Le Vieil-Baugé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Vieil-Baugé
Image illustrative de l'article Le Vieil-Baugé
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Saumur
Canton Baugé
Intercommunalité C. C. du canton de Baugé
Commune Baugé-en-Anjou
Statut Commune déléguée
Date de fusion 1er janvier 2013
Code postal 49150
Code commune 49372
Démographie
Gentilé Vieil-Baugeois, Vieil-Baugeoise
Population 1 266 hab. (2010)
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 31′ 56″ N 0° 07′ 09″ O / 47.5322222222, -0.119166666667 ()47° 31′ 56″ Nord 0° 07′ 09″ Ouest / 47.5322222222, -0.119166666667 ()  
Altitude Min. 27 m – Max. 89 m
Superficie 28,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
Le Vieil-Baugé

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
Le Vieil-Baugé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Le Vieil-Baugé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Le Vieil-Baugé

Le Vieil-Baugé est une ancienne commune française du Baugeois, située dans le département de Maine-et-Loire et la région Pays de la Loire.

Le 1er janvier 2013, les communes de Baugé, Montpollin, Pontigné, Saint-Martin-d'Arcé et Le Vieil-Baugé se sont regroupées pour former la commune nouvelle dénommée Baugé-en-Anjou dont Le Vieil-Baugé constitue une commune déléguée.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Ce village angevin de l’Ouest de la France se trouve dans le pays Baugeois, au sud de Baugé, sur la route D61 qui va à Baugé[1].

Territoire[modifier | modifier le code]

Sa superficie est de près de 29 km2 (2 863 hectares[2]), et son altitude varie de 27 à 89 mètres[3], pour une altitude moyenne de 58 mètres.

Une partie de son territoire est classée Natura 2000 pour le site d'importance communautaire de la cavité souterraine de La Poinsonnière, et comporte des zones zones naturelles d'intérêt écologique, floristique et faunistique (ZNIEFF), pour la même zone et celle de la cavité souterraine de La Barangerie[4].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est traversé par la rivière le Couasnon[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat angevin est tempéré, de type océanique. Il est particulièrement doux, compte tenu de sa situation entre les influences océaniques et continentales. Généralement les hivers sont pluvieux, les gelés rares et les étés ensoleillés. Le climat du Baugeois est plus continental : plus sec et chaud l'été[5].

Aux alentours[modifier | modifier le code]

Les communes les plus proches sont Baugé (2 km), Bocé (4 km), Saint-Martin-d'Arcé (4 km), Échemiré (4 km), Chartrené (4 km), Cuon (6 km), Pontigné (6 km), Montpollin (6 km), Le Guédeniau (7 km) et Sermaise (7 km)[6].

Toponymie et héraldique[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Formes anciennes du nom : In villa Balgiaco en 999, Vetulus Balgiacus en 1119, Ecclesia Sancti Symphoriani in Veteri Baugeyo en 1148, Vieil-Baugé en 1783[7].

Ses habitants sont appelés les Vieux-Baugeois[8].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Le Vieil-Baugé

Héraldique :

d'azur à deux épées d'argent passées en sautoir, cantonnées de trois fleurs de lys d'or, une en chef et deux aux flancs, et d'un léopard du même en pointe[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Présence de vestiges d'une occupation préhistorique, dont une hache en pierre polie[10].

À l'époque gallo-romaine, plusieurs voies d'importance secondaire rayonnaient autour du Vieil-Baugé[11].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, le Vieil-Beaugé ou le Vieux-Beaugé commandait une des vigueries de l'Anjou : Vicaria Balgiensis. Jusqu'au XIe siècle, Baugé se confond avec le Vieil-Baugé, riche alors de deux églises avec prieuré[7].

Le fief appartenait à Hugues de Beaupreau, qui fit don aux religieux de Saint-Serge d'Angers de l'église Saint-Symphorien[10].

Au Moyen Âge, c'est un peu plus loin, à Baugé, que Foulques Nerra créé une motte féodale avec château fort et église[10],[11].

Au XVe siècle, le Roi René, qui aimait venir chasser dans les forêts de la région, fit reconstruire le château de Baugé.

Bataille du Vieil Baugé[modifier | modifier le code]

La Pierre de la Bataille
Plaque à la mémoire des hommes qui se sont battus pour défendre le Vieil-Baugé

Le samedi 22 mars 1421 eu lieu au Vieil-Baugé une bataille entre l'armée de Thomas de Lancastre, frère cadet d'Henri V d'Angleterre et l'armée franco-écossaise du Dauphin Charles le futur Charles VII dirigée John Stuart, 2e comte de Buchan.

Article détaillé : Bataille de Baugé.

Les forces en présence
D'un côté l'armée franco-écossaise composée de :

  • Les troupes françaises sous les ordres de Gilbert III Motier de la Fayette'
  • Les Orléans-Armagnacs sous les ordres du comte Jaques de Ventadour, de Guillaume II d'Avaugour (vicomte de Narbonne) et de Jean Dunois (bâtard de Louis Ier d'Orléans).
  • Les troupes mancelles et angevines sous les ordres de Jean de Fontaine, Jean du Bellay, Jean de Grezille et Jean de Champagne.
  • Les troupes écossaises sous les ordres de John Stewart.

De l'autre côté l'armée anglaise avec pour commandant en chef Thomas de Lancastre.

La bataille
Thomas de Lancastre, voulant battre les troupes du Dauphin, n'avait pu s'emparer d'Angers, averti que les troupes franco-écossaises se reposaient au pied de la citadelle de Baugé, il partit de Beaufort-en-Vallée la veille de Pâques après le déjeuner pour surprendre ses adversaires. Il commandait 4 500 hommes et en laissa environ 2 000 à Beaufort sous les ordres de Thomas de Montacute, comte de Salisbury.

Il arriva le 21 mars vers 16 heures, sur la hauteur qui domine la rive gauche du Couesnon, face au village du Vieil-Baugé, les archers écossais étaient sur le pont permettant l'accès au village, plus haut une autre troupe écossaise estimée à 400 hommes se trouvait sur les hauteurs boisées qui dominent la rivière au nord-est du village. Il ordonna à ses gens de forcer le passage, ils étaient environ 500 qui contournèrent par un gué le front défendu par les archers écossais, ils traversèrent le village et s'engagèrent sur le chemin de Baugé, en longeant une longue butte boisée. Surgirent alors en tête le gros des hommes d'armes écossais et sur leur flanc droit les chevaliers Armagnacs et les hommes d'armes de la Duchesse d'Anjou. Les Anglais furent vite submergés et se replièrent vers le village, mais leur retraite fut coupée par les archers écossais au pont sur le Couesnon.

Les Anglais bloqués dans le village subirent l'assaut des Écossais et des vassaux de la Duchesse Yolande. Vers 17 heures la rive droite du Couesnon était complètement dégagée, les Anglais essayèrent de franchir la rivière en amont et en aval du pont, mais celle-ci était en crue et les chevaux lourdement chargés s'embourbèrent dans les prés marécageux de la rive gauche. Les Anglais étaient des cibles faciles pour les archers écossais à cheval en position dominante sur la rive droite. À la tombée de la nuit une trève fut conclue et l'on dénombra le nombre de morts dans chaque camp.

  • Pour les Anglais : 1054 morts et 500 prisonniers, ceux qui avaient échappé au massacre s'enfuirent vers Beaufort, John batard du Duc de Clarence repris le corps de son père pour le rapporter en Angleterre et le déposer dans la cathédrale de Canterbury
  • Les pertes franco-écossaises furent minimes.

La légende
« À l'issue de la bataille une des mules bâtée de l'arrière garde ennemie fit trois bonds prodigieux. En retombant une première fois elle frappa de l'empreinte d'un de ses fers une grosse pierre placée sur l'ancienne route de Baugé à Saumur et qui fut transportée vers 1840 près du cimetière actuel du Vieil-Baugé. Elle laissa une deuxième trace à Bois-Lanfray sur la route du Lude. Une troisième empreinte est très visible près de Thorée (Sarthe) à proximité du Loir. »

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

La seigneurie du Vieil-Baugé resta réunie à la baronnie de Fontaine-Guérin jusqu'à la Révolution[10].

Sous l'Ancien Régime, la commune dépendait de la sénéchaussée angevine de Baugé.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

À la réorganisation administrative qui suivit la Révolution, en 1790, Le Vieil-Baugé fut rattaché au canton de Baugé et au district de Baugé, puis en 1800 à l'arrondissement de Baugé, et à sa disparition en 1926, à l'arrondissement de Saumur[12].

Commune nouvelle de Baugé-en-Anjou[modifier | modifier le code]

En juin 2011, cinq communes du Baugeois lancent un projet de regroupement : Baugé, Montpollin, Pontigné, Saint-Martin-d’Arcé et Le Vieil-Baugé[13].

Après la consultation de la population par l’intermédiaire de réunions publiques en novembre et décembre 2011, et la validation de la charte Commune nouvelle du Baugeois[14], l'ensemble des conseils municipaux votent l'adoption du projet le 8 mars 2012[15] qui est validé par arrêté préfectoral le 30 mars suivant et mis en place le 1er janvier 2013[16].

Quelques chiffres du nouvel ensemble[17]
Nom de la commune Population
(2010)
Surface
(hectares)
Alt. mini
(mètres)
Alt. maxi
(mètres)
Baugé 3 681 855 41 102
Montpollin 214 449 56 103
Pontigné 257 2 417 47 92
Saint-Martin-d'Arcé 794 1 318 52 95
Le Vieil-Baugé 1 266 2 863 27 89
Ensemble 6 212 7 902 27 103

Administration[modifier | modifier le code]

Mairie du Vieil-Baugé

Administration actuelle[modifier | modifier le code]

Depuis le 1er janvier, elle constitue une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Baugé-en-Anjou et dispose d'un maire délégué.

Administration ancienne[modifier | modifier le code]

La commune a été érigée en municipalité en 1790[12].

Au 31 décembre 2012, le conseil municipal était composé de 15 élus[18].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 décembre 2012 Olivier Carton    
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelage[modifier | modifier le code]

La commune ne comporte pas de jumelage.

Ancienne situation administrative[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2012, la commune du Vieil-Baugé était intégrée à la communauté de communes canton de Baugé ; structure intercommunale ayant pour objet d’associer des communes au sein d’un espace de solidarité, en vue de l’élaboration d’un projet commun de développement et d’aménagement de l’espace[19].

Créée en 1994[20], cette structure intercommunale regroupait jusqu'en décembre 2012 quinze communes du canton, dont Baugé, Montpollin, Pontigné, Saint-Martin-d'Arcé et Le Vieil-Baugé.

La communauté de communes était, à cette date, membre du syndicat mixte Pays des Vallées d'Anjou (SMPVA), structure administrative d'aménagement du territoire regroupant six communautés de communes : Beaufort-en-Anjou, Canton de Baugé, Canton de Noyant, Loir-et-Sarthe, Loire Longué, Portes-de-l'Anjou.

Autres administrations[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2012, la commune du Vieil-Baugé était adhérente du conseil de développement du Pays des Vallées d'Anjou (CDPVA), du syndicat intercommunal d’eau et d’assainissement de l’agglomération Baugeoise, du syndicat mixte intercommunal de valorisation et de recyclage thermique des déchets de l’Est Anjou (SIVERT), du syndicat intercommunal pour l'aménagement du Couasnon (SIAC)[21].

Le SIVERT était, à cette date, le syndicat intercommunal de valorisation et de recyclage thermique des déchets de l’Est Anjou, situé à Lasse[22].

Autres circonscriptions[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2012, la commune du Vieil-Baugé faisait partie du canton de Baugé et de l'arrondissement de Saumur.

Le canton de Baugé comprenait en décembre 2012 quinze communes. C'est l'un des quarante et un cantons que compte le département ; circonscriptions électorales servant à l'élection des conseillers généraux, membres du conseil général du département.

À cette date, Le Vieil-Baugé faisait partie de la troisième circonscription de Maine-et-Loire, composée de huit cantons dont Longué-Jumelles et Noyant. La troisième circonscription de Maine-et-Loire est l'une des sept circonscriptions législatives que compte le département.

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2010, la commune comptait 1 266 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 874 1 315 1 952 2 092 1 926 1 882 1 955 2 060 2 022
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 541 1 524 1 511 1 506 1 503 1 421 1 386 1 435 1 430
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 416 1 367 1 307 1 133 1 215 1 123 1 118 1 239 1 207
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 151 1 143 1 093 1 098 1 172 1 252 1 302 1 316 1 266
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2004[24].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (19,5 %) est en effet inférieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est sensiblement égale à la population féminine.

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 49,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,4 %, 15 à 29 ans = 16,2 %, 30 à 44 ans = 22,6 %, 45 à 59 ans = 22,1 %, plus de 60 ans = 18,7 %) ;
  • 50,3 % de femmes (0 à 14 ans = 24,6 %, 15 à 29 ans = 14,2 %, 30 à 44 ans = 21,4 %, 45 à 59 ans = 19,5 %, plus de 60 ans = 20,3 %).
Pyramide des âges à Le Vieil-Baugé en 2008 en pourcentage[25]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,8 
6,0 
75 à 89 ans
6,7 
12,4 
60 à 74 ans
12,8 
22,1 
45 à 59 ans
19,5 
22,6 
30 à 44 ans
21,4 
16,2 
15 à 29 ans
14,2 
20,4 
0 à 14 ans
24,6 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[26].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Vie locale[modifier | modifier le code]

Services publics présents sur la commune : mairie, école maternelle et primaire. D'autres services publics se trouvent à Baugé, dont le collège, l'hôpital intercommunal et le centre de secours[21].
Outre les services publics, plusieurs commerces sont présents sur la commune : coiffure, couture, boulangerie patisserie, etc.

L'hôpital intercommunal du Baugeois et de la Vallée, ainsi que les maisons de retraite, se situent à Baugé[27].

La collecte des déchets ménagers (tri sélectif) est organisée par la Communauté de Communes du Canton de Baugé. La déchèterie intercommunale se situe sur la commune de Saint-Martin-d'Arcé[22].

Très répandu dans le Baugeois, plusieurs cercles de Boule de fort sont également présents sur la commune.

Économie[modifier | modifier le code]

Clocher de l'église.

Commune principalement agricole, sur 99 établissements présents sur la commune à fin 2010, 41 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 4 % du secteur de l'industrie, 11 % du secteur de la construction, 37 % de celui du commerce et des services et 6 % du secteur de l'administration et de la santé[28].

À fin 2009, 87 établissements étaient présents sur la commune, dont 45 % relevaient du secteur de l'agriculture[29].

Liste des AOC sur le territoire[30] :

  • IGP Bœuf du Maine, IGP Porc de la Sarthe, IGP Volailles de Loué, IGP Volailles du Maine, IGP Œufs de Loué ;
  • IGP Cidre de Bretagne ou Cidre breton ;
  • IGP Maine-et-Loire blanc, IGP Maine-et-Loire rosé, IGP Maine-et-Loire rouge.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune du Vieil-Baugé comporte plusieurs monuments inscrits au Patrimoine[31], dont trois monuments historiques[32] :

  • Château de Montivert, du XIXe siècle, château de la fin de la période néo-gothique, édifié entre 1893 et 1895, inspiré des demeures angevines de l'époque du roi René, Monument historique classé le 08/03/1994 (PA00132704).
  • L'église paroissiale Saint-Symphorien, église romane des XIe et XVIe siècles. La flèche précédente du clocher était en pierre. L'actuelle date de 1856 et a sans doute été construite volontairement tordue, comme d'autres clochers du Baugeois. La torsion n'intéresse que la moitié inférieure de la flèche, la pointe étant restée droite à partir du point de dévers. Monument historique classé le 19/12/1973 (PA00109404).
  • Le logis de Clairefontaine, situé à la sortie de Baugé sur la commune du Vieil-Baugé, des XIIIe et XVe siècles, entièrement meublé XVe-XVIIe siècles, ancienne grange cistercienne des XIIe-XIVe siècles, transformée en manoir au début du XVe siècle[33]. Monument historique classé le 28/12/1984 (PA00109405).
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
  • Château Coutrolle, des XVIe XVIIIe et XIXe siècles, avec chapelle (Notre-Dame-de-Pitié), Inventaire général.
  • Château Landifer, proche de Bocé, des XVIe et XIXe siècles, Inventaire général.
  • Château le Perray, du XIXe siècle, Inventaire général.
  • Plusieurs fermes et maisons, des XVe XVIe XVIIe XVIIIe et XIXe siècles, Inventaire général.
  • Lavoir, du XIXe siècle, alimenté par une source dont le débit est de un litre par seconde, Inventaire général.
  • Plusieurs manoirs, des XVe XVIe XVIIe XVIIIe et XIXe siècles, Inventaire général.
  • Plusieurs moulins, des XIe XVe XVIIe et XIXe siècles, Inventaire général.
  • Pont dit le Pont-Godeau, du XIXe siècle (1846), Inventaire général.
  • Presbytère, des XVIe et XIXe siècles, Inventaire général.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b IGN et BRGM, Géoportail, commune du Vieil-Baugé (49), consulté le 28 décembre 2010
  2. Insee, chiffres clés sur un territoire, Communes de Maine-et-Loire, consultés le 15 février 2012
  3. Ign, Répertoire Géographique des Communes (RGC), consulté le 3 février 2012
  4. DREAL Pays de la Loire, Données environnementales GéoSource, consultées le 5 juillet 2011
  5. Comité météorologique départemental de Maine-et-Loire, Les régions naturelles, Le Climat, consulté le 19 décembre 2010
  6. Les distances affichées sont des distances orthodromiques (à vol d'oiseau).
    Lion1906, Distances orthodromiques à partir du Vieil-Baugé (49), consulté le 20 mars 2012
  7. a et b Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, Lachèse & Dolbeau, 1878, t. 3 p. 707 et suivantes - selon ses travaux faits au XIXe siècle sur les archives anciennes.
  8. Pierre-Louis Augereau, Les secrets des noms de communes et lieux-dits du Maine-et-Loire, Cheminements, 2005, p. 209 et 210
  9. Armorial des communes de Maine-et-Loire, Le blason des communes de l'Anjou de Gérard Byron-Clouzard.
  10. a, b, c et d Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, 1874 1878, Édition révisée de 1996 par André Sarazin et Pascal Tellier, t. 4, p. 750 et suivantes
  11. a et b Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, 1874-1878, Édition révisée de 1965 par Jacques Levron et Pierre d'Herbécourt, (Baugé) t. 1 p. 247 et suivantes
  12. a et b EHESS, Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, Notice communale du Vieil-Baugé, consultée le 20 mars 2012
  13. Blog Commune nouvelle du Baugeois, Projet de fusion, consulté le 13 mars 2012
  14. Blog Commune nouvelle du Baugeois, Charte Commune nouvelle du Baugeois, consultée le 13 mars 2012
  15. Ouest France, Baugé-en-Anjou, une nouvelle ville est née, 12 mars 2012
  16. Préfecture de Maine-et-Loire, Arrêté no 2012090-0002 portant création de la commune nouvelle de Baugé en Anjou, du 30 mars 2012 (JORF no 0133 du 9 juin 2012 page 9778 texte no 8)
  17. Population : Insee, Populations municipales 2010, mis à jour le 3 janvier 2013
    Surfaces et altitudes : IGN, Répertoire Géographique des Communes (RGC 2010), consulté le 2 février 2011
  18. Nombre de conseillers municipaux sur le Code général des collectivités territoriales
  19. Statuts de la Communauté de communes du Canton de Baugé, Arrêté préfectoral no 2007-107, du 9 mai 2007
  20. Arrêté préfectoral no D3-94-932 portant création de la communauté de communes du canton de Baugé, du 23 décembre 1994
  21. a et b C. C. du canton de Baugé, Communauté de communes, consultée le 7 juillet 2011
  22. a et b SIVERT, C. C. du canton de Baugé, consulté le 20 décembre 2010
  23. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010
  25. « Évolution et structure de la population à Le Vieil-Baugé en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 24 octobre 2012)
  26. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 24 octobre 2012)
  27. Fédération Hospitalière de France, Hôpital local (Baugé), consulté le 6 octobre 2011
  28. Insee, Statistiques locales du territoire de Le Vieil-Baugé (49), consultées le 18 décembre 2012
  29. Insee, Statistiques locales 2009 du territoire de Le Vieil-Baugé, consulté le 20 mars 2012
  30. AOC Appellation d'origine contrôlée (FR), AOP Appellation d'origine protégée (CE), IGP Indication géographique protégée (CE) - INAO, Fiche du Vieil-Baugé (49), consultée le 6 juillet 2011.
  31. Ministère de la Culture, Monuments historiques et Inventaire général du patrimoine culturel, base Mérimée, consultée le 20 mars 2012
  32. Service Départemental de l'Architecture et du Patrimoine du Maine et Loire, Liste des protections au Vieil-Baugé, consultée le 20 mars 2012
  33. Site Manoir de Clairfontaine, 4 février 2009