Antonin Brocard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brocard.
Officier général francais 2 etoiles.svg Antonin Brocard
Antonin Brocard, à droite en compagnie de Georges Guynemer.
Antonin Brocard, à droite en compagnie de Georges Guynemer.

Naissance 1885
Biol
Décès 1950 (à 65 ans)
Paris
Origine Drapeau de la France France
Grade Général de brigade aérienne
Conflits Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Commandement escadrilles :
* MS 3
* GC 12
* escadre de combat 2
* 2e régiment d'aviation
*école de pilotage d’Étampes
* des organismes d'instruction des polonais à Lyon
* base aérienne d'Aulnat
Distinctions
* Commandeur de la Légion d'honneur[1]
* Croix de guere 14-18 avec trois palmes
Hommages Une place à Paris : Place du Général-Brocard

Félix Antonin Gabriel Brocard, né le à Biol et mort le à Paris est un général d’aviation. Il commanda l’escadrille des Cigognes en 1915 puis en 1916 (groupe de combat) et y recruta entre autres Georges Guynemer.

Débuts dans l'aéronautique[modifier | modifier le code]

Entré à l'École spéciale militaire de Saint-Cyr en 1905, il passa son brevet de pilote de l'Aéro-club de France en 1911 et militaire en février 1912 à Pau. Il fit un tour de France à bord d'un Deperdussin et établit un record du monde militaire d'altitude avec passager.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Dès le début du conflit il se distingua lors de reconnaissances alors qu'il volait dans l'escadrille D4. Le 18 mars 1915 - il fut promu capitaine quatre jours plus tard - il prit le commandement de l'escadrille BL3, qui allait le 25 avril[2] être rebaptisée MS3 à l'occasion de son passage sur Morane-Saulnier Parasol[3]. Y passèrent entre autres Jules Védrines, Albert Deullin et Georges Guynemer.

En 1916 il était devant Verdun avec son escadrille où combattirent Deullin, Chainat, les frères Navarre, Buquet ... Il fut alors blessé d'une balle à la mâchoire. Il est nommé chef de bataillon (commandant) le [4].

Avec la création des groupes de chasse, il reçut le commandement du GC 12, d'abord appelé groupe Brocard puis groupe de Cachy. En septembre 1917 il fut appelé par Jacques-Louis Dumesnil, alors sous-secrétaire d'État à l'aviation, pour devenir son chef de cabinet[5] jusqu'en 1919 ou il reprit le commandement de son Groupe.

mémorial à l'escadrille La Fayette qui fut sous le commandement du GC 12.

Politique[modifier | modifier le code]

Il eut également un rôle politique en faveur de l’armée, après en avoir démissionné et de l’aéronautique comme vice-président de la Commission de l'armée, président de la commission de l'aéronautique. Député en 1928 d'Ivry-sur-Seine où il bat Maurice Thorez puis de Paris en 1929 et enfin de Grenoble en 1932, il se retira de la vie publique en 1936.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Rappelé le 28 août 1939 comme chargé de mission par le ministère de l'Air il prit le commandement de l'école principale d'Étampes le 2 août puis le 25 mai 1940 des organismes d'instruction des Forces aériennes polonaises en France et le 1er juillet de la base aérienne 745 Aulnat. Il fut replacé en section de réserve le 30 juillet et décéda à Paris le 28 mai 1950. Il repose dans la crypte du mémorial de l'Escadrille La Fayette de Marnes-la-Coquette aux côtés du premier commandant de cette escadrille, Georges Thénault (décédé en décembre 1948), et de 68 Américains ayant appartenu à celle-ci et tombés pendant la Grande Guerre.

Décorations[modifier | modifier le code]

Legion Honneur Officier ribbon.svg CroixdeGuerreFR-BronzePalm.png

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Biographie du général Antonin Brocard » [PDF], sur SLHADA (consulté le 18 février 2015)
  2. « Escadrille BL3-MS3-N3-SPA3 » (consulté le 18 février 2015)
  3. « Antonin Brocard », sur Fan d'avions (consulté le 18 février 2015)
  4. « Ministère de la Guerre », Journal officiel de la République française, no 294,‎ , p. 9419 (lire en ligne)
  5. « Ministère de la Guerre », Journal officiel de la République française, no 251,‎ , p. 7308 (lire en ligne)
  • Pierre Brocard, Antonin Brocard, Atout Livres Éditions.