Travailleur social

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
travailleur social
Professions voisines
Monitrice éducatrice
Code ROME (France)
K1201 - Action sociale

Le travailleur social (TS) est un terme générique pour désigner un ensemble de métiers œuvrant dans le domaine de l'action sociale au sens large. Il se retrouve sur la première ligne pour gérer, comprendre, aider et répondre aux besoins de ses publics.

Le travailleur social doit se conformer à un ensemble de missions définies par l'institution qui l'emploie, soit dans le but d'aider la personne dans les actes de la vie quotidienne soit dans le but de faciliter l'insertion de la personne accompagnée.

Fonctions[modifier | modifier le code]

Le travailleur social intervient auprès des personnes, des familles, des groupes, parfois au sein d'établissements ou de collectivités, voire de communautés. Par ses conseils ou par les projets qu'il met en place, il cherche à prévenir les inégalités d'accès aux biens et aux services, à faciliter l’adaptation d’individus à leur environnement et à résoudre ou réduire certaines difficultés d’ordre social. Il aide à clarifier les besoins des personnes, à cerner la source de leurs problèmes, à trouver et à mettre en œuvre les solutions qui leur conviennent, à faire valoir leurs droits, à effectuer des changements sociaux et à influencer les politiques sociales.

La philosophie de l'intervention (de l'aide) est en évolution. Traditionnellement le TS conseille. Aujourd'hui il accompagne c'est-à-dire qu'il permet à la personne qui sollicite son aide l'émergence du projet de la personne elle-même. Cette évolution marque le passage de la prise en charge à l'accompagnement social. Réaliser cet accompagnement demande de ne pas vouloir pour l'autre. Vouloir pour la personne aidée c'est mettre en avant son propre désir et non permettre l'émergence de désir personnel chez la personne que l'on accompagne. On voit comment l'accompagnement est influencé par la psychanalyse, l'analysant ne veut rien pour l'analysé, si non ce n'est plus de la psychanalyse. Cette position dans l'accompagnement est naturellement difficile même pour un TS expérimenté à réaliser, car la posture naturelle de l'aidant c'est le conseil : tu devrais faire cela, ou cela. L'adage veut que les parents sont les dernières personnes à qui l'adolescent va demander conseil, alors qu'ils l'ont aidé durant toute son enfance. On voit ainsi même dans une situation en face à face dans l'accompagnement, le travail en équipe et la supervision ont un rôle d'élucidation dans l'accompagnement social.

On peut également distinguer deux autres axes dans l'accompagnement le premier centré sur la personne, sa demande, son problème. Ou une approche qui tient compte du contexte social de la personne, que ce soit dans son milieu de travail, familial, son entourage, voire sa communauté[1]. L'approche communautaire est souvent pratiquée par les animateurs sociaux-culturel. Lorsque le TS peut s'appuyer dans son accompagnement sur la supervision d’un thérapeute conjugal et familial éclaire le travail du TS par l’approche systémique, qu'il offre à l'équipe.

En travaillant en étroite collaboration les 'systhémiciens' sont ainsi en mesure d’intervenir à la fois sur le problème, sur ses effets et sur ses origines. Cette approche procure des résultats à ce point intéressants, qu’elle est de plus en plus utilisée par d’autres professionnels. La psychothérapie, le counseling, le coaching et l’intervention familiale, la relation d’aide et la réadaptation psychosociale, font partie des types d’interventions pour lesquels les travailleurs sociaux et les thérapeutes conjugaux et familiaux exerçant en pratique autonome ont été formés et qu’ils sont en mesure d’offrir. Le travailleur social peut également être accrédité comme médiateur familial.

Sa pratique se base sur des principes d’autodétermination, de réduction des inégalités sociales, d’amélioration de la qualité de vie et de défense des droits. Ceci pour tendre à une société où chacun aurait pleinement sa place en rendant les individus acteurs de leur propre développement personnel.

Limites de l'action[modifier | modifier le code]

Le sentiment d'impuissance ne manque pas d'occasions pour naître et se développer quand le travailleur social est confronté à des personnes toujours plus nombreuses et/ou aux difficultés toujours plus grandes.

La collaboration de diverses compétences, autant que la mise en réseau des intervenants et des institutions, diminuent son isolement et l'approche partielle qu'il peut avoir du fait de sa spécialité. Dans un contexte social critique, face à des situations de détresse profonde, le travailleur social peut avoir le sentiment de « bricoler » et même d'être instrumentalisé : « Nous posons seulement des cataplasmes pour que les gens n'explosent pas[2]. »

La variabilité des priorités politiques, produit un empilement des mesures qui transforme parfois l'intervention en un grand maquis juridique dans lequel le bénéficiaire complètement perdu doit s'appuyer sur l'expertise du TS pour comprendre. Exemple la réforme de la justice des mineurs en 2007 (protection de l'enfance en France). Le TS lui-même peut se démobiliser face à ces évolutions. À ceci s'ajoute le fait que le travail social est perçu comme un coût, une charge sur les finances publiques… Enfin il faut ajouter quelquefois la concurrence dans et entre les institutions… Tout ceci au quotidien peut remettre en question l'idéal (le feu sacré) et les possibilités de le voir se concrétiser valablement.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://cpl.asso.fr/actus/peut-il-exister-un-travail-social-communautaire-en-france questionnement sur le travail social communautaire
  2. Des travailleurs sociaux amers et réduits à bricoler. Dans Le Monde du 9 avril 1995. Autre extrait : « Nous casons les gens dans des dispositifs… Nous leur appliquons un traitement de masse tout en sachant que cela ne règle rien. »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Crognier Philippe, Précis d'écriture en travail social. Des ateliers d'écriture pour se former aux écrits professionnels, Éditions ESF, 2011
  • Degenaers Grégory, Le travail social auprès des personnes âgées, Éditions ASH, 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]