Ove Andersson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ove Andersson

Description de l'image  Ove Andersson.jpg.
Naissance
Uppsala
Décès (à 70 ans)
Oudtshoorn, Afrique du Sud
Nationalité Drapeau : Suède Suède
Profession Pilote de Rallye
O.Andersson au rallye de Finlande en 1965.

Ove Andersson (né le à Uppsala - mort le à Oudtshoorn dans un accident lors d'un rallye en Afrique du Sud[1]) était un pilote automobile suédois. Après une brillante carrière de pilote en rallye, il avait fondé et dirigé le Toyota Team Europe, chargé de l'engagement officiel des Toyota en championnat du monde des rallyes, aux 24 heures du Mans puis dans le championnat du monde de Formule 1.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ove Andersson a débuté sa carrière de pilote à l'âge de 20 ans, en 1958. Jusque là employé en tant que mécanicien dans un garage, il décide avec un ami de préparer une Saab pour participer à ses premiers rallyes. De bons résultats lui valent progressivement de devenir un pilote officiel de Saab. En 1965, mécontent de sa situation chez Saab, il rejoint l'équipe officielle Lancia avec laquelle décroche ses premiers succès dans des épreuves internationales. Il pilote ensuite pour Ford ainsi que pour l'écurie française Alpine, avec laquelle il remporte en 1971 le Rallye Monte-Carlo, le San Remo et l'Acropole. Toujours chez Alpine en 1972, il termine 2e du Monte-Carlo en étant copiloté par Jean Todt).

Courant 1972, Andersson est contacté par Toyota pour piloter une de leurs voitures à l'occasion du RAC Rallye. L'accord entre le Suédois et Toyota va bien plus loin qu'une simple relation pilote-employeur puisque Andersson monte sa propre structure, le Andersson Motorsport (qui deviendra le Toyota Team Europe en 1975 lors de son déménagement à Bruxelles), chargée de la préparation et de l'engagement des voitures japonaises. La première victoire du TTE intervient en Finlande, à l'occasion du Rallye des Milles Lacs remporté par Hannu Mikkola sur une Toyota Corolla. Parallèlement, Andersson poursuit sa carrière de pilote et remporte ce qui sera sa seule victoire dans le championnat du monde, au Safary Rally sur une Peugeot 504.

Dans les années 1980, Andersson abandonne sa carrière de pilote pour se concentrer sur la direction du Toyota Team Europe qui quitte Bruxelles pour s'installer à Cologne en Allemagne. Au début des années 1990, le TTE s'affirme comme la meilleure équipe du championnat du monde et offre à Toyota plusieurs titres mondiaux avec Carlos Sainz, Juha Kankkunen et Didier Auriol. Mais la période de domination de Toyota s'achève en 1995 lorsque l'écurie est reconnue coupable de tricherie (les Celica utilisaient des turbos ne répondant pas au règlement technique) et est exclue du championnat du monde.

En 1997, Toyota confie au TTE d'Andersson l'engagement de la marque aux 24 heures du Mans. Malgré une voiture reconnue comme la plus performante du plateau (la Toyota GT One), il s'agit d'un échec pour Andersson puisque la victoire échappe à Toyota tant en 1998 qu'en 1999. Comme pressenti de longue date, les 24 heures du Mans servent également de répétition à Toyota pour s'engager dans le championnat du monde de Formule 1. À nouveau, le programme est confié au Toyota Team Europe, mais signe de la perte d'indépendance d'Andersson vis-à-vis de la maison mère, la structure, qui avait été rachetée par Toyota en 1993, est rebaptisée Toyota Motorsport. Après une année de préparation, le Toyota F1 Team effectue ses débuts dans le championnat du monde en 2002 mais à l'issue de deux années décevante en termes de résultats, Ove Andersson est écarté de la tête de l'écurie et confiné à un rôle de "consultant". Ses derniers mois au sein de l'écurie sont en outre obscurcis par une affaire d'espionnage, plusieurs dirigeants de Toyota F1 (dont lui) étant mis en cause pour avoir utilisé en 2003 des données confidentielles appartenant à la Scuderia Ferrari tout en ayant connaissance de leur provenance frauduleuse[2]. Les poursuites à son encontre seront finalement abandonnées fin 2007[3].

En 2007, il quitte définitivement Cologne pour s'installer en Afrique du Sud. C'est près de chez lui, au volant de la Volvo 444 qu'il pilotait à l'occasion du Continental Milligan Vintage Trial (un rallye historique réservé aux voitures antérieures aux années 1960) qu'il trouve la mort le 11 juin 2008 après avoir été percuté de face par un camion.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Pilote[modifier | modifier le code]

Dirigeant du Toyota Team Europe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Ove Andersson killed in rally crash autosport.com, 11 juin 2008
  2. (en) Toyota embarrassment as three are charged with Ferrari software theft guardian.co.uk, 17 janvier 2006
  3. (fr) Espionnage Toyota-Ferrari : abandon des poursuites caradisiac.com, 29 septembre 2007

Liens externes[modifier | modifier le code]