rapides et parties en aveugle. Le niveau de jeu en aveugle, même s'il est sensiblement diminué, reste d'un niveau comparable à celui des parties classiques.

Aussi tout joueur de bon niveau est capable d'effectuer, sans grand effort, des parties simultanées face à de nombreux joueurs tant que ceux-ci ont chacun un niveau bien inférieur.

Records (parties simultanées à l'aveugle)[modifier | modifier le code]

Simultanée à l'aveugle de Paul Morphy à Paris en 1858.
Année Adversaires[2] Lieu Joueur
1751 3 (+3) Berlin Philidor
1857 4 Louis Paulsen
1858 8 (+6 =2) Paris Paul Morphy
1861 10 (+9 -1) Londres Louis Paulsen
1876 16 (+12 =3 -1) Johannes Zukertort
1902 21 (+3 =11 –7)[3] Hanovre Harry Nelson Pillsbury
1919 24 (+12 =9 -3) Haarlem Richard Réti
1921 25 (+15 =7 -3) Berlin Gyula Breyer
1925 28 (+22 =3 -3) Paris Alexandre Alekhine
1925 29 (+20 =7 -2)[4] São Paulo Richard Réti
1933 32 (+19 =9 -4) Chicago Alexandre Alekhine
1937 34 (+24 =10) Édimbourg George Koltanowski
1947 45 (+39 =4 -2) São Paulo Miguel Najdorf
2011 46 (+25 =19 -2) Sontheim Marc Lang[5]

En 1960, George Koltanowski joue contre 56 joueurs à l'aveugle à San Francisco, mais consécutivement et non simultanément.

La même année, le Hongrois János Flesch joue contre 52 adversaires à Budapest (+31 =3 -18), mais Flesch a pu avoir accès à la liste des coups joués pendant la partie[6].

Tournois[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alfred Binet, Psychologie des grands calculateurs et des joueurs d'échecs, Hachette, Paris, 1894 [PDF] [lire en ligne]
  • Henri Bergson, « L'effort intellectuel » in L'Énergie spirituelle, PUF, Paris, 1919, Réédition de 1985, pp. 162 - 164.
  • (en) Eliot Hearst et John Knott, Blindfold Chess : History, Psychology, Techniques, Champions, World Records, And Important Games, McFarland, Jefferson 2009 (ISBN 9780786434442).

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Eliot Hearst, John Knott Blindfold Chess: History, Psychology, Techniques, Champions, World Records, and Important Games, McFarland, 19 nov. 2008 - 437 pages, pp. 10-16.
  2. +victoires =nulles -défaites
  3. (en) Kasparov on Pillsbury, Chessbase, 17 juin 2006. ; il s'agissait des participants au tournoi, et pas d'amateurs.
  4. (es) Biografia de Réti
  5. Site officiel
  6. (en) Blindfold Chess par le MI Danny Kopec

Lien externe[modifier | modifier le code]