Jacques Sémelin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jacques Sémelin

texte=Importez l'image de cette personne

Biographie
Naissance 1951
Le Plessis-Robinson
Nationalité Drapeau : France Français
Thématique
Formation Université Paris Descartes : D.E.S.S. en psychopathologie
Université Paris-IV Sorbonne : doctorat d'histoire
Titres professeur des universités
professeur à l’Institut d'études politiques de Paris
directeur de recherche au CNRS
Approche histoire, science politique et psychologie sociale
Processus de résistance civile au sein des dictatures
Analyse des massacres et génocides au XXe siècle
Travaux * Sans armes face à Hitler. La Résistance civile en Europe (1939–1943) (1989)
  • Purifier et détruire (2005)
  • Résistance Civile et Totalitarisme (2011)
  • Persécutions et entraides dans la France occupée. Comment 75% des Juifs de France ont échappé à la mort (2013)

Jacques Semelin, né au Plessis-Robinson en 1951, est un historien et politologue français. Il est professeur à l’Institut d'études politiques de Paris et directeur de recherche au CNRS affecté au Centre d'études et de recherches internationales (CERI).

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses recherches portent sur les processus de résistance civile au sein des dictatures ainsi que sur l'analyse des massacres et génocides XXe siècle. Ses travaux se fondent sur une approche pluridisciplinaire en histoire, science politique et psychologie sociale, ce dont atteste son parcours universitaire.

Après avoir acquis une formation de psychologue (Paris V), il a soutenu en 1986 un doctorat en Histoire (Paris IV). Il a ensuite rejoint l'université Harvard (Center For International Affairs), à l'invitation du Professeur Gene Sharp, où il a rédigé son livre Sans armes face à Hitler (1989), aujourd’hui traduit en plusieurs langues. De retour en France, il est recruté en 1990 par le CNRS en tant que chercheur en science politique. En 2007, il est qualifié comme professeur des universités dans cette même discipline ainsi qu'en histoire des mondes modernes.

Dans les années 1980, il est rédacteur en chef de la revue Alternatives non-violentes (ANV)[1].

En même temps qu'il travaille sur la résistance civile, Jacques Semelin s'intéresse de plus en plus à la question du génocide, en particulier depuis sa visite à Auschwitz (1985). Sa rencontre avec Léon Poliakov, pionnier des études sur la Shoah en France, a joué un rôle important dans l'orientation future de ses travaux. En 2005, Jacques Semelin publie son maître ouvrage sur les violences de masse : Purifier et détruire, récompensé par plusieurs prix et également disponible en plusieurs langues. Ce livre propose une analyse comparative de trois cas (Shoah, Rwanda et Bosnie) prenant aussi en compte celui des Arméniens et du Cambodge de Pol Pot.

En 2008, Jacques Semelin a fondé à Sciences Po avec une équipe de chercheurs, l'Encyclopédie en ligne des Violences de masse sous le parrainage de Simone Veil et d'Esther Mujawayo (Rwanda).

En 2010, il a travaillé comme consultant auprès des Nations Unies pour la prévention des génocides. Dans son livre autobiographique J’arrive où je suis étranger (2007), il évoque son engagement militant dans l’action non-violente au cours des années 1970 et relate de manière émouvante son combat contre une cécité inexorable.

Jacques Semelin est membre du comité de rédaction de la revue d'histoire, Vingtième Siècle et du comité international du Journal of Genocide Research. Il est aussi membre de l'International Association of Genocide Scholars (I.A.G.S.) ainsi que de l’International Network of Genocide Scholars (I.N.O.G.).

Formation et carrière[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Pour sortir de la violence, Éditions de l'Atelier, 1983 (traduit en italien)
  • La dissuasion civile. Principe de la résistance non-violente dans la stratégie française, ISC, 1985 (traduit en serbo-croate)
  • Sans armes face à Hitler. La Résistance civile en Europe (1939–1943), Payot, Paris, 1989, (ISBN 2-228-88202-X)
    • Réédition en 1998 ; en 2013 (Les Arènes)et traduit en anglais, allemand, italien, polonais et grec
  • La Non-violence, avec Christian Mellon, Presses universitaires de France (Que sais-je ?), Paris, 1994, (ISBN 2-13-046638-9), épuisé
  • Les nouveaux enjeux de la communication vers l'Est, avec Anne-Chantal Lepeuple, Paris, Fondation pour les études de défense nationale, 1989
  • Comprendre la non-violence (avec Jean-Marie Muller), Non Violence Actualité, 1985
  • La Non-violence expliquée à mes filles, Le Seuil, Paris, 2000, (ISBN 2-02-036776-9)
    • Traductions en anglais, espagnol, italien, portugais, catalan, japonais, hébreu et indonésien
  • La Liberté au bout des ondes. Du coup de Prague à la chute du mur de Berlin, Éditions Belfond, Paris, 1997, (ISBN 2-7144-3501-7), réédition en 2009, Nouveau Monde édition, traduit en polonais
  • Purifier et détruire. Usages politiques des massacres et génocides, Le Seuil, Paris, 2005, (ISBN 2-02-047847-1)
  • J'arrive où je suis étranger, Éditions du Seuil, Paris, 2007 : récit autobiographique où il décrit sa cécité, croissante depuis sa jeunesse, et la façon dont il a réussi à faire de la recherche son métier malgré ce handicap.
  • Résistance Civile et Totalitarisme, André Versaille, Bruxelles, 2011, (ISBN 978-2-8749-5127-5)
  • , Le Seuil, Paris, 2013, (ISBN 978-2-35204-235-8)

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]