La Grigonnais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Grigonnais
Image illustrative de l'article La Grigonnais
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Châteaubriant
Canton Nozay
Intercommunalité Communauté de communes de la Région de Nozay
Maire
Mandat
Monique Jamin
2014-2020
Code postal 44170
Code commune 44224
Démographie
Gentilé Grigonnaisiens
Population
municipale
1 566 hab. (2011)
Densité 74 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 31′ 38″ N 1° 39′ 58″ O / 47.5272222222, -1.66611111111 ()47° 31′ 38″ Nord 1° 39′ 58″ Ouest / 47.5272222222, -1.66611111111 ()  
Altitude Min. 20 m – Max. 82 m
Superficie 21,22 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
La Grigonnais

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
La Grigonnais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Grigonnais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Grigonnais
Liens
Site web http://www.lagrigonnais.fr/

La Grigonnais est une commune de l'Ouest de la France, dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de la Grigonnais dans le département de la Loire-Atlantique

La commune est située à proximité de la voie express Nantes-Rennes, à 45 km au nord de Nantes et à 9 km au nord-est de Blain, non loin de la forêt domaniale du Gâvre.

Les communes limitrophes sont Nozay, Vay, Blain, La Chevallerais et Puceul.

Selon le classement établi par l'Insee en 1999, La Grigonnais était une commune rurale non polarisée (cf. Liste des communes de la Loire-Atlantique).

Elle fait partie du Pays de Châteaubriant.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune, où le breton n'est plus parlé depuis le IXe siècle est nommée Kerrigon en breton par l'office de la langue bretonne, mais localement c'est la forme Gourguenez qui prévaut[1].

Gourguenez est le nom celtique de la commune et elle est d’ailleurs la seule commune à avoir choisi d'afficher ce nom celte (qui est beaucoup plus ancien que les autres langues qui ont été parlées ou sont parlées aujourd'hui comme le breton le gallo ou même le français) en panneaux bilingues d'entrée d'agglomération en Loire Atlantique et en Bretagne en général.

La Grigonnais possède aussi un nom en gallo, la langue d'oïl locale : La Gergonàe (écriture ELG, prononcé [la.gəʁ.gɔ.nə ])[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

La Grigonnais faisait partie d'un village primitif datant de l’époque gallo romaine appelé « Martiac », qui regroupait les actuelles communes de La Grigonnais, Vay et Marsac-sur-Don. La paroisse de Vay qui y fut créée se trouvait dans le royaume de Bretagne puis dans le duché de Bretagne jusqu’à la perte de l'indépendance bretonne et de l'union du duché au royaume de France le 13 août 1532. La Grigonnais est une commune jeune car elle a obtenu son autonomie le 1er janvier 1959 alors qu'elle était rattachée à la commune de Vay, et possède actuellement un tiers du terrain de l'ancienne commune de Vay.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 François Favry[Note 1]    
mars 2014 en cours Monique Jamin Divers gauche  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Les éléments démographiques concernant La Grignonais se limitent à la période couvrant son existence officielle depuis 1958.

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

La commune est créée en 1958 par démembrement partiel de Vay.

En 2011, la commune comptait 1 566 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1962. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
786 780 806 931 1 016 1 101 1 275 1 347 1 507
2011 - - - - - - - -
1 566 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4]. , pour le recensement 2004, base Cassini de l'EHESS)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (12,3 %) est en effet inférieur au taux national (22,7 %) et au taux départemental (20,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,4 % contre 48,7 % au niveau national et 48,5 % au niveau départemental).

Pyramide des âges à La Grigonnais en 2009 en pourcentage[5]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,5 
4,0 
75 à 89 ans
4,0 
7,8 
60 à 74 ans
8,3 
19,2 
45 à 59 ans
18,7 
26,0 
30 à 44 ans
26,3 
17,5 
15 à 29 ans
15,4 
25,6 
0 à 14 ans
26,7 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2009 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,0 
5,6 
75 à 89 ans
9,1 
12,1 
60 à 74 ans
13,4 
20,1 
45 à 59 ans
19,7 
21,3 
30 à 44 ans
20,1 
20,1 
15 à 29 ans
18,5 
20,5 
0 à 14 ans
18,3 

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 2008.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Voir l’article consacré au breton de la Loire-Atlantique.
  2. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le 18 mars 2013)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  5. « Résultats du recensement de la population - La Grigonnais - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté en 10 décembre 2012).
  6. « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté en 10 décembre 2012).