Parçay-Meslay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Parçay-Meslay
Image illustrative de l'article Parçay-Meslay
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Tours
Canton Vouvray
Intercommunalité Tours plus
Maire
Mandat
Bruno Fenet
2014-2020
Code postal 37210
Code commune 37179
Démographie
Gentilé Parcillons
Population
municipale
2 310 hab. (2011)
Densité 164 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 26′ 33″ N 0° 44′ 47″ E / 47.4425, 0.74638888888947° 26′ 33″ Nord 0° 44′ 47″ Est / 47.4425, 0.746388888889  
Altitude Min. 74 m – Max. 122 m
Superficie 14,07 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Parçay-Meslay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Parçay-Meslay

Parçay-Meslay est une commune française située dans le département d'Indre-et-Loire en Région Centre.

Géographie[modifier | modifier le code]

Parçay-Meslay est située sur les hauteurs de la Loire, à proximité de Rochecorbon. Son altitude moyenne est de 50m et elle est majoritairement entourée de vignobles.

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Parçay-Meslay

Les armes de Parçay-Meslay se blasonnent ainsi :

Fascé d'argent et de gueules de huit pièces, au néflier arraché de sinople fruité au naturel, brochant sur le tout, au chef d'azur chargé d'une tête d'homme de profil d'or accostée de deux grappes de raisin aussi d'argent[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Début de mandat Fin de Mandat Parti
Jackie Soulisse Mars 2001 Mars 2008 Divers Droite
Jackie Soulisse Mars 2008 Mars 2014 Divers Droite
Bruno Fenet Mars 2014 En cours Divers Droite

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 310 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
510 495 505 536 538 555 601 606 603
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
606 559 583 576 592 595 637 598 586
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
611 598 554 529 572 620 662 629 628
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
654 781 1 112 1 538 1 757 2 198 2 284 2 364 2 293
2011 - - - - - - - -
2 310 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La Grange de Meslay, ferme fortifiée du XIIIe siècle qui dépendait de l'Abbaye de Marmoutier, avec une porte monumentale et une grange de 1500 m² [4]. Elle sert de cadre au festival annuel des Fêtes Musicales, dit Festival de la Grange de Meslay.

Dans l'église paroissiale deux tableaux de Johannes Desvergnes, La Multiplication des pains et le Christ et le centurion, le premier est signé et daté 1742[5].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Sviatoslav Richter, fondateur en 1963 du festival de la Grange de Meslay.
  • Jackie Soulisse, maire, militant activement pour un rattachement à Tour(s)Plus et un développement important de la vidéosurveillance qu'il a été le premier à installer en Touraine. Il doit faire face en 2013 à une opposition montante notamment celle de son premier adjoint Bruno Fenet, autre figure locale de la commune. Un des litiges connus les opposant est une révision du plan d'urbanisme local par le maire actuel et en sa faveur sans consultation du conseil municipal. Le terrain incriminé est la propriété du maire[6]. Battu dès le premier tour des élections municipales de 2014[7], il disparait brutalement de la vie politique parcillonne[8].
  • Patrick L'Hermite, artiste plasticien

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le blason de la commune sur Gaso. Consultation : mars 2009.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  4. « Notice no PA00097905 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  5. Source : la Nouvelle République du 28 mars 2012, p. 25.
  6. "L'invité de la rédaction" Tv Tours , 15 octobre 2013, http://www.tvtours.fr/emissions/13/l-invite-de-la-redaction.html
  7. Source : La Nouvelle République, site internet consulté le 17/04/2014, http://nrco.lanouvellerepublique.fr/dossiers/elections_municipales/index.php?dep=37&ins=37179&vil=Par%C3%A7ay-Meslay&PHPSESSID=9da1cd0e10946c7df46325437f269d54
  8. Source : La Nouvelle République, site internet consulté le 17/04/2014, http://www.m.lanr.fr/Indre-et-Loire/Municipales-2014/Par%C3%A7ay-Meslay/n/Contenus/Articles/2014/04/01/Bruno-Fenet-elu-maire-sans-surprise-1853585


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]