Le Cours

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Cours
Blason de Le Cours
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Vannes
Canton Questembert
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Questembert
Maire
Mandat
Raymond Houeix
2014-2020
Code postal 56230
Code commune 56045
Démographie
Population
municipale
582 hab. (2011)
Densité 37 hab./km2
Population
aire urbaine
16 444 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 44′ 33″ N 2° 30′ 00″ O / 47.7425, -2.547° 44′ 33″ Nord 2° 30′ 00″ Ouest / 47.7425, -2.5  
Altitude 87 m (min. : 27 m) (max. : 106 m)
Superficie 15,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Le Cours

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Le Cours

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Cours

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Cours
Liens
Site web Site perso sur la commune

Le Cours [lə kuʁ] est une commune française, située dans le département du Morbihan en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Écarts et lieux dits[modifier | modifier le code]

  • Carado, Carane, Caranre, Coetdigo
  • Coquily, Gros Balai, Kerbernard, Kerbranquet, Kerjafrio
  • Kerliguen, Kerlogne, Kermelin, Kerolivier
  • La cocharderie, La croix mahe, La noe prio, La rabine
  • Le pont de molac, Le prodo, Pont drean, Quespal
  • Tremelo
  • La Renauderie, Le grand pâtis, Beausoleil
  • Les Landréaux, la Forêt, Le Grand Brûlon, l'Ermitage, Le Guéhélu,

Histoire[modifier | modifier le code]

Rattachée à Molac jusqu'en 1839, Le Cours devient commune à part entière le 14 mars 1932. La dénomination administrative actuelle est une abréviation de l'appellation traditionnelle Le Cours-de-Molac.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Le Cours (Morbihan).svg

Les armoiries de Le Cours se blasonnent ainsi :

Chapé ployé d’azur et d’argent, l’azur chargé à dextre et à senestre de trois mâcles d’argent, deux et un, l’argent chargé d’une croix pattée alésée de gueules ; au chef de gueules chargé d’une hermine passante au naturel, colletée d’argent et à l’écharpe d’hermine.
Conc. B. Le Ny-Jegat.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Alain Rio PS  
2008 2014 Paul Soulard PS  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 582 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1936. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999
602 531 500 456 421 400 378 351 401
2004 2006 2009 2011 - - - - -
450 491 570 582 - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château de Trégoët[modifier | modifier le code]

Situé sur les bords de l'Arz, le château de Trégoët était la demeure des seigneurs de Molac (paroisse proche). Guy Ier de Molac, le plus ancien membre connu de la famille, vivait là vers 1200. Le château était important dès le XIVe siècle. C'était le « siège féodé » du sénéchal ou maître d'hôtel des vicomtes de Rohan. Sa chapelle, du côté oriental de la cour, entre la maison principale et le pavillon des archives, fut bâtie en 1327 et restaurée en 1627. Abandonnée à la Révolution, elle a été démolie au XIXe siècle.

Par alliance, le lieu passa aux Rieux en 1411, puis a un cousin de la famille Guyon de la Chapelle (1419), à nouveau par mariage aux Rosmadec au XVIe siècle. En 1700, un de leurs cousins, René Alexis Le Sénéchal de Kercado recueille la succession, et sa famille conserve Trégoët jusqu'au XIXe siècle. Il est ensuite à la famille de Sivry, qui le possède toujours. Vers 1910 M. de Sivry fait démonter l'édifice en mauvais état, pour reconstruire son château de Villeneuve en Pleucadeuc. Il subsiste cependant des vestiges assez importants à Trégoët. Les communs abritent une exploitation agricole.

Trégoët est maintenant dans la commune de Le Cours et ses restes sont visibles à 1,5 km au Sud-Est du bourg, à la limite des communes de Molac et de Larré.

Extrait du livre de Charles Floquet, Dictionnaire des châteaux et manoirs du Morbihan, chez Yves Floch imprimeur-éditeur Mayenne.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :