Le Roi d'Ys

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Affiche pour l'avant-première de 1888

Le Roi d'Ys est un opéra en trois actes et cinq tableaux d'Édouard Lalo, composé sur un livret d'Édouard Blau (1836-1906).

Le livret est tiré de la légende bretonne de la ville d'Ys, capitale du royaume de Cornouaille, engloutie au large de Douarnenez dit la légende.

Historique[modifier | modifier le code]

Bannière figurant Saint Corentin
Église de Locronan (Bretagne, France)

Lalo a composé Le roi d'Ys entre 1875 et 1878 après avoir esquissé la première version de l'opéra en 1875. L'intérêt de Lalo pour le folklore breton lui vient de sa seconde épouse, la contralto Julie de Marigny, d'origine bretonne. Le rôle de Margared est, en fait, écrit pour elle. Le montage scénique de l'opéra s'avère difficile. Il est retiré du répertoire du Théâtre lyrique en 1878 puis de celui de l'Opéra de Paris en 1879 bien que des extraits soient interprétés en concert par Julie de Marigny dans le rôle de Margared[1]. Lalo entreprend de retravailler son œuvre en 1886. L'avant-première de cette version a lieu le 7 mai 1888 à la Salle du Châtelet par la troupe de l'Opéra comique. Le roi d'Ys remporte un vif succès et sera interprété 100 fois dans cette salle au cours de l'année[2].

Elle est montée à Genève en novembre 1888, Amsterdam en décembre 1888, Anvers et Bruxelles en février 1889 et Rome en mars 1890[3]. Le livret est traduit en hollandais, allemand, italien, tchèque, russe et en roumain peu de temps après la première de 1888. La première représentation au Royaume-uni a lieu au Royal Opera House de Covent Garden le 17 juillet 1901.

L'opéra est présenté pour la première fois le 23 janvier 1890 au French Opera House de La Nouvelle-Orléans (États-Unis) mais connaîtra un long moment de purgatoire jusqu'à ce qu'il soit remonté au Metropolitan Opera en 1922 avec Rosa Ponselle dans le rôle de Margared, Beniamino Gigli dans celui de Mylio et Frances Alda dans celui de Rozenn. Avec la désaffection du public pour les opéras romantiques ou lyriques après la Première Guerre mondiale, Le roi d'Ys reçoit un accueil mitigé[4] et son interprétation est arrêtée au bout de six représentations[5].

L'œuvre est reprise par l'Opéra de Paris en janvier 1941. À cette date, elle a été interprétée 490 fois. Elle soulève le même enthousiasme dans toute l'Europe.

Le roi d'Ys n'a été que rarement représenté au cours des soixante dernières années. Il y a bien eu une version de concert par l'Opera Orchestra of New York sous la baguette d'Eve Queler et, plus récemment en octobre 2008, par l'American Symphony Orchestra dirigé par Leon Botstein à l'Avery Fisher Hall de New York.

La production la plus récente de cet opéra est celle du Théâtre du Capitole à Toulouse en 2007 sous la direction d'Yves Abel avec Sophie Koch, Inva Mula, Charles Castronovo, Franck Ferrari et Paul Gay dans les rôles principaux. La production toulousaine est représentée au Centre Culturel d'Arts Scéniques de Pékin en avril 2008 sous la baguette de Michel Plasson avec une distribution à la fois française et chinoise[6].

NPR diffuse l'opéra sur ses antennes le 2 février 2008, Paul Gay assumant le rôle titre[7].

Notons que cette oeuvre a été représentée en mai 2014 a l'opéra de Marseille avec Inva Mula, Florian Laconi et Béatrice Uria Monzon

Argument[modifier | modifier le code]

Fuite du roi Gradlon (le roi d'Ys)
Par Évariste Vital Luminais, 1884

L'action de déroule au cours du Moyen Âge dans la ville d'Ys située sur les côtes bretonnes.

Acte I[modifier | modifier le code]

Margared, la fille du roi d'Ys, est amoureuse de Mylio, mais promise au prince de Karnarc afin de sceller l'amitié des deux peuples. Pressée par sa sœur Rozenn, elle lui avoue que son cœur est pris mais sans révéler le nom de l'élu. Mylio, l'ami d'enfance des deux sœurs revient d'un long voyage et avoue son amour à Rozenn. Margared, qui vient d'apprendre le retour de Mylio refuse de se marier à Karnarc. Ce dernier lance un défi à Mylio.

Acte II[modifier | modifier le code]

Margared apprend le sentiment qui unit Rozenn et Mylio. Ivre de rage, elle maudit les deux amants. L'armée de Mylio a vaincu celle de Karnark. Il est fêté à son retour par les habitants d'Ys. Margared propose à Karnarc de se venger en ouvrant les écluses qui protègent la ville des eaux. La statue de saint Corentin leur conjure de n'en rien faire.

Acte III[modifier | modifier le code]

Au moment où l'on célèbre les noces de Mylio avec Rozenn, l'eau s'engouffre dans les rues. Mylio tue Karnark. Margared, rongée de regrets et de remords, tente de rejoindre la foule qui s'est réfugiée sur la terre ferme et se jette à la mer, après avoir reconnu publiquement son crime. Saint Corentin apparaît, l'océan apaise sa fureur. Les iliens prient pour le salut de Margared.

Les rôles[modifier | modifier le code]

Portrait de Blanche Deschamps-Jéhin
créatrice du rôle de Margred
Photo Nadal
Rôle Voix Créateurs
Le roi d'Ys baryton-basse Cobelet
Margared, fille du roi mezzo-soprano Blanche Deschamps-Jéhin
Rozenn, fille du roi soprano Cécile Simonnet
Prince Karnac baryton Max Bouvet
Mylio, un chevalier ténor Jean-Alexandre Talazac
Jahel, maître du palais baryton Boussac
St. Corentin basse René Fournets
peuple, soldats, seigneurs, pontifes, écuyers, dames et suivantes

Discographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Giroud (2008)
  2. (fr) L'Avant scène opéra de juillet 1984 (p.8)
  3. (en) Loewenberg A. Annals of Opera. London, John Calder, 1978.
  4. Aldrich (6 janvier 1922)
  5. (en) The Metropolitan Opera Archives (MetOpera Database)
  6. Stoecklin (10 octobre 2007); Chen (4 janvier 2008)
  7. (en) NPR schedule on Lamar University website. Consulté le 1er septembre 2009.