Jameer Nelson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nelson.
Jameer Nelson Portail du basket-ball
J.J. RedickJameer Nelson.jpg
Fiche d’identité
Nom complet Jameer Nelson
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance (32 ans)
Chester, Pennsylvanie
Taille 1,83 m (6 0)
Poids 86 kg (189 lb)
Situation en club
Club actuel Drapeau des États-Unis Magic d'Orlando
Numéro 14
Poste Meneur
Carrière universitaire ou amateur
2000-2004 St. Joseph's
Draft NBA
Année 2004
Position 20e
Franchise Nuggets de Denver
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
2004-2005
2005-2006
2006-2007
2007-2008
2008-2009
2009-2010
2010-2011
2011-2012
2012-2013
2013-2014
Magic d'Orlando
Magic d'Orlando
Magic d'Orlando
Magic d'Orlando
Magic d'Orlando
Magic d'Orlando
Magic d'Orlando
Magic d'Orlando
Magic d'Orlando
Magic d'Orlando
8,7
14,6
13,0
10,9
16,7
12,6
13,1
11,9
14,7
-

* Points marqués dans chaque club comptant pour le championnat
national et les compétitions nationales et continentales.

Jameer Nelson est un joueur américain de basket-ball qui évolue en NBA au poste de meneur au Magic d'Orlando, en Floride. Nelson est né à Chester en Pennsylvanie le . Il mesure 1m83 pour environ 87 kilogrammes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Il fait ses études universitaires à l'université Saint Joseph, dans sa région natale de Pennsylvanie, où il étudie la sociologie. Au cours de ses 4 saisons universitaires, il disputera au total 125 rencontres avec les Hawks de Saint-Joseph, où il a notamment côtoyé un autre futur joueur NBA, Delonte West. C'est en 2003 lors de sa saison junior (troisième année) qu'il qualifiera avec ses équipiers Saint-Joseph pour la March Madness (tournoi final de la saison universitaire), où son équipe va s'incliner de justesse face à Auburn, en prolongations, et malgré les 32 points de Nelson ce jour-là. Ce beau parcours d'une petite fac va faire connaître Jameer Nelson (il a notamment fait la une du prestigieux hebdomadaire américain Sports Illustrated en février 2004) et le joueur va cumuler les distinctions personnelles (Wooden Award, Naismith Award, etc...).

Son numéro de maillot à l'université, le 14, le même que celui qu'il choisira plus tard en NBA, a été retiré par Saint-Joseph le 23 avril 2004[1].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Malgré sa réputation de star universaitaire, les doutes sur son adaptation à la NBA sont nombreux, en raison de sa petite taille (1,83 m). Il est malgré tout sélectionné au premier tour de la draft 2004 en 20e position par les Nuggets de Denver, avant d'être immédiatement acquis par le Magic d'Orlando. Lors de sa saison rookie, il est barré à son poste par le multiple All-Star Steve Francis qui vient lui aussi de débarquer à Orlando cet été-là. Mais quelques mois plus tard, l'entraineur Johnny Davis décide de propulser le rookie Nelson dans le cinq de départ et de décaler Francis au poste d'arrière. C'est à ce moment que Nelson va faire ses preuves. Même si la saison suivante il n'est pas systématiquement titulaire sous les ordres de Brian Hill, le joueur va cependant réaliser une belle saison, inscrivant 14.6 points en moyenne par rencontre, avec une efficacité intéressante (48,3 % aux tirs, 42,4 % à 3 points). Mais les 2 saisons qui vont suivre vont voir le joueur stagner dans sa progression, voire régresser sur le plan statistique, bien que Nelson soit devenu titulaire indiscutable. Le déclic va se produire au cours de la saison 2008-2009 : il réalise un très bon début de saison, qui lui vaut même d'etre sélectionné pour le All-Star Game pour la première fois de sa carrière. Mais il ne peut finalement pas prendre part à cet évènement à cause d'une blessure à l'épaule face aux Mavericks qui met un terme à sa saison. Cependant, il effectue in extremis son retour pour les finales NBA, et participe à chaque rencontre face aux Lakers, en tant que remplaçant de Rafer Alston.

Lors de la saison 2009-2010, ses statistiques sont en baisse comparées à sa saison précédente, mais celles-ci restent convenables. D'autant qu'il va par la suite se réveiller et réaliser de très bons playoffs 2010 (19 points, 47,9 % au tir, 39,3 % à trois points, 4,8 passes décisives, 3,6 rebonds de moyenne), où son équipe gagne deux séries aisément avant de s'incliner en finale de conférence face aux Celtics de Boston.

Lors des 2 saisons suivantes, il est toujours l'un des hommes de base d'une équipe qui va néanmoins marquer un déclin, avec des éliminations au premier tour des Playoffs, respectivement face à Atlanta puis Indiana).

Le 5 juillet 2012, après avoir "testé" le marché, il prolonge avec le Magic pour trois saisons de plus alors que des tensions avec son ami Dwight Howard, sur le départ, se font sentir[2]. Suite à l'échange de D12, Nelson devient alors le plus ancien joueur de l'effectif, et ses responsabilités, déjà importantes au sein du vestiaire (cocapitaine depuis plusieurs saisons), sont accrues.

Le 7 janvier 2013, grâce à ses 12 passes décisives contre les Blazers, il devient le meilleur passeur de l'histoire d'Orlando, dépassant Scott Skiles[3]. Au cours de cette saison du renouveau pour sa franchise, il va enregistrer ses meilleures statistiques en carrière en termes de passes décisives, rebonds, et interceptions par match, mais va également manquer 26 rencontres en raison de petites blessures.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

  • Jameer Nelson est marié à Imani[4]. Il a un fils, Jameer Jr., et 3 filles, Jamia, Jayden et Jayce[5].
  • En 2004, Elaine Whelan, ainsi que son père Floyd "Pete" Nelson, lui consacrent un livre, intitulé "This Jameer Kid".
  • Son père est mort d'une noyade le 30 août 2007.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Nelson Earns His Place in Hawk History as Number 14 is Retired », sur Saint Joseph's university,‎ 23 avril 2004
  2. « Info Basket USA : Jameer Nelson rempile au Magic », sur Basket USA,‎ 5 juillet 2012
  3. « Jameer Nelson breaks Magic career assists record », sur orlandosentinel.com,‎ 7 janvier 2013
  4. « Jameer Nelson’s Wife Imani Tillery », sur ballerwives.com,‎ 12 novembre 2009
  5. « Nelson One-on-One », sur nba.com

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :