Le Livre d'Eli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Livre d'Eli

Titre québécois Le Livre d'Elie
Titre original The Book of Eli
Réalisation Albert et Allen Hughes
Scénario Gary Whitta et Anthony Peckham
Acteurs principaux
Sociétés de production Warner Bros.
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Post-apocalyptique
Sortie 2010
Durée 1h 58min

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Livre d'Eli (Le Livre d'Élie au Québec et The Book of Eli en version originale) est un film américain réalisé par Albert et Allen Hughes sorti le 15 janvier 2010 aux États-Unis et au Québec.

Résumé[modifier | modifier le code]

L'action se situe dans un monde post-apocalyptique où une guerre nucléaire a détruit la couche d'ozone et transformé les États-Unis en un grand désert parsemé de ruines où survivent difficilement les rescapés, tenaillés par la soif. Eli (Denzel Washington), un homme qui voyage en solitaire, est un combattant aguerri qui semble n'avoir qu'un seul but dont rien ne le détourne : aller vers l'ouest. Eli transporte une bible qu'il lit tous les jours et dont il cite régulièrement des passages.

Lorsque Eli pénètre sur le territoire de Carnegie, un homme qui contrôle une ville et plusieurs bandes violentes grâce à sa maîtrise d'une source d'eau potable, il se heurte rapidement à ses hommes de main. Mené devant Carnegie, il impressionne favorablement ce dernier : Carnegie a aussi connu le monde avant l'apocalypse, et apprécie d'abord cet homme qui n'a pas peur de lui et qui sait lire. Mais Carnegie a une obsession : trouver une Bible. Il connaît le pouvoir de la religion qu'il souhaite détourner à son profit pour étendre sa puissance. Lorsqu'il comprend qu'Eli a ce qu'il recherche, il tente d'abord de le retenir par la séduction, en lui envoyant Solara, la fille de sa compagne aveugle Claudia. L'échec de cette tentative l'amène à tenter de faire tuer Eli, mais dans la fusillade qui s'ensuit, Carnegie perd la plupart de ses hommes de main et est grièvement blessé à la jambe. Eli poursuit alors sa route, suivi par Solara, dont il finit par accepter la compagnie après l'avoir sauvée d'un gang. Lors d'une halte, il explique à Solara que lorsqu'il a émergé de son abri, trente ans plus tôt, une voix l'a guidé vers la Bible enfouie et lui a ordonné de l'emporter vers l'ouest.

Carnegie parvient à les rattraper, et après une nouvelle fusillade où presque tous ses hommes sont tués, il blesse Eli et lui prend sa Bible. De retour dans sa ville, il parvient à en forcer la serrure mais découvre avec colère qu'elle est rédigée en braille, et Claudia refuse de la lui traduire. Sa blessure se gangrène, le condamnant à mort, et il assiste impuissant à la révolte de la population de sa ville.

Solara conduit un Eli gravement blessé vers San Francisco et l'île d'Alcatraz qui sert de refuge à un groupe d'hommes qui tentent de réunir et réimprimer les ouvrages du passé, mais il leur manque un exemplaire de la Bible. Eli, dont un plan rapproché sur les yeux nous apprend alors qu'il est aveugle, la leur dicte, verset après verset, et la Bible est réimprimée et rangée au côté de la Torah et du Coran. Eli meurt de sa blessure à Alcatraz, mais Solara récupère ses affaires et une Bible, et reprend sa route en sens inverse.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Source et Légende doublage : VF = Version Française[2]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Plusieurs éléments du film montrent beaucoup de similitude avec le roman : Jon Shannow de David Gemmell.
  • Quand Solara va chercher de l'eau à la fontaine on entend pour la première fois, légèrement, la musique du film Il était une fois en Amérique réalisé par Sergio Leone, en surcouche sonore il y a le grincement de la fontaine faisant penser au grincement du début du film Il était une fois dans l'Ouest sur le quai.
  • Après que Carnegie a laissé Eli pour mort devant la maison du vieux couple, Redridge est assis sur le siège passager du camion où Solara est faite prisonnière, il siffle la musique du film Il était une fois en Amérique réalisé par Sergio Leone et sorti en 1984.
  • Dans la chambre où Eli passe une nuit, on peut distinguer une affiche du film Apocalypse 2024 (A Boy and His Dog), référence des films post-apocalyptiques.
  • La guerre nucléaire provoquée 30 ans avant les événements du film semble avoir une cause religieuse car Eli dit à propos de sa bible « [...] y a même des gens qui disent que ce livre a provoqué la guerre, toujours est-il que c'est le dernier qu'il reste ».
  • Le film contient un faux plan-séquence, lors de l'attaque de la maison, durant près de 3 minutes.
  • Lorsque les hommes de main de Carnegie lui rapportent des livres, il est en train de lire la biographie de Mussolini[3]. L'un des livres rapportés à ce moment est le Da Vinci Code de Dan Brown[4].
  • Les véhicules de Carnegie sont de la marque GMC.

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Box-office arrêté le… Nombre de semaines
Alt=Image de la Terre Mondial[5] 157 091 718 USD 13 Mai 2010 17
Drapeau des États-Unis États-Unis[5] 94 835 059 USD 13 Mai 2010 17
Drapeau de la France France[6] 520 359 entrées 13 Mai 2010 17
  • Lors de sa première journée d'exploitation aux États-Unis, le film a récolté 11,7 millions USD. Il se classe premier, devant Avatar qui récolte 10,4 millions USD. Lors de son premier week-end, le film se classe deuxième, avec 32 789 494 USD. Il est derrière Avatar avec 42,8 millions USD. Depuis sa date de sortie, le film a cumulé 87,5 millions USD dans le monde dont 76,5 millions USD aux États-Unis.

Réception critique[modifier | modifier le code]

La rédaction du Figaroscope décrit le film comme étant un « trépidant thriller futuriste, entre Mad Max II et Je suis une légende » et lui donne la note de trois sur cinq étoiles. Elle écrit aussi : « qui impose un Denzel Washington très convaincant en moine guerrier face à l'inquiétant Gary Oldman[7] ».

Charlie Hebdo est plus mitigé, lui attribuant la note de deux sur cinq étoiles. Il écrit à son propos  : « La pilule est si grosse, le sérieux du film si papal que l'on se demande si l'on n'assiste pas à un cas d'hypnose collective ou à un hypothétique syndrome Sarah Palin. »[8]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Le Livre d'Eli sur l’Internet Movie Database
  2. Fiche VF du film sur Allodoublage, consulté le 3 décembre 2012
  3. (en) David Denby, « Wastelands : “The Book of Eli” and “Fish Tank” », The New Yorker,‎ 18 janvier 2010.
  4. (en) Lisa Miller, « The Good Book », Newsweek,‎ 6 janvier 2010 (lire en ligne).
  5. a et b (en) Box-office mojo
  6. Box-office France
  7. La rédaction, Le Livre d'Eli, Figaroscope, 19 janvier 2010.
  8. Analyse du film sur le site Caseum Comedentis

Liens externes[modifier | modifier le code]