Soghomon Tehlirian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Soghomon Tehlirian

Description de cette image, également commentée ci-après

Soghomon Tehlirian en juin 1921, durant la période de son procès à Berlin, dont il sortira acquitté.

Naissance
Pakarish, vilayet d'Erzurum, Empire ottoman
Décès (à 63 ans)
San Francisco, Californie, États-Unis

Soghomon Tehlirian (en arménien Սողոմոն Թեհլերյան ; né le près de la ville d'Erzincan dans l'Empire ottoman et mort le à San Francisco, Californie, aux États-Unis) est un survivant du génocide arménien. Le , il tue Talaat Pacha d'une balle de révolver, à Berlin, en plein jour et en présence de nombreux témoins. Cet assassinat est une vengeance contre Talaat Pacha, le principal organisateur du génocide arménien à qui est attribué l'ordre de « tuer tous les hommes, femmes et enfants arméniens sans exception ». En effet, ministre de l'Intérieur, puis grand vizir de l'Empire ottoman durant le génocide arménien, Talaat Pacha s'est installé à Berlin après avoir fui la Turquie au moment de la chute du régime Jeune-Turc.

Cet assassinat est inclus dans l'opération Némésis organisée par la Fédération révolutionnaire arménienne afin d'exécuter les sentences des tribunaux lorsque ceux-ci les ont prononcées par contumace.

Le procès[modifier | modifier le code]

L'acquittement[modifier | modifier le code]

Soghomon Tehlirian est jugé peu de temps après, les 2 et 3 juin 1921, par le tribunal de première instance de Berlin. Jugé pour assassinat, il est finalement acquitté par le tribunal allemand. Défendu par trois avocats de la défense, dont Theodor Niemeyer, professeur de droit à l'Université de Kiel. Outre l'assassinat de Talaat Pacha, le tribunal est conduit à réfléchir au rôle de Talaat Pacha dans le génocide arménien. À ce propos, les avocats de la défense n'ont pas tenté de nier le fait que Tehlirian est l'auteur du coup de feu mortel, mais se sont au contraire concentrés sur l'analyse de l'influence supposée du génocide arménien sur l'état mental de Tehlirian. Lors du procès, certaines pièces des documents Andonian sont présentées au tribunal et participent à démontrer le lien entre le mouvement Jeunes-Turcs, dont Talaat Pacha, et la perpétration du génocide arménien.

Après moins d'une heure de délibération, Soghomon Tehlirian est acquitté. Le procès est retentissant et son issue est interprétée comme une condamnation morale des responsables du génocide arménien.

Signification et influences[modifier | modifier le code]

Raphael Lemkin, le juriste à l'origine du néologisme « génocide », a, au cours de ses travaux, réfléchi sur le procès. Il écrit d'ailleurs au sujet de Tehlirian : « Pourquoi un homme est puni quand il tue un autre homme ? Pourquoi le meurtre d'un million de personnes est un moindre crime que le meurtre d'un seul individu[1] ? »

Hannah Arendt compare l'acte de Tehlirian à celui de Samuel Schwartzbard qui assassina Simon Petlioura, en 1925, à Paris, pour venger son rôle supposé dans les pogroms anti-juifs en Ukraine. En effet, selon Hannah Arendt, Tehlirian et Schwartzbard ont respectivement « insisté pour être jugés », afin de « montrer au monde et grâce à l'exposition judiciaire, que des crimes commis restaient impunis »[2].

Cinéma et télévision[modifier | modifier le code]

Mayrig, réalisé par Henri Verneuil, évoque l'assassinat de Talaat Pacha et le procès de Soghomon Tehlirian, dont le rôle est interprété par Denis Podalydès.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Citation extraite de la biographie (inédite) de Lemkin. Acquis par la division des manuscrits et livres rares, Bibliothèque publique de New York, Fondations Astor, Lenox et Tilden.
  2. Hannah Arendt, Eichmann à Jérusalem. Rapport sur la banalité du mal.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]