Ministère de la Jeunesse et des Sports (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ministère chargé de la Jeunesse et des Sports
Logo du ministère dans les années 2000
Logo du ministère dans les années 2000

Création 1936 : sous-secrétariat d'État aux Sports
1966 : ministère de la Jeunesse et des Sports
2002 : ministère des Sports
2004 : ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative
2007 : ministère de la Santé et des Sports
2010 : ministère des Sports
2014 : ministère des Droits des Femmes, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports
Type Ministère français
Siège 95, avenue de France
Paris 13e
Coordonnées 48° 49′ 46″ N 2° 22′ 39″ E / 48.829321, 2.37759948° 49′ 46″ N 2° 22′ 39″ E / 48.829321, 2.377599  
Langue Français
Ministre Najat Vallaud-Belkacem, Thierry Braillard (secrétaire d'État)
Personnes clés Léo Lagrange
Maurice Herzog
François Missoffe
Joseph Comiti
Edwige Avice
Lionel Jospin
Michèle Alliot-Marie
Guy Drut
Marie-George Buffet
Jean-François Lamour
Site web http://www.jeunesse-sports.gouv.fr/

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Ministère chargé de la Jeunesse et des Sports

Le département ministériel de la Jeunesse et des Sports est l'administration centrale et déconcentrée du gouvernement français chargée de la politique sportive, et des problématiques liées à la jeunesse. Il a eu différents statuts et a été sous la tutelle de différents ministères depuis sa création en 1936, étant regroupé avec d'autres domaines plus ou moins apparentés.

Histoire[modifier | modifier le code]

Évolution du portefeuille consacré au sports au sein des gouvernements successifs[modifier | modifier le code]

Après avoir eu de 1921 à 1936 la forme d'un sous-secrétariat d'État chargé de l'Éducation physique[1], il devint sous le Front populaire un sous-secrétariat d'État aux Sports et à l'organisation des loisirs, confié au SFIO Léo Lagrange, qui y reste jusqu'en 1938, le poste disparaissant avec le gouvernement[2].

Le premier membre d'un gouvernement nommément chargé de la Jeunesse et des Sports fut la SFIO Andrée Viénot, comme sous-secrétaire d'État, de 1946 à 1948. Dès sa création et jusqu'en 2009, la Jeunesse sera très souvent liée à la politique des Sports. Ce poste perdurera ensuite pendant toute la Quatrième République sous divers noms (tels que Haut commissariat[3]) à l'exception de quelques courtes périodes d'absence : 1947-1948 et 1953-1954. Ensuite, la fonction disparaît du gouvernement de 1958 à 1963 au profit d'un haut-commissariat.

Le premier ministère chargé de la Jeunesse et des Sports sous la Cinquième République a vu le jour sous la forme d'un secrétariat d'État dans le 2e gouvernement Pompidou en 1963, par transformation du haut-commissariat confié à l'alpiniste Maurice Herzog. Il devient un ministère à part entière pour la première fois dans le gouvernement suivant en 1966, et François Missoffe est ainsi le premier ministre de la Jeunesse et des Sports. Il redevient ensuite un secrétariat d'État auprès du Premier ministre de 1968 à 1974, puis du ministre de l'Éducation nationale en 1974 et du ministre de la Qualité de la vie de 1974 à 1977, puis sans ministère de tutelle de 1977 à 1978. Il redevient à nouveau un ministère plein et entier dans le 3e gouvernement Barre de 1978 à 1981, puis devient un ministère délégué auprès du ministère du temps libre[4] dans les gouvernements Mauroy de 1981 à 1984, puis sans ministère de tutelle de 1984 à 1986. Il redevient par la suite un secrétariat d'État auprès du Premier ministre de 1986 à 1988. La gauche revenue au pouvoir, les services de la Jeunesse et des Sports sont réunis à ceux de l'Éducation nationale en un grand ministère d'État alors confié à Lionel Jospin dans les gouvernements Rocard de 1988 à 1991, la jeunesse et les sports se transformant en un secrétariat d'État. Puis à nouveau il s'agit d'un ministère de plein exercice de 1991 à 1995 et de 1997 à 2007. Entretemps, dans le 2e gouvernement Juppé de 1995 à 1997, il redevient un ministère délégué auprès du Premier ministre. C'est en 2004, dans le 3e gouvernement Raffarin, qu'apparait aux côtés de la Jeunesse et des Sports, la Vie associative. Ensemble, ils forment un ministère de plein exercice qui est confié à Jean-François Lamour.

À partir de la composition du premier gouvernement Fillon du 18 mai 2007, la Jeunesse et les Sports sont regroupés au sein du Ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports, sous la responsabilité de Roselyne Bachelot. Il prend la forme d'un secrétariat d'État à la Jeunesse et aux Sports auprès de ce même ministère dans le deuxième gouvernement Fillon du 19 juin 2007 au 13 novembre 2010. Il s'agit alors de Bernard Laporte, entré en fonction le 22 octobre 2007.

Avec la nomination de Martin Hirsch haut-commissaire à la jeunesse, le 12 janvier 2009, les sports sont séparés de la jeunesse et de la vie associative et reste sous la responsabilité de Rama Yade, secrétaire d'État aux Sports et de Roselyne Bachelot, ministre de la Santé et des Sports.

Après la formation du troisième gouvernement de François Fillon, les Sports deviennent un ministère à part entière (confié à Chantal Jouanno), tandis que la Jeunesse et la Vie associative prend la forme d'un secrétariat d'État auprès du ministère de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative.

Sous la présidence de François Hollande, le secteur est confié dans les gouvernements de Jean-Marc Ayrault au ministre des Sports, de la Jeunesse, de l'Éducation populaire et de la Vie associative puis dans celui de Manuel Valls au ministre des Droits des Femmes, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports.

Sportifs devenus ministres des sports[modifier | modifier le code]

Ce poste a, à plusieurs reprises, été confié à des sportifs de haut niveau :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]