Kavala

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kavala
(el) Καβάλα, Néapolis
La vieille ville de Kavala.
La vieille ville de Kavala.
Administration
Pays Drapeau de la Grèce Grèce
Périphérie Macédoine-Orientale-et-Thrace
District régional Kavala
Démographie
Population 63 774 hab. (2001[1])
Géographie
Coordonnées 40° 56′ 14″ N 24° 24′ 21″ E / 40.937264, 24.40569940° 56′ 14″ Nord 24° 24′ 21″ Est / 40.937264, 24.405699  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grèce

Voir la carte administrative de Grèce
City locator 14.svg
Kavala

Géolocalisation sur la carte : Grèce

Voir la carte topographique de Grèce
City locator 14.svg
Kavala

Kavala (en grec moderne Καβάλα/Kavála), parfois aussi orthographiée Kavalla, ville de Grèce, ancienne Néapolis (en grec ancien Νεάπολις, la « Ville neuve »), Christoúpolis (en grec ancien Χριστούπολις, la « Ville du Christ »), chef-lieu de nome.

Histoire de la ville[modifier | modifier le code]

Néapolis, colonie thasienne[modifier | modifier le code]

L'histoire de la ville commence comme une fondation portuaire de colons thasiens et pariens au milieu du VIIe siècle av. J.-C. : la colonie est un avant-poste contre les incursions thraces, et une étape vers la région du Pangée et la colonie de Daton/Krènidès.

Sa position fait de la ville et de son port un point de passage important sur la côte thrace : l'armée perse y fait escale lors de son invasion de la Grèce. La cité perd son indépendance après la conquête de la Thrace par Philippe de Macédoine en 346 av. J.-C. : elle devient le port de la cité de Philippes.

En 42 av. J.-C., elle sert de base arrière aux Républicains Marcus Junius Brutus et Cassius lors de la bataille de Philippes.

Christoupolis[modifier | modifier le code]

La ville change de nom, et apparaît sous celui de Christoupolis (Christople pour les Francs) au début du VIIIe siècle. Elle est un poste clef sur la route entre Thessalonique et Constantinople. En 926, le stratège du thème du Strymon, Basile Kladôn, reconstruit les remparts de la ville (voir aussi définition du mot thème). En 1097, les armées de la première croisade y font escale.

En 1193, la ville est rénovée par les Lombards, tandis qu'en 1208 elle est occupée par les Francs.

La ville joue un rôle important au XIVe siècle lorsque les Serbes et les Ottomans envahissent la Macédoine orientale, au moment où l'État byzantin connaît une crise intérieure importante. En 1299, la route Stroumitsa-Serrès-Christoupolis faisant la liaison entre Constantinople et Thessalonique est directement menacée par l'avancée des troupes du roi des Serbes, Stefan Uroš II Milutin (1282-1328). En situation de faiblesse, l'empereur byzantin Andronic II Paléologue négocie une alliance matrimoniale : il accorde la main de la princesse Simonida, âgée de 5 ans, au roi des Serbes, qui a alors 40 ans ! Cette union qui fait beaucoup réagir les milieux ecclésiastiques à Constantinople a l'avantage de déguiser le recul militaire byzantin dans la région de Christoupolis : Simonide reçoit en dot la Macédoine byzantine... que les Serbes avait déjà conquis dans les faits. Cette manœuvre diplomatique permet aux Byzantins de maintenir une paix relative jusque dans les années 1340 dans cette partie de l'empire byzantin[2]. En 1346, les Byzantins parviennent néanmoins à en reprendre le contrôle.

En 1387, Christoupolis est définitivement conquise par les Ottomans. En 1425, la forteresse de l'acropole est détruite par les Vénitiens et la ville quasi abandonnée.

Kavála[modifier | modifier le code]

Kavala

La ville change de nouveau de nom à la fin du XVe siècle pour prendre celui de Kavala (Cavalle dans les sources françaises), et reçoit ses premiers habitants en 1526. Le nom rappellerait, d'après le voyageur Léon Heuzey, l'importante fonction de relais de chevaux de poste qu'avait la ville. Une nouvelle enceinte est construite en 1530, et un aqueduc (Καμάρες / Kamáres) imposant est construit sur l'emplacement des anciennes fortifications.

Le rôle commercial du port grandit rapidement au XVIIIe siècle : elle sert d'entrepôt pour les marchands de Smyrne, d'Égypte et de Thasos. Ville natale du vice-roi d'Égypte Mehemet Ali, à qui le sultan a concédé en outre à titre personnel l'île voisine de Thasos, Kavala bénéficie de cet illustre patronage.

La ville est prise par les Bulgares en 1912 lors de la Première Guerre balkanique, sans résistance de la part des Turcs. Pendant la Deuxième Guerre balkanique, le 26 juin 1913, une flotte grecque conduite par le croiseur cuirassé Geôrgios Averoff s'empare de la ville.

En 1922, après la « Grande catastrophe » micrasiatique, près de 25 000 réfugiés grecs s'installent à Kavala.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (el) (en) « Résultats du recensement de la population en 2001 », 793 ko [PDF]
  2. Angeliki Laiou & Cécile Morrisson - Le Monde byzantin: Tome III L'empire grec et ses voisins XIIIe-XVèsiècle - PUF, Collection Nouvelle Clio,(Paris), 2011, page 20

Jumelages[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :