Opération Némésis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Némésis (homonymie).

Opération Némésis est le nom de l'opération menée entre 1920 et 1922 pour exécuter plusieurs responsables du génocide arménien ou des massacres d'Arméniens à Bakou. L'opération doit son nom à Némésis, déesse grecque de la juste colère et de la rétribution divine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au départ, cette action est organisée par la Fédération révolutionnaire arménienne (FRA) afin d'exécuter les sentences des tribunaux lorsque ceux-ci les ont prononcées par contumace.

Au total, huit hauts responsables turcs ou azerbaïdjanais (et trois « traîtres » arméniens) tomberont sous les balles de sept « justiciers »[1].

Le 15 mars 1921, assisté de deux complices, Soghomon Tehlirian a ainsi tué Talaat Pacha en pleine rue à Berlin. Ministre de l'Intérieur puis grand vizir de l'Empire ottoman durant le génocide, Talaat Pacha s'y était installé après avoir fui la Turquie au moment de la chute du régime Jeune-Turc. Soghomon Tehlirian sera arrêté par la police allemande immédiatement après l'assassinat de Talaat Pacha, mais acquitté par un tribunal berlinois trois mois plus tard.

Un autre membre de Némésis, Archavir Chiragian, a écrit sa version de l'opération. Il a assassiné Said Halim Pacha (grand vizir durant le génocide) à Rome le 5 décembre 1921 et Djemal Azmi (en poste à Trébizonde durant le génocide, il avait organisé la noyade de dizaines de milliers d'Arméniens dans la mer Noire) à Berlin le 17 avril 1922 ; il blesse également Behaeddine Chakir qui sera tué par un complice de Chiragian quelques secondes plus tard.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. C'est ainsi qu'ils s'appelaient. Voir également les Commandos des justiciers du génocide arménien (CJGA), qui reprend la terminologie en souvenir de l'opération Némésis pour assassiner les diplomates turcs accusés de diffuser la négation du génocide arménien.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Littérature scientifique[modifier | modifier le code]

  • Archavir Chiragian, La dette de sang. Un Arménien traque les responsables du génocide (1921), précédé de « Le temps des assassins » par Gérard Chaliand, éd. Ramsay, 1982, rééd. aux éd. Complexe, 1984.
  • Jacques Derogy, Opération Némésis, Fayard, 1986. Réédité dans l'anthologie Fragments d'Arménie, éd. Omnibus, 2007 (pp. 473-723).
  • Yves Ternon, La cause arménienne, le Seuil, 1983 (récit de l'opération Némésis : 113-117).

Littérature de fiction[modifier | modifier le code]

Bande dessinée librement inspirée de l'Opération Némésis.

Lien externe[modifier | modifier le code]