Morane-Saulnier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Morane et Saulnier.
Logo de la compagnie
Morane-Saulnier Type N
Morane-Saulnier MS.185
Morane-Saulnier MS.317
Moteur en étoile d'un Morane 317

Morane-Saulnier est un constructeur aéronautique français fondé en 1910 par les frères Léon et Robert Morane.

Historique[modifier | modifier le code]

Le 19 juillet 1910, à Issy-les-Moulineaux, les frères Morane (Léon et Robert) furent les premiers pilotes au monde à dépasser les 100 km/h, avec une pointe à 106,508 km/h.

La société fut créée sous le nom de « Société Anonyme des Aéroplanes Morane-Saulnier » le à Puteaux par les pionniers de l'aviation Léon Morane, Robert Morane et Raymond Saulnier (ancien collaborateur de Louis Blériot).

En septembre 1912, Georges Legagneux avec un Morane-Saulnier type H arrache à Roland Garros le record d’altitude que celui-ci vient d’obtenir à Houlgate sur un Blériot XI. Approché par Morane et Saulnier, Garros décide de passer au service de la jeune firme du boulevard Péreire : il achète de ses propres deniers l’appareil de Legagneux et part à Tunis reconquérir son record (5 610 m homologués par l’Aéro-Club de France en décembre) avant d’effectuer un raid Tunis-Rome en décembre 1912, qui lui permet d’être le premier aviateur à avoir relié d’un seul coup d’aile deux continents (l’Afrique et l’Europe).

En 1913, Marcel Brindejonc des Moulinais effectue un tour d'Europe sur un Morane du même type. Cet exploit est suivi quelques mois plus tard par la traversée de la Méditerranée par Roland Garros sur le même appareil équipé d’un moteur de 60 cv en 7 h 53 min.

En avril 1914, Raymond Saulnier dépose le brevet d'un dispositif de synchronisation du tir à travers le champ de l'hélice. Mais ce n’est pas ce brevet qui est mis en œuvre sur les Morane, c’est une idée de Saulnier qui consiste à blinder l’hélice avec des « déflecteurs » d’acier destinés à dévier les balles qui viendraient à frapper l’hélice en bois. C’est ce système que Roland Garros se chargera de mettre au point avant de l’adapter sur un Morane « Parasol » type L, avec lequel il obtiendra en avril 1915 trois victoires en quinze jours (les 4e, 5e et 6e victoires de toutes les armées alliées). Curieusement, un système qui avait donné des résultats aussi probants ne parvint pas à séduire les autorités militaires françaises. Il ne fut adapté que sur quelques Morane de type N, surtout utilisés par les Britanniques (qui baptisèrent l’appareil « Bullet » en raison de la forme de sa casserole d’hélice) et les Russes, qui s’en montrèrent très satisfaits. En France, le Morane N fut notamment utilisé par Eugène Gilbert (qui avait baptisé son Morane « Le Vengeur ») et par le commandant Brocard. Le Morane L avec lequel Georges Guynemer obtint sa première victoire n’était pas équipé de ce système, mais était un biplace dont l’observateur jouait le rôle de tireur à la carabine.

Durant la Seconde Guerre mondiale, la société dut travailler pour l'occupant en produisant notamment des avions, dont le Fieseler Fi 156.

La société développe le MS.880 Rallye dont le prototype original effectue son premier vol le .

Durant les années 1950, elle met au point le biréacteur quadriplace MS.760 Paris, sous la direction de l'ingénieur Paul-René Gauthier, également créateur du chasseur MS.406[1].

La société devient une filiale de Sud-Aviation (ancêtre de l'Aérospatiale) le et cède la place en 1966 à la Socata, la Société de Construction d'Avions de Tourisme et d'Affaires, une filiale de Sud-Aviation à Tarbes[2].

Cinq avions Morane-Saulnier basés sur l'aérodrome de La Ferté-Alais sont classés au titre des monuments historiques depuis février 2012, après une annonce faite en décembre 2011[3],[4].

Liste des appareils[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Arts&Métiers Mag - Dossier sur Paul-René Gauthier - Octobre 2011
  2. Pierre Gaillard, Les Avions français de 1965-1990, Paris, éditions EPA, 1991
  3. « Cinq avions Morane-Saulnier classés au titre des monuments historiques », ministère de la Culture et de Communication, communiqué de presse du 16 décembre 2011. Consulté le 23 mars 2014.
  4. Notices dans la base Palissy du ministère français de la Culture.
  5. Morane-Saulnier Type "185" sur le site de l'association Les Casques de cuir.
  6. « Notice no PM91000777 », base Palissy, ministère français de la Culture

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]