Jean-Pierre Cluysenaar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cluysenaar.

Jean-Pierre Cluysenaar né le à Kampen, aux Pays-Bas, et mort le à Bruxelles (Belgique), est un architecte belge figure de proue de l’éclectisme.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Issu d’une famille de bâtisseurs et d'ingénieurs du Tyrol, Jean-Pierre Cluysenaar a suivi les cours de l’Académie royale des beaux-arts de Bruxelles dans la classe de Tilman-François Suys qui lui donne le goût de la Renaissance italienne. Son fils Alfred Cluysenaar est un peintre réputé. Sa fille épouse l'architecte Gustave Saintenoy et est donc la mère de Paul Saintenoy.

Démarche architecturale[modifier | modifier le code]

Figure de proue de l’éclectisme, Jean-Pierre Cluysenaar s’est inspiré de tous les styles architecturaux. Sans en faire un jeu formel, il choisit toujours le style le mieux adapté au programme qui lui est imposé. Sa production ne couvre pas moins de 200 projets qui balayent tous les domaines, de la cité ouvrière aux grands palais en passant par les aménagements urbains dont très peu seront toutefois réalisés. Il n’hésite pas à recourir aux techniques industrielles qu’offre l’industrie métallurgique en créant de vastes surfaces vitrées soutenues par des charpentes de fer.

Réalisations[modifier | modifier le code]

Châteaux et hôtels particuliers[modifier | modifier le code]

  • Hôtel du baron Brugmann, rue d’Arenberg, Bruxelles (1844)
  • Hôtel Nagelmackers, Liège (1846)
  • Château du procureur-général Charles-Victor de Bavay, Forest (1851) (démoli)
  • Château Rey, actuelle maison communale, Drogenbos (1852-1853)
  • Château du comte Ferdinand de Meeûs ou Château d'Argenteuil, Waterloo (1856-1858) (aujourd'hui Scandinavian School)
  • Hôtels de Meeûs[1] square Frère-Orban, Bruxelles (1861)
  • Château, écuries et remises du baron de Viron, actuelle maison communale, Dilbeek (1862)
  • Château de Vieux-Sart, Corroy-le-Grand (1864)
  • Chateau Allard a Uccle (démoli)

Architecture publique[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le premier des deux hôtels de maître entourant l'église Saint-Joseph a été construit par Ferdinand de Meeûs pour la Société Civile qu'il dirigeait (celui qui touche à la rue de l'Industrie), et l'autre fut construit après la mort de celui-ci par sa veuve juste après sa mort (celui qui donne sur la rue de la Science)
  2. L’Indépendance Belge, 9 avril 1855, éd. 1, p. 3 : « La première chambre du tribunal de première instance de Bruxelles vient d’être saisie du procès civil en responsabilité que la ville de Bruxelles intente à l’architecte Cluysenaer et à l’entrepreneur Taziaux, par suite de l’écroulement du Marché du Parc (anciens bas-fonds). Le sieur Libert, qui avait passé un contrat avec Taziaux pour la fourniture du fer, est appelé en garantie dans ce procès. Les avocats plaidants sont : Me Duvigneaud pour la ville de Bruxelles : Me Van Dievoet et Me Orts fils, pour l’entrepreneur et l’architecte ; Me Wins pour M. Libert ».
  3. Laure Eggericx, Les boulevards du centre, Collection Bruxelles, ville d'art et d'histoire, Région de Bruxelles-Capitale, 1997, p.37

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :