Brigitte Fouré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Brigitte Fouré
Brigitte Fouré en 2003.
Brigitte Fouré en 2003.
Fonctions
Maire d’Amiens
En fonction depuis le
(&&&&&&&&&&&&&02020 jours)
Élection
Prédécesseur Gilles Demailly
Prédécesseur Gilles de Robien
Successeur Gilles de Robien
Conseillère générale de la Somme
représentant le canton Sud-est d'Amiens
En fonction depuis le
(&&&&&&&&&&&013963 ans, 9 mois et 26 jours)
Élection
Prédécesseur Daniel Leroy
Députée européenne
représentant la circonscription Nord-Ouest
Prédécesseur Jean-Louis Bourlanges
Biographie
Nom de naissance Brigitte Marie Madeleine Fouré
Date de naissance (58 ans)
Lieu de naissance Amiens (Somme)
Nationalité Drapeau de la France Française
Parti politique Nouveau Centre
Diplômée de Université Panthéon-Assas
Université de Picardie
Profession Maître de conférence en droit privé

Brigitte Fouré
Maire d'Amiens

Brigitte Fouré, née le à Amiens, est une femme politique française, membre du Nouveau Centre et de Société en mouvement. Elle est actuellement maire d'Amiens et conseillère générale de la Somme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et études[modifier | modifier le code]

Fille d'un ancien agriculteur devenu commercial[1], elle étudie le droit à Amiens où elle obtient le Certificat d'aptitude à la profession d'avocat en 1978. Titulaire d'un DEA de droit privé général (1978) et d'un DEA de théorie et pratique du droit pénal (1979) obtenus à l'Université Panthéon-Assas[2], elle devient assistante en droit privé à l'Université de Picardie à partir de 1979 avant d'y être nommé maître de conférence.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Durant ses études de droit, elle milite au sein de l'UNI[1]. Chrétienne, pro-européenne, elle adhère au CNIP à la fin des années 1970 jusqu'en 1993[1].

En 1986, elle est élue conseillère régionale de Picardie et exerce ce mandat jusqu'en 1992, puis sans discontinuer de 1993 à 2007.

Lors des élections municipales de 1989 à Amiens, elle est membre de la liste victorieuse conduite par le centriste Gilles de Robien et devient conseillère municipale. Elle exerce tour à tour les fonctions d'adjointe à l'enseignement et à la jeunesse, puis d'adjointe du secteur rive droite (quartiers Amiens-Nord, Vallée Saint-Ladre et Saint-Pierre).

En 1994, elle entre au Parti républicain, alors composante de l'UDF. En 1998, l'UDF devient un parti unitaire et elle décide d'y rester.

En 1998, elle forme avec Alain Gest et Roger Mézin le groupe surnommé « GMF » (référence aux trois premières lettres de leurs patronymes respectifs) au sein du conseil régional de Picardie afin de protester contre l'élection de Charles Baur, président du conseil régional réélu avec l'aide des voix du Front National[3].

Le , elle devient maire d'Amiens en remplacement de Gilles de Robien, alors nommé ministre dans le premier gouvernement Jean-Pierre Raffarin.

Aux élections régionales de 2004, elle est réélue sur la liste d'union de la droite conduite par Gilles de Robien et siège au sein du groupe d'opposition UMP-UDF « Aimer la Picardie ».

Aux élections européennes de 2004, elle figure en deuxième position sur la liste interrégionale Nord-Ouest emmenée par Jean-Louis Bourlanges.

Le , elle est élevée au rang de Chevalier de la Légion d'honneur par le Président de la République Jacques Chirac. Le , elle reçoit officiellement cette distinction dans les salons de l'hôtel de ville d'Amiens des mains de Gilles de Robien, alors Ministre de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.

Le , elle démissionne de sa fonction de maire d'Amiens pour laisser son mandat à Gilles de Robien[4]. Atteinte par le cumul des mandats, elle démissionne du Conseil régional de Picardie pour rester adjointe au maire d'Amiens et exerce les fonctions de 2e adjointe déléguée à la « Démocratie locale, la vie associative, la prévention et la sécurité ». Elle reste également conseillère de la Communauté d'agglomération Amiens Métropole jusqu'en 2008.

Le , elle succède à Jean-Louis Bourlanges, démissionnaire, en tant que députée au Parlement européen. Au sein de celui-ci, elle choisit d'intégrer le groupe parlementaire du Parti Populaire Européen et des Démocrates Européens (PPE-DE) où elle est la seule eurodéputée étiquetée Nouveau Centre. Elle siège au sein des commissions « Transports et Tourisme » et « Marché Intérieur et Protection des Consommateurs ». Elle est également membre de la délégation inter-parlementaire pour les relations avec les États du Golfe, y compris le Yémen. En 2009, dans le cadre d'un accord national avec ses partenaires de la majorité présidentielle pour les élections européennes, Hervé Morin obtient 3 places de candidats supposées éligibles pour le Nouveau Centre. Cet accord lui est défavorable, elle décide de ne pas se représenter au Parlement européen. Malgré tout, elle poursuit sa campagne électorale afin de faire « la promotion de l'Union européenne »[5]. Elle quitte le Parlement européen le et transmet le flambeau à Sophie Auconie, Damien Abad et Jean-Marie Cavada, tous trois députés européens du Nouveau Centre.

Le , à l'issue du second tour des élections municipales à Amiens, la majorité sortante perd le scrutin. Le , le socialiste Gilles Demailly est élu maire de la ville. Brigitte Fouré siège alors en tant que conseillère municipale d'opposition en étant membre de la commission des finances ainsi que de la commission « Démocratie, Solidarité, Ecologie ».

À la suite du décès du conseiller général du canton Sud-est d'Amiens, Daniel Leroy (PS), elle arrive en tête du premier tour de l'élection cantonale partielle avec 29,70 % contre 28,14 % pour le candidat socialiste Romain Joron. Le , elle est élue au second tour avec 52,49 % des suffrages[6]. Le , elle est officiellement installée au Conseil général de la Somme et siège dans le groupe du Centre et des non-inscrits[7].

Le , elle annonce son intention de briguer le mandat de maire d'Amiens aux élections municipales de mars 2014[8]. À la suite d'un accord passé avec Alain Gest, le candidat investi par l'UMP, il est décidé qu'elle conduise la liste d'union de la droite et qu'en cas de victoire la présidence de la Communauté d'agglomération d'Amiens Métropole soit confiée à Alain Gest[9].

Le , elle est placée largement en tête du premier tour des élections municipales avec 44,79% des suffrages exprimés, dans un contexte de forte abstention et de progression de la droite sur le plan national[10]. Au second tour, le , elle obtient la majorité absolue avec 50,39% des voix dans une triangulaire l'opposant à Thierry Bonté (PS) (33,80% des voix) et à Yves Dupille (RBM) (15,80% des voix)[11]. Le , elle succède à Gilles Demailly (PS) à la tête de la mairie d'Amiens[12].

Fonctions électives[modifier | modifier le code]

Mandats en cours[modifier | modifier le code]

Anciens mandats[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Brigitte Fouré, Une femme au cœur de la Cité, Amiens, Martelle Editions,‎ 2009, 128 p..
  • Brigitte Fouré, Amiens pour Vous, Autres Talents,‎ 2012.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c AFP, « Brigitte Fouré: la droite «claire» et populaire à la mairie d’Amiens », Libération,‎ 30 mars 2014 (consulté le 1 avril 2014).
  2. CURRICULUM VITAE de Brigitte Fouré sur le-nouveaucentre80.org.
  3. Jacques Frantz, « Municipales à Amiens : Brigitte Fouré d'intéri-maire à titulaire », L'Express,‎ 1 avril 2014 (consulté le 6 avril 2014).
  4. « Gilles de Robien va retrouver fin mars son fauteuil de maire d'Amiens », Maire info, 26 mars 2007.
  5. Rémi Ink, « Municipales 2014 : Alain Gest (UMP) se range derrière Brigitte Fouré (UDI) pour une union de la droite à Amiens », France Bleu Picardie,‎ 23 août 2013 (consulté le 29 novembre 2013).
  6. Cantonales : victoire massive de l’abstention sur le Courrier picard
  7. « Brigitte Fouré est officiellement Conseillère Générale de la Somme », brigittefoure.hautetfort.com,‎ 28 juin 2010 (consulté le 4 avril 2014).
  8. Amiens: Brigitte Fouré candidate à la mairie sur France 3 Picardie.
  9. Rémi Ink, « Municipales 2014 : Alain Gest (UMP) se range derrière Brigitte Fouré (UDI) pour une union de la droite à Amiens », France Bleu Picardie,‎ 23 août 2013 (consulté le 29 novembre 2013).
  10. Benoît Delespierre, « Brigitte Fouré en passe de reprendre la mairie à la gauche », Le Courrier picard,‎ 24 mars 2014 (consulté le 1 avril 2014).
  11. « Résultats municipales 2014: Amiens rebascule une nouvelle fois », Le Huffington Post,‎ 30 mars 2014 (consulté le 1 avril 2014).
  12. a et b « 16 adjoints aux côtés de Brigitte Fouré, élue maire d'Amiens », amiens.fr,‎ 4 avril 2014 (consulté le 5 avril 2014).
  13. « Brigitte FOURÉ », europarl.europa.eu (consulté le 4 avril 2014).