Louis Lambert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour les autres significations, voir Louis Lambert (personnage).
Louis Lambert
Image illustrative de l'article Louis Lambert

Auteur Honoré de Balzac
Genre Étude de mœurs
Pays d'origine Drapeau de la France France
Lieu de parution Paris
Éditeur Charles Gosselin
Collection Études philosophiques
Date de parution 1832
Dessinateur Édouard Toudouze
Série La Comédie humaine
Chronologie
Précédent Les Proscrits Séraphîta Suivant

Louis Lambert est un roman français d’Honoré de Balzac, paru en volume aux éditions Gosselin en 1832, puis en 1836 suivi de Séraphîta chez Werdet. Il figure à la même place dans les Études philosophiques de l’édition Furne 1845 de la Comédie humaine.

Contexte[modifier | modifier le code]

L’œuvre à la fois mystique et partiellement autobiographique (Louis Lambert, comme Balzac, fait ses études chez les oratoriens de Vendôme) est aussi une importante contribution à la description du somnambulisme magnétique tel que Balzac l’a suivi dans les recherches d’Alexis Didier[1] qu’il considérait comme le plus grand clairvoyant de son temps. Le goût de Balzac pour les sciences paranormales a nourri l’imaginaire de l’auteur qui a traduit, avec le personnage de Louis Lambert, son goût pour la métaphysique. Louis Lambert (Balzac ?) a projeté de rédiger un Traité des volontés où il serait démontré à quel point les forces de l’esprit qui nous échappent peuvent influer sur le comportement physique.

Résumé[modifier | modifier le code]

Le roman, écrit à la première personne, décrit la rencontre du narrateur avec un jeune homme surdoué, étudiant au collège des oratoriens de Vendôme grâce à la protection de Madame de Staël. Absorbé par ses études personnelles, Louis reste à l’écart des autres. Il est souvent l’objet de railleries et de brimades. Parmi ses lectures, on retrouve Swedenborg, dont les théories apparaissent encore dans Séraphîta. Le jeune homme est un génie dont ses professeurs ne comprennent pas la soif d’absolu, car ce génie passe pour fou auprès de tous, excepté Pauline, sa femme, qui prend soigneusement note de ses pensées et les réunit dans le Traité des volontés qu’il n’a pas eu le temps d’achever.

Commentaire[modifier | modifier le code]

Dans Illusions perdues, on verra que de grands esprits comme Daniel d'Arthez ou encore Michel Chrestien admirent beaucoup Louis Lambert dont ils apprennent la mort avec tristesse. Dans cette tragédie où la pensée tue le penseur, Balzac suit l’itinéraire d’un voyant, visionnaire, dont on ne peut pas rapprocher les idées de celles de l’auteur, bien que Balzac fût féru de ces théories du fluide et du magnétisme. On ne peut cependant pas ne pas apercevoir, derrière la silhouette de l’enfant brimé chez les oratoriens de Vendôme, celle d’Honoré de Balzac et ses souffrances d’enfant mal-aimé.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Un “somnambule magnétique” qui défraya la chronique au milieu du XIXe siècle, Alexis Didier (1826-1886) fut le plus renommé dans cet art paranormal.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • (en) Carl Benson, « Yeats and Balzac’s Louis Lambert », Modern Philology, May 1952, n° 49 (4), p. 242-47.
  • (en) Adam Bresnick, « The Origen of the Work of Art? Corporal Fragmentation and Aesthetic Totality in Balzac’s Louis Lambert », Discontinuity and Fragmentation, Amsterdam, Rodopi, 1994, p. 81-90.
  • Jacques Brigaud, « Louis Lambert et André Walter », La Revue des Lettres Modernes, 1973, n° 374-79, p. 161-85.
  • Pierre Citron, « Sarrasine, Louis Lambert et Balzac  », L'Année balzacienne, 1968, p. 389-93.
  • (en) Joan Dargan, « A Case of Influence: ‘Paul’s Case’ and Balzac », Cather Studies, 1999, n° 4, p. 307-18.
  • Isabelle Daunais, « Le Personnage et ses qualités », Études Françaises, 2005, n° 41 (1), p. 9-25.
  • J.-C. Fizaine, « Génie et folie dans Louis Lambert, Gambara et Massimilla Doni », Revue des Sciences Humaines, 1979, n° 175, p. 61-75.
  • (en) James W. Gargano, « The Ambassadors and Louis Lambert », Modern Language Notes, Mar 1960, n° 75 (3), p. 211-13.
  • (en) Andrea Goulet, Optiques: The Science of the Eye and the Birth of Modern French Fiction, Philadelphia, U of Pennsylvania Press, 2006.
  • Daniel A de Graaf, « Arthur Rimbaud et Louis Lambert », Revue des Langues Vivantes, 1964, n° 30, p. 350-352.
  • (en) Arthur Carl Holmberg, « Louis Lambert and Maximiliano Rubín: The Inner Vision and the Outer Man », Hispanic Review, Spring 1978, n° 46 (2), p. 119-36.
  • (en) Hazel Hutchison, « The Other Lambert Strether: Henry James’s The Ambassadors, Balzac’s Louis Lambert, and J. H. Lambert », Nineteenth-Century Literature, Sept 2003, n° 58 (2), p. 230-58.
  • (en) Bettina L. Knapp, « Louis Lambert: The Legend of the Thinking Man », Nineteenth-Century French Studies, 1977-1978, n° 6, p. 21-35.
  • Moïse Le Yaouanc, « Autour de Louis Lambert  », Revue d’Histoire Littéraire de la France, 1956, n° 56, p. 516-34.
  • Moïse Le Yaouanc, « De Cassin de Kainlis à Louis Lambert », L’Année balzacienne, Paris, Garnier Frères, 1965, p. 83-92.
  • Moïse Le Yaouanc, « Louis Lambert a Sache », L’Année balzacienne, Paris, Garnier Frères, 1963, p. 83-89.
  • (en) Peter W. Lock, « Origins, Desire, and Writing: Balzac’s Louis Lambert », Stanford French Review, 1977, n° 1, p. 289-311.
  • Joyce Loubère, « Balzac : Le Grand absent de chez Teste », French Review, Spring 1974, n° 47 (6 (suppl.), p. 82-91.
  • (de) Ulrich Mölk, « Honoré de Balzac: Louis Lambert-Ein Fall und seine Deutungen », Frühe Formen mehrperspektivischen Erzählens von der Edda bis Flaubert, Berlin, Schmidt, 1991, p. 127-38.
  • Allan H. Pasco, «  Les Proscrits et l’unité du 'Livre mystique' », L’Année balzacienne, July 1999, n° 20 (1), p. 75-92.
  • Jean Pommier, « Autour de la première édition de Louis Lambert », Études Balzaciennes, 1959, n° 9, p. 301-316.
  • Max Ridard, Louis Lambert et la métapsychologie balzacienne, Paris, José Corti, 1961.
  • (en) Scott Sprenger, « Balzac as Anthropologist », Anthropoetics, spr.-sum, n° 6 (1).
  • (en) Scott Sprenger, « Balzac, Archaeologist of Consciousness », Archéomanie : la mémoire en ruines, eds. Valérie-Angélique Deshoulières et Pascal Vacher, Clermont Ferrand, Université Blaise Pascal, CRLMC, 2000, p. 97-114.
  • (en) Michael Young, « Beginnings, Endings and Textual Identities in Balzac’s Louis Lambert », Romanic Review, Nov 1986, n° 77 (4), p. 343-358.