Jean-Christophe Parisot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parisot.

Jean-Christophe Parisot, né le 20 juin 1967 à Douala (Cameroun), est un homme politique et haut-fonctionnaire français. Myopathe, il est, depuis 2012, le premier préfet handicapé de France[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le petit-fils de Jean Parisot, héros de la résistance d'Épinal, mort en déportation.

Atteint d’une maladie génétique évolutive, la myopathie, il est l'initiateur de mouvements citoyens favorables à la participation des personnes en situation de handicap à la vie démocratique française. Étudiant à l'Institut d'études politiques de Paris, il fonde la Ligue nationale des étudiants handicapés en 1989, rédige le premier livre blanc en faveur des étudiants handicapés et devient porte-parole des étudiants handicapés au ministère de l'Éducation nationale auprès de François Bayrou, ministre de l'époque.

Après avoir rédigé le Manifeste des citoyens handicapés, avec pour parrain Hubert Reeves, Jean-Christophe Parisot lance, en 1992, le Trophée de l'intégration avec l'aide de Nicolas Hulot et l’Observatoire des politiques locales du handicap. En 1995, il devient docteur en sciences politiques et rédige, en 1997, un rapport sur le financement local de la demande sociale.

Fondateur et président du Collectif des démocrates handicapés, créé le 9 décembre 2000 à l'Assemblée nationale pour « rendre à la démocratie les éternels oublié », il se déclare candidat aux élections présidentielles de 2002 et de 2007 mais n'obtient pas les parrainages nécessaires. En effet, en 2002, il reçoit seulement le soutien de 16 maires ; néanmoins, plus du double le soutienne en 2007, autour de son slogan, « Lioe handicap, une chance pour la France ». À ce moment-là, son programme de 250 propositions le propulsent dans les médias et ses propositions trouvent un certain écho chez Les Verts et au Nouveau Centre.

En février 2007, le ministre de l'Éducation nationale Gilles de Robien le nomme au poste de délégué ministériel à l'Emploi et à l'Intégration des personnes handicapées. La création de ce poste, rattaché auprès du directeur général des ressources humaines du ministère, lui permet de favoriser le recrutement de personnes handicapées au sein de l'Éducation nationale, principal employeur de France, et ainsi de faciliter leur intégration. Ce poste lui permet également de faire de nombreuses recommandations, auprès de Xavier Darcos et de Valérie Pécresse afin de faciliter l'accès à l'enseignement supérieur des personnes handicapées[2]. En même temps, il lance le dispositif Aide-Handicap-École.

Président du comité de soutien de Brigitte Fouré (centriste) de 2007 à 2014, il est fait Chevalier de l'Ordre national du Mérite par Valérie Létard, Secrétaire d'État aux Personnes Handicapées.

Aussi, après avoir été administrateur territorial en 1997 puis administrateur civil en 2007, il est nommé sous-préfet de Cahors et secrétaire général de la préfecture du Lot, le 2 septembre 2008[3], et devient ainsi le premier membre du corps préfectoral en situation de handicap. Le 28 octobre 2010, il est promu sous-préfet hors cadre puis est nommé le 15 février 2012 préfet en mission de service public sur le thème de l'exclusion. Par la même occasion, il devient le premier préfet handicapé de France.

Il travaille avec François Chérèque, inspecteur général des affaires sociales, dans la mise en oeuvre du plan de lutte contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale et avec Régis Guyot, délégué interministériel chargé de la lutte contre le racisme et l'antisémitisme.

À côté de son engagement politique, associatif et sociétal, Jean-Christophe Parisot a été ordonné plus jeune diacre permanent de l'Église catholique en France le 22 juin 2002. En pleine polémique sur le Téléthon, il lance l'opération « Cathospourletelethon » et reçoit alors le soutien de l'évêque d'Évry.

Également romancier, il a publié en 2009 Ce mystérieux Monsieur Chopin, aux éditions L'Harmattan, en 2010 Le Rêve nubien, chez Privat et en 2014 Louis XVII - dernières nouvelles du roi-Perdu, aux éditions Christian.

Le 14 juillet 2012, la ministre la Justice Christiane Taubira a signé un décret l'autorisant à relever son nom de famille du patronyme « de Bayard », en l'honneur de son ancêtre « le Chevalier Sans Peur et Sans Reproche ».

Le 1er janvier 2014, Manuel Valls le fait chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur.

Par décret du président de la République en date du 29 septembre 2014, Jean-Christophe Parisot, administrateur civil hors classe, est, sur sa demande, titularisé en qualité de préfet.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est marié et père de quatre enfants[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Thierry Hillériteau, « Jean-Christophe Parisot, chasseur de stéréotypes », Le Figaro, encart « Culture », mercredi 26 février 2014, page 37.
  2. « Le Handicap, une chance pour l'École », préfacé par le ministre Gilles de Robien.
  3. http://www.actualite-francaise.com/depeches/jean-christophe-parisot-prefet-myopathe,815.html

Annexe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]