Éric Prié

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Éric Prié

Description de cette image, également commentée ci-après

Éric Prié recevant le premier prix de l'open FIDE de Montpellier, en décembre 2008.

Naissance 14 mars 1962 (53 ans)
Paris 12e
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
Joueur d'échecs
Distinctions
champion de France 1995

Éric Prié, né le 14 mars 1962 dans le 12e arrondissement de Paris, est un joueur d'échecs français, grand maître international depuis 1996. Après avoir joué pour l'Echecs Club Montpellier (ECM), issu de la réunification de Montpellier-Échecs, dont il a été président en 2009-2010, et de La Diagonale du Sud Montpellier, il joue depuis la saison 2012-2013 pour l'Echiquier Carcassonnais. Il a remporté les titres de champion de France en 1995 et de champion de Paris[1] en 1982, 1983, 1992 et 1996. Il a représenté la France lors des Olympiades de 1990 (remplaçant), 1994 (remplaçant) et 1996 (troisième échiquier)[2].

Au 1er avril 2014, il a un classement Elo de 2 496 points, ce qui en fait le 28e joueur français. Il est aussi l'entraineur de la championne de France pupillette 2013 Florence Rollot et du vide-champion de france poussin 2013 Jawad Maache, tous deux licenciés à l'Echiquier Carcassonnais.

Activités échiquéennes[modifier | modifier le code]

Rôle à la Fédération française des échecs[modifier | modifier le code]

Depuis les élections fédérale de mars 2013 qui ont vu la victoire de Diego Salazar comme président, il est vice-président FFE chargé du développement des clubs et comités départementaux. Prié est entraîneur et formateur d'entraîneurs de la FFE[3]. Directeur technique national de la FFE de septembre 1998 à octobre 2001, puis entraîneur national des jeunes jusqu'en juillet 2005, il a notamment contribué à former Étienne Bacrot, Laurent Fressinet[4], Maxime Vachier-Lagrave et Marie Sebag.

Jeu à l'aveugle[modifier | modifier le code]

Considéré comme le spécialiste français du jeu à l'aveugle[5],[6], c'est-à-dire le fait de jouer une partie d'échecs sans voir l'échiquier, Prié a donné un grand nombre de simultanées dans ces conditions, contre un nombre d'adversaires pouvant atteindre 16.

Vers[modifier | modifier le code]

Prié a écrit plusieurs textes en vers, dont certains sur des thèmes échiquéens, comme ceux dédiés au jeune espoir Jules Moussard[7] et à l'ancien président de la FFE et fondateur de Montpellier-Échecs Jean-Claude Loubatière[8].

L'attaque Prié[modifier | modifier le code]

a b c d e f g h
8
Chessboard480.svg
Tour noire sur case blanche a8
Cavalier noir sur case noire b8
Fou noir sur case blanche c8
Reine noire sur case noire d8
Roi noir sur case blanche e8
Fou noir sur case noire f8
Cavalier noir sur case blanche g8
Tour noire sur case noire h8
Pion noir sur case noire a7
Pion noir sur case blanche b7
Pion noir sur case noire c7
Pion noir sur case noire e7
Pion noir sur case blanche f7
Pion noir sur case noire g7
Pion noir sur case blanche h7
Pion noir sur case blanche d5
Pion blanc sur case noire d4
Pion blanc sur case noire a3
Pion blanc sur case noire b2
Pion blanc sur case blanche c2
Pion blanc sur case blanche e2
Pion blanc sur case noire f2
Pion blanc sur case blanche g2
Pion blanc sur case noire h2
Tour blanche sur case noire a1
Cavalier blanc sur case blanche b1
Fou blanc sur case noire c1
Reine blanche sur case blanche d1
Roi blanc sur case noire e1
Fou blanc sur case blanche f1
Cavalier blanc sur case noire g1
Tour blanche sur case blanche h1
8
7 7
6 6
5 5
4 4
3 3
2 2
1 1
a b c d e f g h
L'attaque Prié.

Éric Prié a donné son nom à une ouverture, l'attaque Prié (ECO D00, partie du pion-dame) : 1.d4 d5 2.a3 (diagramme). Il explique[9] que ce coup enlève aux noirs le coup utile Fb4 et, dans certaines variantes, prépare la poussée b2-b4. Cette dernière idée correspond à jouer une défense slave, variante Chebanenko (également appelée variante Caméléon), avec les couleurs inversées. D'autres ordres de coups transposent dans ce système, par exemple 1.d4 e6 2.a3 d5. Cette ouverture soulève cependant des problèmes liés à la théorie échiquéenne : peut-on se permettre impunément d'innover si tôt dans la partie ? (validité du principe même de théorie), jusqu'à quel point un coup d'attente se révèle-t-il utile ? (validité du principe de prophylaxie cher à Aaron Nimzowitsch) et les Blancs peuvent-ils impunément délaisser le centre au lieu de prendre l'initiative par le gambit de la dame ?

L'autre intérêt de cette ouverture est de contourner le problème de la surpréparation théorique des joueurs d'échecs de haut niveau en jouant un système sain mais inhabituel, ce qui oblige les noirs à réfléchir dès le début de la partie au lieu de réciter des coups appris par cœur. Prié a atteint cet objectif en jouant son ouverture avec succès contre des amateurs, mais aussi contre des joueurs titrés. Jouer peu de systèmes, mais les connaître plus en profondeur que ses adversaires, est cependant une tâche difficile à haut niveau à l'heure des bases de données de parties.

Partie illustrative[modifier | modifier le code]

a b c d e f g h
8
Chessboard480.svg
Tour noire sur case noire d8
Fou noir sur case blanche b7
Roi noir sur case blanche f7
Pion noir sur case noire b6
Tour noire sur case noire d6
Pion noir sur case blanche g6
Pion noir sur case noire h6
Pion noir sur case noire a5
Pion noir sur case blanche d5
Tour blanche sur case noire d4
Pion blanc sur case blanche g4
Pion blanc sur case noire a3
Pion blanc sur case noire e3
Fou blanc sur case blanche f3
Roi blanc sur case noire g3
Pion blanc sur case noire b2
Pion blanc sur case noire f2
Tour blanche sur case blanche d1
8
7 7
6 6
5 5
4 4
3 3
2 2
1 1
a b c d e f g h
Prié - Flear après 29…Td7-d8

La partie suivante a opposé Éric Prié au GMI britannique Glenn Flear en 2005, à Lattes.

1.d4 d5 2.a3 Cf6 3.Cf3 Cbd7 4.Ff4 g6 5.h3 Fg7 6.e3 0-0 7.Cbd2 b6 8.c3 Fb7 9.Db3 Ce4 10.Td1 Cxd2 11.Txd2 e5 12.dxe5 De7 13.Fe2 Cxe5 14.Cxe5 Fxe5 15.Fxe5 Dxe5 16.0–0 Tfd8 17.Tfd1 Td6 18.Ff3 Tad8 19.Da4 a5 20.c4 c6 21.cxd5 cxd5

Les noirs ont maintenant un pion central isolé, mais ne peuvent pas exploiter les colonnes c et e. D'autre part, les blancs sont en mesure de bloquer efficacement ce pion, qui est donc une faiblesse pour les noirs.

22.Td4 De7 23.Tc1 Dd7 24.Dxd7 T8xd7 25.Tcd1 f5 26.g4 fxg4 27.hxg4 h6 28.Rg2 Rf7 29.Rg3 Td8 (diagramme)

30.e4!!

Contrairement aux apparences, le pion d5 n'est pas suffisamment protégé.

30…Re6 31.exd5+ Fxd5 32.Fxd5+ Txd5 33.Te1+ Rf6 34.Tf4 Rg5 35.Tf7 Td3+ 36.f3 T8d5 37.Te6 h5 38.Tff6 hxg4 39.Txg6+ Rf5 40.Rh4!!

Menace Tgf6 mat.

40…Rf4 41.Tgf6+ Tf5 42.fxg4 Txf6 43.Txf6+ Re4 44.Txb6 1–0 (les noirs abandonnent).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Éric Delaire, « Champions de Paris »,‎ 2002 (consulté le 30 mai 2009)
  2. « Prié, Eric (France) », Olimpbase (consulté le 30 mai 2009)
  3. « Direction Nationale de la Formation / Maître-Entraineur », Fédération française des Échecs (consulté le 30 mai 2009)
  4. « Éric Prié, l'interview Rock'n'Roll, partie 3 », Échecs & Mag,‎ 1999 (consulté le 30 mai 2009)
  5. « Le troisième œil », Science et Vie Junior, no hors-série 32,‎ avril 1998
  6. Alfred Binet, Psychologie des grands calculateurs et joueurs d'échecs, L'Harmattan,‎ avril 2005, 366 p. (ISBN 978-2-7475-7537-9, présentation en ligne)
  7. « Jule » (consulté le 3 juin 2009)
  8. « À J-C » (consulté le 3 juin 2009)
  9. Éric Prié, « A White Chameleon » [PDF], New in Chess (consulté le 30 mai 2009)