La Chevallerais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Chevallerais
L'église paroissiale.
L'église paroissiale.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Châteaubriant
Canton Nozay
Intercommunalité Communauté de communes de la Région de Blain
Maire
Mandat
Élisabeth Cruaud
2014-2020
Code postal 44810
Code commune 44221
Démographie
Gentilé Chevalleraisiens
Population
municipale
1 421 hab. (2011)
Densité 139 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 28′ 06″ N 1° 40′ 12″ O / 47.4683333333, -1.6747° 28′ 06″ Nord 1° 40′ 12″ Ouest / 47.4683333333, -1.67  
Altitude Min. 18 m – Max. 42 m
Superficie 10,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
La Chevallerais

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
La Chevallerais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Chevallerais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Chevallerais
Liens
Site web http://www.mairie-lachevallerais.fr/

La Chevallerais est une commune de l'Ouest de la France, dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de la Chevallerais dans le département de la Loire-Atlantique

La Chevallerais est située à 35 km au nord de Nantes, 40 km au sud de Châteaubriant et 5 km à l'est de Blain.

Les communes limitrophes de La Chevallerais sont La Grigonnais, Puceul, Saffré, Héric et Blain.

Selon le classement établi par l'Insee en 1999, La Chevallerais est une commune rurale monopolarisée qui fait partie de l'aire urbaine de Nantes et de l'espace urbain de Nantes-Saint-Nazaire (cf. Liste des communes de la Loire-Atlantique).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Chevallerais remonterait au Moyen Âge et fait référence au patronyme Chevalier dont elle est la propriété (le terminal « -ais » signifie « propriété de »). Ce patronyme renvoie à un ancien noble déchu ou montant à cheval[1].

Selon le site de mairie, le nom de la commune viendrait du fait qu'elle était un lieu de leurs rendez-vous des chasseurs qui venait traquer le gibier dans la forêt environnante. Ces derniers, appartenant à la noblesse, se considéraient comme des chevaliers[2].

La Chevallerais possède un nom en gallo, la langue d'oïl locale : La Chevaleraè (écriture ELG, prononcé [la.ʃvɑl.ʁə ])[3]. Le nom breton de la commune est Kergaval mais le breton n'est plus parlé à La Chevallerais depuis le IXe siècle

Histoire[modifier | modifier le code]

Autrefois, le territoire était une forêt qui rejoignait celles de la Groulaie et de Saffré[2].

La construction d'une chapelle, dite « chapelle du Vœu », premier élément figurant dans les archives de Saffré, daterait de 1620. Elle aurait été consécutive à un accident de chasse dont l'auteur involontaire aurait promis cette construction dédiée à Notre-Dame-de-Bonnes-Nouvelles, si sa victime guérissait de ses blessures. La chapelle fut incendiée en 1794 par les patriotes du district de Blain. La statuette de Notre-Dame-de-Bonnes-Nouvelles fut miraculeusement sauvée par une fillette à qui un des soudards la confia. Cette statuette polychrome fait toujours partie du patrimoine paroissial[2].

La Chevallerais obtint le statut de paroisse en 1842, mais faisant partie de la commune de Puceul depuis la Révolution[2].

En 1950, La Chevallerais est érigée en commune[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Daniel Boistuaud    
mars 2008 en cours Élisabeth Cruaud[Note 1] Divers gauche comptable
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

La commune est créée en 1949 par démembrement partiel de Puceul. Le recensement de 1946 tient compte de ce découpage.

En 2011, la commune comptait 1 421 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1946. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006
607 541 512 499 495 546 652 652 1 149
2008 2011 - - - - - - -
1 291 1 421 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (9,6 %) est en effet inférieur au taux national (22,7 %) et au taux départemental (20,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,3 % contre 48,7 % au niveau national et 48,5 % au niveau départemental).

Pyramide des âges à La Chevallerais en 2009 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,5 
3,4 
75 à 89 ans
5,3 
4,5 
60 à 74 ans
5,5 
13,7 
45 à 59 ans
12,8 
33,5 
30 à 44 ans
29,5 
14,0 
15 à 29 ans
17,5 
30,8 
0 à 14 ans
29,0 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2009 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,0 
5,6 
75 à 89 ans
9,1 
12,1 
60 à 74 ans
13,4 
20,1 
45 à 59 ans
19,7 
21,3 
30 à 44 ans
20,1 
20,1 
15 à 29 ans
18,5 
20,5 
0 à 14 ans
18,3 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Sur le territoire de la commune se situent deux écoles scolaires, l'école publique L'ECOL'EAU et l'école privée Saint-Aubin.

Événements et vie de la commune[modifier | modifier le code]

batteuse fête des battages
  • L'élection de la reine des battages : début avril,cette année elle se déroulera le samedi 5 avril 2014.
  • La fête des Battages : dernier dimanche de juillet, cette année elle se déroulera le dimanche 27 juillet 2014 à partir de 10h00.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
  • La fontaine Notre-Dame-de-Bonnes-Nouvelles, située près de la mairie, date approximativement du XVIIe siècle[réf. nécessaire] .

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélue en 2014.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Marie Cassagne et Mariola Korsak, Origine des noms de villes et villages - Loire-Alantique, Saint-Jean-d'Angély, Éditions Boudessoules,‎ 2002, 287 p. (ISBN 2-913471-45-5), p. 65
  2. a, b, c, d et e Histoire de la Chevallerais
  3. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le 18 mars 2013)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  6. « Résultats du recensement de la population - La Chevallerais - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  7. « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).