Georges Caillette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir caillette

Georges Caillette ( à Châlons-sur-Marne - à Bayonne) était un ingénieur aéronautique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études au Centre d'apprentissage des Chemins de fer de l'Est, Georges Caillette devient agent technique dans ce réseau mais se reconvertit rapidement à l'étude de nombreuses techniques de pointes (radiologie, cinéma, appareils scientifiques, etc.).

Après son service militaire au cours duquel il obtient le brevet de maîtrise Radio (1926-27) il entre au service des Aéroplanes Morane-Saulnier à Puteaux et devient Responsable des Services "Études de Fabrication" et "Outillages" puis est chargé de la production des avions au nombre desquels les célèbres MS 130, 230, 315, 341 et Morane-Saulnier MS.406 dont la fabrication est déjà répartie sur plusieurs usines.

En 1935 il avait obtenu le diplôme d'Ingénieur mécanicien du Conservatoire national des Arts et Métiers, avec une thèse sur l'effet gyroscopique dans les avions.

Il se marie à Paris en 1938 mais n'aura pas d'enfant.

Après la défaite de 1940 il s'occupe du transfert, mouvementé, des productions sur Ossun et y entreprend l'étude clandestine du MS 470 dont le prototype volera en 1945.

Nommé un peu plus tard Directeur de ce centre des Usines Morane Saulnier, il s'occupe activement de la production du MS 472, avion d'entrainement destiné à l'Armée de l'Air française.

En 1961 il devient Ingénieur Conseil de la SFERMA et, successivement, assure les fonctions de Directeur technique de la production de la SERIMA à Châteauroux puis Directeur de cet établissement (ce qui lui vaudra de s'occuper des nombreux problèmes humains résultant du départ des américains de la Base OTAN en 1969). Il prend sa retraite en 1971 à Anglet où il résidera jusqu'à son décès à Bayonne le 2 avril 1985.

Homme complet, il se passionnait pour les arts et en particulier la musique.

Dans le domaine technique on lui doit de nombreuses inventions et créations, ainsi le brevet "Statodyne" et son prototype d'aéronef à atterrissage et décollage vertical le "Ludion" (voir le chapitre suivant les liens et les photos pour plus de détails).

En matière de production il est à l'origine de la presse hydraulique de formage au caoutchouc "Pinchart et Deny" en service dans les ateliers de la SOCATA depuis 1956 ; il avait également, en 1936, créé une fraiseuse à longerons de 6 m de long capable d'usiner 6 éléments à la fois.

Membre de la Chambre de commerce il a participé à la création de l'Aéroport de T.O.L.

Soucieux d'œuvres sociales il fut un des maîtres d'œuvres de la "Cité ouvrière" de Juillan.

Sportif et pilote de tourisme il participa personnellement aux destinées de l'Aéro-Club de Bigorre.

Voulant préserver le souvenir des nombreuses pages d'histoire qu'il avait vécues il avait fait don de nombreuses archives personnelles contribuant ainsi à la création de l'Association des amis du patrimoine historique Morane-Saulnier SOCATA.

Georges Caillette était Chevalier de la Légion d'honneur à titre aéronautique[1].

Photographies[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Journal officiel du 18 octobre 1958, p. 9540, colonne de droite

Source[modifier | modifier le code]

  • Revue Échos de la SOCATA, no 26 d'avril/mai 1985

Lien externe[modifier | modifier le code]