Stroumitsa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Stroumitsa (homonymie).
Stroumitsa
Струмица
La place Gotsé Deltchev
La place Gotsé Deltchev
Administration
Pays Drapeau de la Macédoine Macédoine
Région Sud-Est
Municipalité Stroumitsa
Maire Zoran Zaev
Code postal 2400
Démographie
Population 45 087 hab. (2002)
Densité 140 hab./km2
Géographie
Coordonnées 41° 26′ 13″ N 22° 38′ 13″ E / 41.43708, 22.63698241° 26′ 13″ Nord 22° 38′ 13″ Est / 41.43708, 22.636982  
Altitude 203 m
Superficie 32 189 ha = 321,89 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Europe

Voir sur la carte administrative d'Europe
City locator 14.svg
Stroumitsa

Géolocalisation sur la carte : Macédoine

Voir la carte administrative de Macédoine
City locator 14.svg
Stroumitsa

Géolocalisation sur la carte : Macédoine

Voir la carte topographique de Macédoine
City locator 14.svg
Stroumitsa
Liens
Site web www.strumica.gov.mk

Stroumitsa ou Strumica (en macédonien : Струмица) est une municipalité et une ville du sud-est de la République de Macédoine. La municipalité comptait 45 087 habitants en 2002 et s'étend sur 321,89 km2. La ville en elle-même compte 35 311 habitants, le reste de la population étant réparti dans les villages alentour. La ville tire son nom de la rivière Stroumitsa qui la traverse. C'est le principal centre économique du sud-est du pays.

Stroumitsa est entourée par les municipalités macédoniennes de Vasilevo, Bosilovo, Novo Selo, Valandovo et Kontché ainsi que par la Grèce.

Géographie[modifier | modifier le code]

La chaîne de l'Ograjden vue depuis le sommet de la Belassitsa

La municipalité de Stroumitsa s'étend sur des espaces très différents, comme la vaste vallée de la Stroumitsa, entourée par les massifs montagneux de la Belassitsa, de l'Ograjden et de l'Elenitsa. La Belassitsa culmine à 2 031 mètres d'altitude, l'Ograjden, à 1 746 mètres, et l'Elenitsa à 970 mètres. Ces massifs sont couverts de forêts de feuillus et de conifères[1]. La municipalité possède un important potentiel géothermique, encore peu exploité. La source de Bansko fournit par exemple 53 litres par seconde d'eau à 72 degrés. Cette eau est principalement utilisée pour le thermalisme et le chauffage de serres[2].

La municipalité jouit d'un climat méditerranéen avec des étés longs et chauds et peu de précipitations. Les longues périodes de sécheresse sont toutefois rares. Avec 230 jours de soleil par an, la municipalité possède un temps généralement lumineux[1].

En plus de la ville de Stroumitsa, la municipalité comprend les villages de Banitsa, Bansko, Belotino, Velyousa, Vodotcha, Gabrovo, Gradsko Baldovtsi, Dabilyé, Dobreytsi, Dorlombos, Zlechevo, Kostourino, Kouklich, Memechli, Mourtino, Ormanli, Poptchevo, Prosenikovo, Rabortsi, Ritch, Satchevo, Svidovitsa, Tri Vodi et Tchepeli.

Histoire[modifier | modifier le code]

La tombe antique, vestige de Tiberiopolis

Le site de Stroumitsa est occupé à partir du Néolithique, on a par exemple retrouvé des vestiges datant du VIe millénaire av. J.-C.[3] et des installations humaines sont mentionnées pour la première fois au Ve siècle. La région est alors peuplée de Thraces. La ville en elle-même est mentionnée en 181 av. J.-C. par Tite-Live, sous le nom d'« Astraion[4] ». Les Romains la rebaptisent « Tiberiopolis[5] ». Sous le règne de Julien (361-363), quinze chrétiens de la ville sont exécutés. La ville fait ensuite partie de l'Empire byzantin, et ce sont les Slaves, arrivés vers 630, qui lui donnent son nom actuel : « Stroumitsa » signifie la "petite Strouma" et « Strouma » est le nom slave du Strymon. Ils construisent notamment une forteresse, dont subsistent les Tours de l'Empereur (Tsarevi Kouli )[4].

Le mouvement de nombreuses tribus slaves dans la région au VIe siècle et VIIe siècle nuit à la prospérité de la ville qui périclite. La tribu slave installée dans la région prend le nom de Stroumianis : "ceux du Strymon". Ils forment une "Sklavinie " (duché slave fédéré de l'Empire byzantin) qui passe après quelques décennies sous le contrôle des Bulgares, lesquels contrôlent la région jusqu'à la défaite du Tsar Samuel Ier face au Basileus byzantin Basile II en 1014[3].

Stroumitsa au XIXe siècle

Après 1395, la ville devient ottomane. Elle s'appelle alors « Ustrumce » en turc et devient une véritable cité ottomane où s'installent des marchands de bétail turcs. Selon un recensement de 1519, il y a à Stroumitsa 2 780 habitants, dont 1 450 Chrétiens et 1 330 Musulmans. Ces derniers sont 2 200 contre 1 230 Chrétiens en 1570. Après le Congrès de Berlin, la ville accueille un grand nombre de Turcs réfugiés d'anciennes possessions ottomanes des Balkans, comme la Serbie ou la Bulgarie[3].

Lors de la Première Guerre balkanique, en 1912, les Serbes, les Bulgares et les Grecs alliés expulsent définitivement les Turcs des Balkans et se partagent la Macédoine. La région de Stroumitsa revient à la Bulgarie. Cette dernière, non satisfaite du partage, lance la Deuxième Guerre balkanique en 1913. L'armée grecque stationne à Stroumitsa et incendie la ville, qui demeure possession bulgare à l'issue de la guerre mais, en 1919, elle devient serbe, car la Serbie fait partie des vainqueurs de la Première Guerre mondiale et la Bulgarie des vaincus[3].

Stroumitsa est à nouveau envahie en 1941, cette fois-ci par les Nazis qui la placent rapidement sous contrôle bulgare fasciste. Les résistants communistes, les « Partisans », libèrent la ville le 5 novembre 1944. Elle fait successivement partie de la Yougoslavie communiste puis de la jeune République de Macédoine, indépendante en 1991[3].

Démographie[modifier | modifier le code]

Lors du recensement de 2002, la municipalité comptait[6] :

Administration[modifier | modifier le code]

Le siège de la municipalité

La municipalité est administrée par un conseil élu au suffrage universel tous les quatre ans. Ce conseil adopte les plans d'urbanisme, accorde les permis de construire, il planifie le développement économique local, protège l'environnement, prend des initiatives culturelles et supervise l'enseignement primaire. Le conseil compte 22 membres[7]. Le pouvoir exécutif est détenu par le maire, lui aussi élu au suffrage universel. Depuis 2005, le maire de Stroumitsa est Zoran Zaev, né en 1974[8].

Suite aux élections locales de 2009, le Conseil de Stroumitsa était composé de la manière suivante[7] :

Parti Sièges
Union sociale-démocrate de Macédoine (SDSM) 12
Parti démocratique pour l'Unité nationale macédonienne (VMRO-DPMNE) 9
VMRO (Parti national) 1

Économie[modifier | modifier le code]

En 2002, le PIB par habitant de Stroumitsa s'élevait à 6 883,31 dollars, 28,73 % de la population vivait sous le seuil de pauvreté et 40,42 % de la population active était au chômage. Ces chiffres sont moins bons que les moyennes nationales macédoniennes et très loin des chiffres de Skopje, la capitale du pays. Les principales activités de la ville sont, par ordre d'importance, le commerce de biens de consommation, la manufacture de ces mêmes biens, l'agriculture, les transports et les activités liées à l'administration, la culture et l'enseignement[9].

Culture[modifier | modifier le code]

L'ancien bureau de poste ottoman

La principale institution culturelle de Stroumitsa est le musée régional, fondé en 1952 et qui expose notamment les résultats de fouilles archéologiques effectuées dans les environs et des icônes anciennes. La ville possède aussi sa bibliothèque, riche de 140 000 ouvrages, son centre culturel, qui réunit notamment une galerie d'art et un théâtre et possède plusieurs salles de spectacle. Ce centre culturel propose surtout des performances folkloriques, des concerts et des pièces de théâtre[10].

La ville en elle-même conserve quelques rares maisons de l'époque ottomane, surtout le long de la rue du Maréchal Tito, ainsi que quelques bâtiments du début du XXe siècle, comme le siège de la municipalité. On peut y voir également les vestiges d'un palais antique, notamment des mosaïques, une tour féodale, une mosquée et la vieille poste ottomane[11],[12].

La municipalité possède aussi deux églises orthodoxes remarquables, l'une date du XVIe siècle, elle est dédiée à Saint-Élie, et une autre, en ruines, date du XIIIe siècle et du XIVe siècle et fut consacrée aux Quarante martyrs de Sébaste. Stroumitsa compte aussi trois monastères. Celui de Velyousa, situé en haut d'une montagne, possède de très riches fresques médiévales, celui de Saint-Léontin garde lui aussi des fresques médiévales ainsi que des vestiges paléochrétiens, et le dernier, d'origine médiévale, est consacré aux Quinze Martyrs de Tiberiopolis[13].

Dans les environs se trouvent aussi les ruines d'une station thermale romaine, une tombe antique massive dont on ne connait presque rien, et les Tours de l'Empereur, ruines massives d'une forteresse médiévale[14].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (mk) Site de la municipalité - Caractéristiques naturelles
  2. (mk) Site officiel de la municipalité - Ressources naturelles
  3. a, b, c, d et e (mk) Site de la municipalité - Histoire
  4. a et b (en) Travel2Macedonia - Histoire de Stroumitsa
  5. (en) [http://www.mpc.org.mk/english/mpc/Strumica/history.asp Site du diocèse de Stroumitsa - Brève histoire du diocèse
  6. (mk)(en) Recensement de 2002
  7. a et b (mk) Site de la municipalité - Conseil
  8. (mk) Site de la municipalité - Maire
  9. (mk) Site de la municipalité - Indicateurs économiques
  10. (mk) Site de la municipalité - Institutions culturelles
  11. (mk) Site de la municipalité - Architecture ancienne
  12. (mk) Site de la municipalité - Monuments historiques
  13. (mk) Site de la municipalité - Monuments religieux
  14. (mk) Site de la municipalité - Les Tours de l'Empereur