Jean-Paul Gourévitch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gourevitch.
Jean-Paul Gourévitch (Festival international de géographie, 2011)

Jean-Paul Gourévitch est un écrivain, essayiste, formateur et consultant international français, né en 1941 principalement connu pour ses études sur les migrations et la littérature de jeunesse

Parcours[modifier | modifier le code]

Docteur en sciences de l'information et de la communication[1], il a enseigné l'image politique à l'Université de Paris XII[2] et contribué à l'élaboration de l'histoire de la littérature de la jeunesse et de ses illustrateurs[3] par ses ouvrages et ses expositions. Expert international en ressources humaines et spécialiste de l'Afrique et des migrations[2], il a publié plusieurs ouvrages consacrés à l'Afrique et aux aspects sociaux et économiques de l'immigration en France. Il a écrit une quarantaine d'ouvrages de nature très différente : essais, anthologies, biographies, romans pour adultes ou pour la jeunesse[4]. En 2010, il fut responsable pédagogique d'un atelier « Mémoire des indépendances africaines » (l'année 1960 vue à travers les manuels scolaires français et africains) dans le cadre du Cinquantenaire des Indépendances Africaines[5]; et participa aux « Assises sur l’islamisation de l’Europe » organisées par Riposte laïque et le Bloc identitaire[6].En 2011 il est intervenu pour la section de Metz et de Besancon de la LICRA[7],[8], pour la Pastorale des Migrants de Besançon[9], et pour Contribuables associés.

Débats concernant l'immigration et son coût[modifier | modifier le code]

Jean-Paul Gourévitch évalue la population d’origine étrangère vivant en France en 2009 à 7,7 millions de personnes (dont 3,4 millions de Maghrébins et 2,4 millions d’originaires de l’Afrique subsaharienne), soit 12,2 % de la population métropolitaine actuelle[10]. Ce chiffre comprend les immigrés (nés à l'étranger) de plus de 18 ans (5,4 millions) et uniquement les enfants d'immigrés (nés en France ou à l’étranger) de moins de 18 ans (2,3 millions). Les enfants d'immigrés d'origine maghrébine de moins de 18 ans (1,2 millions ) représentent 8,5 % de la totalité des jeunes de moins de 18 ans en métropole et ceux d'origine subsaharienne (0,8 million) 5,6 %. Au total 14,1 %, ou près d'un jeune de moins de 18 ans sur sept en métropole est d'origine africaine[11].

Dans un audit intitulé « Le coût de la politique migratoire de la France » (2010), il chiffre le coût de l'immigration à 30,4 milliards d’euros annuellement « à la charge des contribuables », après estimation des recettes et des dépenses pour l’État, les collectivités locales et la sécurité sociale (les administrations publiques). Le coût de l'immigration clandestine représenterait à lui seul près de 4,6 milliards d’euros annuel[12]. En 2012, une nouvelle édition évalue cette fois à 17,5 milliards (dont 8,76 pour la balance dépenses/recettes et 8,652 pour la balance investissements/rentabilité} le coût de l'immigration.

Cette approche a été remise en question par une étude[13] remise au Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé en juillet 2010. Conduite par Xavier Chojnicki[14],[15], elle propose un bilan comptable différent. Selon cette étude, l'immigration rapporterait chaque année 12 milliards d'euros à l'État français (48 milliards de dépenses pour 60 milliard de recettes)[16].

Jean-Paul Gourévitch fait observer que l'étude Chojnicki ne porte pas sur le coût de l'immigration en France mais seulement sur celui de la protection sociale comme l'indique son nom, Migrations et protection sociale : étude sur les liens et les impacts de court et long terme, qu'elle passe donc sous silence les coûts de l'immigration clandestine, ceux de l'économie informelle, les coûts de structure, les coûts sécuritaires et même les bénéfices apportés à l'économie par le travail des immigrés. D'autre part, elle se fonde sur des chiffres de 2005 alors que sa monographie utilise les données de 2009[10]. En 2012, Xavier Chojnicki et Lionel Ragot ont publié un essai intitulé On entend dire que... l'immigration coûte cher à la France. Qu'en pensent les économistes ?[17] qui réduit le bénéfice de l'immigration à 3,89 milliards d'euros et qui a été saluée par le journal L'Express du 14 novembre 2012 qui s'en est inspiré pour son dossier sur « le vrai coût de l'immigration. En réponse Jean-Paul Gourévitch a relevé sur le site « Contribuables Associés » les omissions et les erreurs du dossier et noté que la méthode Chojnicki qui procède pour les « dépenses et recettes non attribuables » à une simple péréquation entre les immigrés et les natifs sur l'ensemble des dépenses et recettes de l'État, continue à passer sous silence les coûts de l'immigration irrégulière, minimise la part des dépenses imputables à l'immigration dans le domaine des coûts sécuritaires et des coûts sociétaux, et ajoute aux recettes un bloc de 11,714 milliards qui ne seraient ni fiscales, ni sociales, ni des taxes sur la consommation et dont il n'existe aucune justification dans l'étude.

Dans sa dernière étude parue en 2012, il propose les chiffres suivants :

Recettes Dépenses Différence Dépenses-Recettes
83,37 Milliards 88,921 Milliards 5,551 Milliards

En septembre 2011 Gérard Pince[18] a publié une étude sur les coûts [Pour qui ?] imputables aux immigrés des pays tiers (non européens) dont le déficit annuel se monterait à 71 milliards d'euros[19].

Islam en France[modifier | modifier le code]

Jean-Paul Gourévitch, qui se déclare « ni islamophile ni islamophobe », considère, dans son ouvrage La croisade islamiste paru en 2011, que le chiffre de l'INED-INSEE concernant le nombre de musulmans en France déterminé à partir de l'enquête Trajectoires et Origines (TeO) de 2008 « souffre de faiblesses méthodologiques » car l'enquête ne « porte que sur un panel de 21 000 personnes agées de 18 à 50 ans, laisse de côté les plus jeunes et les plus vieux ainsi que les personnes non recensés soit plus de la moitié de la population concernée. » De plus l'enquête « est déclarative et ne décompte comme musulmans que ceux qui l'affirment. » et surtout elle se veut « démonstratice d'une thèse » et n'est donc pas objective. Dans cet ouvrage, Jean-Paul Gourévitch estime le nombre de musulmans en France à l'aide de trois méthodes (méthode d'évolution des flux, méthode des origines et méthode du solde migratoire + différentiel de fécondité) qui aboutissent à des chiffres relativement proches. Selon lui « on peut dire que le chiffre de 8 millions de musulmans dans toute la France dont 7,7 en France métropolitaine à la fin 2011 représente une estimation fiable ». Parmi ces 8 millions, il estime à environ 3,6 millions, le nombre de musulmans actifs dont 72 000 à 160 000 musulmans radicaux[20].

Dans ce même livre, Jean-Paul Gourévitch définit les « grands axes de la stratégie islamophobe » qui, selon lui, « s'apparente largement par ses procédés à la stratégie des islamistes » :

  • « La certitude de mener le bon combat pour l'avenir de la République et du monde tout entier »;
  • « Le refus du compromis. Il n'y a pas d'islamistes modérés. Ceux qui se prétendent tels font le jeu des radicaux. Islam et islamisme sont semblables et tous deux à combattre »;
  • « La diabolisation de l'adversaire à qui on ne prête qu'un seul dessein, la domination du monde, et dont on grossit l'influence en amalgamant au noyau dur la constellation de ses satellites et la nébuleuse de ses réseaux »;
  • « La dénonciation systématique des complaisances que les politiques et les administrations auraient à l'égard des islamistes »;
  • « La dénonciation systématique de l'entrisme de l'islamisme dans les organisations musulmanes ».
  • « La dénonciation systématique des complaisances des medias vis-à-vis de l'islamisme, quand ils passent sous silence des faits avérés, les maquillent, ou montent en épingle des anecdotes lourdes de symboles ».

Principaux ouvrages[modifier | modifier le code]

  • La poésie en France, les éditions ouvrières, 1966
  • Les enfants et la poésie, l'Ecole, 1969
  • Villiers de l'Isle-Adam, Seghers, 1971
  • Défi à l'éducation, Casterman, 1973
  • Clefs pour l'audiovisuel, Seghers, 1974
  • L'image du Président, Tema, 1975
  • Comprendre la Publicité, L'Ecole, 1975
  • L'imagerie politique, Flammarion, 1980
  • La propagande dans tous ses états, Flammarion, 1981
  • La politique et ses images, Edilig, 1986
  • Comment devenir Président de la République en 90 minutes, Plon 1992 (en coll. avec Michel-Antoine Burnier et Léon Mercadet)
  • Images d'enfance: 4 siècles d'illustration du livre pour enfants, Alternatives, 1994
  • l'Afrique, le fric, la France, Le pré aux clercs, 1997, réed 2001
  • Immigration la fracture légale, Le pré aux clercs, 1998
  • L'image en politique, Hachette littératures, 1998
  • La littérature de jeunesse dans tous ses écrits 1520-1970, Argos-CRDP Créteil 1998 rééed 2001
  • La démagogie racontée à ma petite fille, Le Capucin, 1999
  • La France africaine, Le pré aux clercs, 2000 3e édition
  • L'Economie informelle, Le pré aux clercs, 2002
  • Ne disons pas au jour les secrets de la nuit, roman Presses de la Renaissance, 2003 (avec Dominique Marny) adaptée et jouée au théâtre de Nesle en mai et juin 2008
  • La France en Afrique, Le pré aux Clercs, 2004
  • Mémoires d'enfances, Le pré aux Clercs, 2004 (avec Jacques Gimard)
  • Hetzel: le bon génie des livres, Le Serpent à Plumes, 2005
  • Plaisirs d'amour, Le Pré aux Clercs, 2006 (avec Dominique Marny)
  • Les migrations en Europe, Acropole, 2007
  • La France en Afrique, Acropole, 2008
  • Profession démago, éditions du Palio, 2008
  • Maux Croisés, roman policier interactif Archipoche, 2008
  • Coût réel de l’immigration en France, éd. Contribuables associés, 2008
  • Les Africains de France, Acropole, 2009
  • le coût de l'expatriation, éd. Contribuables associés, 2009
  • L'immigration, ça coûte ou ça rapporte, Larousse, 2009
  • Le rêve méditerranéen d'Ulysse à Nicolas Sarkozy, éditions de l'Œuvre, 2009 prix Gaxotte de l'essai historique 2009, finaliste du prix Méditerranée 2010
  • Le coût de la politique migratoire de la France[7], éd. Contribuables associés, 2010
  • (dir.) actes de l'atelier « Mémoire des indépendances africaines »[21].
  • Combien nous coûte l'immigration irrégulière, éd. Contribuables associés, 2011
  • La croisade islamiste, 2011, ISBN 978-2355931772 sous-titrée "pour en finir avec les idées reçues".
  • L'immigration en France: dépenses, recettes investissements, rentabilité, ed. Contribuables associés, 2012
  • Récompenses et Punitions, éd. De Borée, 2012
  • Villa Maldoror, éd. De Borée, 2013
  • Abcdaire illustré de la Littérature Jeunesse, Le Puy-en-Velay, L'atelier du poisson soluble, 2013.
  • Ne disons pas au jour les secrets de la nuit (avec Dominique Marny) ed poche De Borée 2013
  • L'expatriation des Français: motivations, préférences, coût pour l'Etat, ed Contribuables Associés, 2013
  • Les Migrations pour les Nuls, éditions First, 2014.

Pour les enfants[modifier | modifier le code]

  • Le labyrinthe des records, Retz, 1987
  • Le labyrinthe de la Révolution française, Retz, 1988
  • Le labyrinthe du Dieu Hermès (en coll avec Brigitte Decroix), Retz, 1989
  • Le labyrinthe de l'Europe (en coll avec Martine Faure), Retz, 1990
  • Le labyrinthe des Romains (en coll avec Brigitte Decroix), Retz
  • Le rallye des Hautes-Alpes; Nathan Conseil général des Hautes-Alpes, 1993
  • Les tribulations d'Evariste, Hachette Poche Jeunesse, 1997
  • Le gang du métro, Hachette Poche Jeunesse, 2000
  • Ulysse.com, Belin, 2005 et 2008 (3e édition)
  • La vengeance des Barbares, Bayard Poche, 2005
  • Le trésor des Barbares, Bayard Poche, 2007
  • Pompéi.com, Belin, 2008
  • Pharaons.com Belin, 2010

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Représentation comparée de l'enfant dans l'imagerie politique et dans l'imagerie publicitaire, thèse de 3e cycle en sciences de l'information et de la communication, soutenue à l'Université Paris 4 en 1981 [1] [2]
  2. a et b Denis-Constant Martin (dir.), Sur la piste des OPNI (Objets politiques non identifiés), Éd. Karthala, 2002, p. 8 (ISBN 2-84586-288-1)
  3. Jean-Paul Gourevitch, Images d’enfance : Quatre siècles d’illustration du livre pour enfants, 1994, 144 p. (ISBN 2867389879) ; Jean-Paul Gourevitch (dir.), La littérature de jeunesse dans tous ses écrits : anthologie de textes de référence : 1529-1970, CRDP Créteil, 1998 (rééd. 2001), 352 p. (ISBN 2-86918-090-X)
  4. Références des ouvrages dans le catalogue SUDOC
  5. http://www.africultures.com/php/?nav=article&no=10105
  6. Les anti-islam sans voile, Libération, 20 décembre 2010
  7. http://www.mairie-metz.fr:8080/metz2/sortir/trouver/fiche.php?no=7035
  8. http://www.licra.org/licra/sites/default/uploads/carton2011-Besancon.pdf
  9. [3], [4], [5], [6], Immigration à Besançon, sources suffisantes ?
  10. a et b Coût de l’immigration : Jean-Paul Gourévitch répond à Marie Bellan, des « Échos », Le Cri du contribuable, 6 mai 2011
  11. Selon l'Insee qui inclut tous les descendants d'immigrés de la seconde génération (tous âges confondues), la population d'origine étrangère (immigrés et seconde génération) est plus importante, puisqu'elle est évaluée en 2008 à 11,5 millions de personnes soit 19 % de la population (dont un peu plus de 5 millions d'origine européenne et environ 4 millions d'origine maghrébine), Être né en France d’un parent immigré, Insee Première, n°1287, mars 2010, Catherine Borrel et Bertrand Lhommeau, Insee
  12. Immigration : ce que coûtent vraiment les clandestins, Arnaud Folch, Valeurs actuelles, 30 juin 2011
  13. X. Chojnicki, C. Defoort, C. Drapier, L. Ragot et H. Rapoport, Migrations et protection sociale : étude sur les liens et les impacts de court et long terme, 2010
  14. Liste des publications de Xavier Chojnicki
  15. Xavier Chojnicki, Immigration : combien ça coûte ?, Telos, 14 décembre 2010
  16. Chawki Amari Les 5 plus gros mensonges sur l'Afrique in, SlateAfrique.com, 30 juin 2011
  17. Les Echos Editions / Editions Eyrolles, 128 pages, 2012
  18. Gérard Pince, Le coût de l'mmigration originaire du tiers monde Actualisation 2009, Free World Academy
  19. voir aussi Yves-Marie Laulan, Des statistiques torturées, 24/11/2011
  20. La croisade islamiste, 2011, ISBN 978-2355931772 sous-titrée "pour en finir avec les idées reçues". pp. 131-136
  21. Ces actes sont en ligne dans le site Africultures

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]