La Fausse Maîtresse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Fausse Maîtresse (homonymie).
La Fausse Maîtresse
Image illustrative de l'article La Fausse Maîtresse

Auteur Honoré de Balzac
Genre Étude de mœurs
Pays d'origine Drapeau de la France France
Lieu de parution Paris
Éditeur Furne
Collection La Comédie humaine
Date de parution 1841
Dessinateur Pierre Vidal (illustrateur)
Série Scènes de la vie privée
Chronologie
Précédent Étude de femme Une fille d'Ève Suivant

La Fausse Maîtresse est un roman français d’Honoré de Balzac paru en 1841 dans le journal Le Siècle, puis publié en volume en cinq chapitres dans l’édition Furne 1842 dans les Scènes de la vie privée des Études de Mœurs.

Écrit à la hâte dans une période de rapports difficiles avec Madame Hanska, le roman est un plaidoyer sur la nécessité d’une fausse aventure (celles, nombreuses, que l’auteur avait) pour cacher au monde son véritable amour (la Comtesse). Un peu tarabiscoté dans le style, l’œuvre n’en offre pas moins le charme, l’ambiance et le mystère de La Fille aux yeux d'or, bien que cette fois-ci il s’agisse d’un homme passionnément dévoué à un autre homme, d’une passion désintéressée, qui ne demande aucune contrepartie.

Thème[modifier | modifier le code]

Paz, l’intendant du comte Adam Laginski est une version masculine de Lisbeth Fischer, La Cousine Bette, mais lui est pétri de bonté, bien qu’il soit une sorte de parent pauvre vivant dans l’ombre du comte Laginski. Clémentine du Rouvre, épouse du comte, perçoit dans cet être étrange une espèce de mystère. Homme à tout faire, économe et omniprésent, il saura sauver la situation du couple lorsque le mari se ruinera au jeu. Amoureux à la fois de son maître et de sa maîtresse, le comte Thaddée Paz est un des plus étranges personnages de la Comédie humaine. Dans ce livre éminemment mondain, on retrouve les figures importantes des salons parisiens : Diane de Maufrigneuse, Madame de Portenduère (Ursule Mirouët), Marie-Angélique de Vandenesse, Florine qui paraît aussi dans La Cousine Bette, Malaga, écuyère de cirque (également dans La Cousine Bette), qui, de maîtresse du comte Paz, passe dans les bras du comte Laginski. Autres personnages importants : le marquis de Ronquerolles, oncle de Clémentine à laquelle il assure un financement généreux, Madame de Sérisy (tante de Clémentine, que l’on trouve aussi dans Splendeurs et misères des courtisanes), et l’inévitable dandy Maxime de Trailles qui hante La Comédie humaine, d’un roman à l’autre.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christian-Pierre Maestre, « La Fausse Maîtresse », L’Esprit et les Lettres, Toulouse, PU du Mirail, 1999, p. 303-09.
  • Bertrand Westphal, « Relire Balzac : De La Fausse Maîtresse à L’Autre Maîtresse d’Elisabetta Rasy », Revue de Littérature Comparée, Oct-Dec 1993, n° 67 (4 [268]), p. 513-17.

Adaptation au cinéma[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]