Nanotoxicologie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La nanotoxicologie est l'étude de la toxicité des nanomatériaux et des nanoparticules. Ces particules, d'une taille comprise entre 1 et 100 nanomètres (10-9 m), sont synthétisées par l'homme. Elle possèdent des propriétés uniques du fait de leur taille. L'étude de l'effet de ces nouvelles particules sur les systèmes vivants est l'objet de la nanotoxicologie.

La connaissance dans ce domaine se développe de façon exponentielle depuis la fin des années 1990, en particulier sur la base des travaux toxicologiques et épidémiologiques sur les particules ultrafines de dimension nanométrique[1], même si la création incessante de nouvelles nanoparticules au cours des dernières décennies soulève de nombreuses questions sanitaires et pose le problème des moyens accordés aux équipes de toxicologues[2].

  • les nanoparticules peuvent pénétrer dans les poumons[3].

Objectifs[modifier | modifier le code]

Les études nanotoxicologiques visent à :

  • améliorer les évaluations de risques et les analyses de cycle de vie (ACV) qui sont très difficiles à réaliser pour les produits intégrant des nanomatériaux, mais déjà sur le marché (ex textile intégrant du nano-argent)
  • améliorer la gestion du risque, notamment par la production d'outils, de règlementations et de guides de bonnes pratiques
  • déterminer si les nanomatériaux (ou certains d'entre eux) peuvent - et dans quelle mesure - constituer une menace pour l'environnement et pour les êtres humains, à court, moyen ou long terme.

Domaines d'étude[modifier | modifier le code]

Tous les nanomatériaux sont concernés, avec des risques variant selon la taille du produit ou du mélange étudié (...et selon la quantité, la structure, la surface spécifique et réactivité de surface, la toxicité chimique, une éventuelle radioactivité, les capacités d'agrégation, la réactivité, son comportement dans l'eau ou l'air, la présence éventuelle d'un surfactant ou d'un solvant, etc.).

Troit voies d'entrée sont aujourd'hui approchées, in vivo et surtout in vitro :

Spécificité[modifier | modifier le code]

En raison de la petite taille[4] (100 000 fois plus petit qu'une cellule humaine moyenne, 10 000 fois plus petit qu'une bactérie de taille moyenne, 150 fois plus petit qu'un virus, et pouvant interagir avec l'ADN car au moins deux fois plus petit que le diamètre d'une double hélice d'ADN) et de la grande surface fonctionnelle des nanomatériaux, ceux-ci ont des propriétés uniques par rapport à leurs homologues de plus grande taille[3]. Même s'ils sont réalisés à partir d'éléments réputés inertes comme l'or ou le platine, ils deviennent très actifs à l'échelle nanométrique. Certains de ces matériaux se comportent comme des gaz et passent très facilement au travers des muqueuses et de la peau et de toutes les barrières (y compris méninges protégeant le cerveau, et placenta).

Les nanotechnologies posent donc des problèmes nouveaux à la toxicologie et à l'écotoxicologie et au domaine de la sécurité alimentaire et sanitaire (les promoteurs des nanomatériaux annoncent des aliments plus beaux, plus frais, plus sains, plus fonctionnels ou des alicaments, éventuellement vendus dans des emballages qui pourraient être "améliorés" par des nanoadditifs[5]. Une insuffisante perception des risques par le personnel qui utilise des nanomatériaux, parfois sans le savoir peut aussi être un facteur de danger et d'aggravation des risques.

Par conséquent le principe de précaution devrait conduire tout développement des nanomatériaux dans l’alimentation ainsi que toute élaboration d’une quelconque règlementation. Le droit suisse recommande d’incorporer explicitement le principe de précaution dans le domaine des denrées alimentaires.

Difficultés spécifiques[modifier | modifier le code]

La toxicologie des nanoproduits est confronté à plusieurs difficultés. En particulier, elle doit travailler ;

  • sur des matériaux aux formes variées (à 2 ou 3 dimensions), ces formes induisant des propriétés variées (ex : nanotube de carbone, fullerène, points quantiques (aux propriétés optiques et électroniques très particulières) et des polymères nanométriques tels que les dendrimères et composites divers…) ; Certains nanoproduits sont chimiquement et thermiquement bien plus stables et résistants que leurs homologues micrométriques, meilleur conducteurs thermiques, ou dopant leurs capacités d’absorption moléculaire ou développant des propriétés métalliques ou semi-conductrices particulières, variant selon leurs modes de synthèse. Par exemple, des nanotubes de carbone peuvent être « plus de 60 fois plus résistants que l’acier tout en étant six fois plus légers[3] ».
  • dans l'urgence, car en 2007 dans le monde étaient déjà répertoriées plus de 500 produits nanotechnologiques commercialisés (pour un marché de 88 milliards de dollars supposé devant presque doubler en 2008)[3]
  • dans un domaine où les connaissances sur les risques pour la santé et pour la sécurité sont rares et très lacunaires.
  • avec des technologies émergentes (par exemple la microscopie optique est inefficace à ces échelles) et des moyens de mesures qualitatives et quantitatives rares, coûteux. En 2009, aucun matériel ne peut à la fois mesurer le nombre de particules, leur surface spécifique, leur distribution granulométrique, et leur masse NP, ce qui serait nécessaire pour déterminer, si possible en temps réel, l’exposition réelle aux NP synthétisées
  • avec des experts qui sont souvent, comme dans le domaine émergent des OGM, juges et partie
  • en l'absence de réglementation spécifique (pas ou peu de normes, de seuils, de protocoles légaux d'évaluation, etc.
  • dans un secteur très concurrentiel où les brevets et secrets de fabrication, la confidentialité des usages ou recherches militaires freinent la recherche, l'échange de données et de bonnes pratiques, ce qui pose aussi des questions d'éthique environnementale.
  • avec des questions tout à fait nouvelles (par exemple sur l'impact de nano-objets conçus pour se déplacer ou comme nanomoteur, considérés jusque dans les années 1990 comme relevant de la science-fiction)

Facteurs de toxicité[modifier | modifier le code]

Selon les études et données disponibles, de nombreux paramètres expliquent la toxicité des nanoparticules ceux qui sont souvent citées ou ont été le mieux étudiés[3] sont :

Travail collaboratif d'information et d'évaluation[modifier | modifier le code]

Des plates-formes de partage d'information ont été créées, avec les producteurs ou des agences gouvernementales. L'Europe soutient des programmes de recherche divers. Un début de travail collaboratif est amorcé avec l'utilisation de wiki, en anglais[6].

Certains auteurs[7] proposent d'utiliser les méthodes de control banding (qui utilise une matrice fonction de la sévérité et de la probabilité/vraisemblance du risque) pour évaluer quantitativement les risques des NP, malgré l'importance des incertitudes.

Conditions[modifier | modifier le code]

Pour évaluer les risques et dangers, la nanotoxicologie nécessite d'avoir accès à des informations aujourd'hui lacunaires, dont

  • caractérisation des émissions de NP (évaluations quantitatives et qualitatives)
  • données sur la cinétique de ces produits dans les milieux et organismes
  • cadastres d'émissions
  • exposition des personnes (travailleurs notamment, et enfants qui pourraient y être plus vulnérables) aux aérosol, par classes de fraction granulométrique,

etc.

Exposition humaine[modifier | modifier le code]

L'Homme et d'autres espèces vivantes sont notamment exposés à des nanoparticules ayant comme source des phénomènes d'usure mécanique (freins et pneus par exemple), et de combustion (incinération, pots d'échappement y compris pots catalytiques, centrales thermiques, certaines productions industrielles…).

Combustions de carburants et combustibles[modifier | modifier le code]

En particulier, des particules ultrafines associées « à une hausse de la mortalité due à leur dépôt dans les poumons, cerveau et système circulatoire » sont produites par la combustion du bois ou autres combustibles et carburants (fioul, essence, moteurs Diesel), etc.[8] et même du gaz naturel ; Si ce dernier ne produit pas de suies de 10 et 100 nm, une étude[9] un brûleur de chauffe-eau au gaz ou de gazinière produit des particules de 1 à 10 nanomètres (nm) de diamètre. Dans une chaudière à condensation leur taux est bas (0,1 milligramme par normo-mètre cube ou mg/Nm3) à la suite de leur oxydation optimisée dans la zone de la flamme, mais un brûleur de gazinière engendre des taux particulaires bien plus élevés (5 mg/Nm3) ainsi d'ailleurs qu'une «quantité significative» d’hydrocarbures aromatiques polycycliques qui pourraient peut-être interagir avec ces nanoparticules.

Médicaments[modifier | modifier le code]

Des usages médicaux déjà prévus ou testés, permettant par exemple de créer des nanotransporteurs de molécules vers le cerveau[10] pourraient aussi être porteurs de risques ou dangers nouveaux.

Cosmétique[modifier | modifier le code]

Filtres solaires à base de dioxyde de titane[11][modifier | modifier le code]

Sous forme nanoparticulaire, le dioxyde de titane ne semble pénétrer que les couches supérieures de la peau, quand elle est saine. En revanche, à titre de précaution, il est déconseillé de les utiliser sur de la peau ayant subi des coups de soleil, et plus généralement sur de la peau lésée.

Ce sont des nanoparticules enrobées et de ce fait, elles ne semblent pas être génotoxiques. Elles montrent malgré tout une toxicité pulmonaire, chez les rats. Par précaution, il est donc déconseillé de les utiliser en spray sur le visage ou dans des locaux fermés.

Article détaillé : Nanoparticule.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. * Roger Lenglet, "La course aux nanos" (p. 77-86) dans Nanotoxiques. Une enquête, Actes Sud, Paris, 2014 (ISBN 978-2-330-03034-6)
  2. Afsset, Évaluation des risques liés aux nanomatériaux pour la population générale et pour l’environnement. Rapport d’expertise collective, 2010. Saisine no 2008/005.
  3. a, b, c, d, e et f Claude Ostiguy (IRSST), Brigitte Roberge (IRSST), Luc Ménard (CSST), Charles-Anica Endo (Nano-Québec) ;Guide de bonnes pratiques favorisant la gestion des risques reliés aux nanoparticules de synthèse [www.irsst.qc.ca Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail], IRSST, Québec, Canada, 2008, ISBN 978-2-89631-317-4 (version imprimée) ; ISBN 978-2-89631-318-1 (PDF de 73 pages) ; ISSN:0820-8395. Publication évaluée par des pairs.
  4. PowerPoint intitulé Nanotechnologies, nanosciences, nanotoxicologie et santé au travail, Science fiction ou réalité du XXIe siècle?, Pierre L. Auger, FRCPC, Santé au travail, 2007/O9/11
  5. étude suisse : « Les nanotechnologies dans l'alimentation » (PDF), Centre suisse d'évaluation des choix technologiques TA-SWISS
  6. « Nanotechnology/Environmental Impact », sur le site Wikibooks en anglais
  7. Paik et coll. (2008), repris par le guide IRSST de bonnes pratiques favorisant la gestion des risques reliés aux nanoparticules de synthèse (voir p. 40/73 de la version PDF du guide)
  8. Nanotechnologies, Nanomatériaux, Nanoparticules - Quels impacts sur l'homme et l'environnement ? (document de l'INERIS, pages 5 et 10)
  9. Emission of ultrafine particles from natural gas domestic burners, Environmental engineering Science, décembre 2008 (étude de l’université Federico II de Naples (En savoir plus)
  10. Isolde Reimold, Diana Domke, Joe Bender, Christoph A. Seyfried, Hans-Eckhard Radunz et Gert Fricker ; Delivery of nanoparticles to the brain detected by fluorescence microscopy ; European Journal of Pharmaceutics and Biopharmaceutics ; Volume 70, Issue 2, October 2008, Pages 627-632 ; doi:10.1016/j.ejpb.2008.05.007
  11. | Nanoparticules de dioxyde de titane et d’oxyde de zinc dans les produits cosmétiques : État des connaissances sur la pénétration cutanée, génotoxicité et cancérogenèse - Point d'information - 14/06/2011 (AFSSAPS)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roger Lenglet, Nanotoxiques - Une enquête, Actes Sud, Paris, 2014, ISBN 978-2-330-03034-6
  • Martin Möller, Ulrike Eberle, Andreas Hermann, Katja Moch, Britta Stratmann. Nanotechnologie im Bereich der Lebensmittel TA-SWISS (éd.) – Centre d’évaluation des choix technologiques, 2009, 228 pages CHF 48.– / EUR 34.– (D); ISBN 978-3-7281-3234-5, vdf Hochschulverlag AG an der ETH Zürich
  • Ostiguy C, G Lapointe, L Ménard, Y Cloutier, M Trottier, M Boutin, M Antoun, C Normand, 2006. « Les nanoparticules : connaissances actuelles sur les risques et les mesures de prévention en santé et sécurité du travail », Études et recherches IRSST, R-455, mars 2006, 77 pages
  • des schémas d'interactions avec l'environnement sont disponibles (fig 1.1, page 9/34 de la version imprimée, fig 3.2 p. 19 de la version imprimée fig 3.1, p. 22 de la version imprimée) dans Nanotechnology and Life Cycle Assessment A Systems Approach to Nanotechnology and the Environment, Woodrow Wilson International Center for Scholars, Walter Klöpffer, International Journal of Life Cycle Assessment, Frankfurt, Germany, pdf, 37 pages (en)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]