Jacques Fitz-James

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Officier général francais 7 etoiles.svg Jacques Fitz-James
Duc de Berwick
Jacques Fitz-James, duc de Berwick
Jacques Fitz-James, duc de Berwick

Naissance 21 août 1670
à Moulins
Décès 12 juin 1734 (à 63 ans)
au siège de Philippsburg
Mort au combat
Origine Drapeau du Royaume d'Angleterre Royaume d'Angleterre
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Dignité d'État Maréchal de France
Années de service 16861734
Conflits Guerre austro-turque (1683-1699)
Guerre de Succession d'Espagne
Guerre de Succession de Pologne
Commandement Armée du Rhin
Distinctions Ordre de la Jarretière
Ordre du Saint-Esprit
Ordre de la Toison d'or
Autres fonctions Capitaine général de Catalogne (1714)
Famille Famille de Fitz-James

Jacques Ier Fitz-James, duc de Berwick, né à Moulins, dans le Bourbonnais, le 21 août 1670 et tué le 12 juin 1734 au siège de Philippsburg, est un militaire français des XVIIe et XVIIIe siècles. Fils naturel du roi Jacques II Stuart, il est fait maréchal de France en 1706.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et origines[modifier | modifier le code]

Jacques Ier de Fitz-James est la souche de la famille de Fitz-James, qui, originaire d'Angleterre, devint française avec sa naturalisation.

Il est le fils naturel de Jacques II Stuart, roi d'Angleterre et d'Écosse et d'Arabella Churchill, sœur de John Churchill, duc de Marlborough.

En 1703, il est naturalisé français.

Titres et fonctions[modifier | modifier le code]

Jacques Fitz-James est Duc à brevet dès 1687, Grand d'Espagne en février 1704, commandant en Languedoc le 14 février 1705, Maréchal de France le 15 février 1706, Duc-Pair en mai 1710. Il reçoit le titre de 36e gouverneur du Limousin le 17 avril 1708 il se démet du titre le 1er octobre 1718 en faveur de son fils Jacques mais il est maintenu dans la fonction par commission. Il est nommé membre du Conseil de Régence le 3 mars 1720[1].

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Il fait ses premières armes en Hongrie, et assiste au siège de Buda en 1686. Il prend après la révolution de 1688 une part très active à toutes les tentatives qui sont faites pour replacer son père sur le trône, se fait naturaliser Français quand sa cause devient désespérée. Ce brillant officier s’engage alors au service de la France.

Guerre de Succession d'Espagne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Guerre de Succession d'Espagne.

Il sert sous Luxembourg et Villeroy, et développa de grands talents militaires. Louis XIV lui confie en 1704 le commandement des troupes françaises en Espagne ; l'année suivante il l'envoya contre les camisards du Languedoc.

Il est fait maréchal de France en 1706 et envoyé de nouveau en Espagne. Lors de la guerre de Succession d'Espagne, il rétablit la situation en faveur de Philippe V en infligeant des défaites aux autrichiens, Almansa (1707) qui rendit à Philippe V le royaume de Valence et la dernière bataille où une armée française commandée par un général anglais affronta une armée anglaise commandée par un général français (Henri de Massue, émigré huguenot en Angleterre).

Puis, de 1709 à 1711, il maintient les frontières sud-est de la France dans le Dauphiné et la Savoie, ce qui permit à la France de reporter ses efforts sur la frontière nord-est. Lors du traité d'Utrecht, en 1713, il convainquit Louis XIV de demander l'annexion de la vallée de l'Ubaye, pour renforcer la frontière française des Alpes. En 1714, il prend Barcelone. La guerre s'étant rallumée en 1719, il enleva aux Espagnols Fontarabie, Urgel et Saint-Sébastien.

Guerre de Succession de Pologne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Guerre de Succession de Pologne.

En 1733, il reçut le commandement de l’armée du Rhin lors de la Guerre de Succession de Pologne. Il trouva la mort en inspectant une tranchée, la tête emportée par un boulet lors du siège de Philippsbourg.

Mariages et descendance[modifier | modifier le code]

Le 26 mars 1695, Fitz-James épouse Honora de Burgh (ou Burke, de Bourke) (1675-janvier 1698), dans la chapelle royale de Saint-Germain-en-Laye[2]. Elle est la fille de William de Burgh, 7e comte de Clanricard, et la veuve de Patrick Sarsfield, 1er comte de Lucan[2]. Ils ont un fils[2] :

  • James Francis (21 octobre 1696-1738), qui utilise le titre de courtoisie de « comte de Tinmouth » jusqu'à ce qu'il reçoive le titre de duc de Llíria et Jérica (noblesse espagnole) de son père en 1716[2]. Il se marie en 1716 avec Dona Catarina de Portugal, sœur et unique héritière du duc de Veraguas.

En secondes noces, le 18 avril 1700 à Paris, il épouse Anne (v. 1675-1751), fille de Henry Bulkeley, intendant en chef de la Maison Royale de Jacques II d'Écosse[2]. Ensemble, ils ont huit fils et cinq filles dont [2].

Publications[modifier | modifier le code]

Titres[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Nom du prince et blasonnement
Orn ext maréchal-duc et pair OSE.svg
Blason Jacques Fitz-James (1670–1734).svg
Orn ext Grand d'Espagne Toison d'or.svg
Blason Jacques Fitz-James (1670–1734).svg
Armes de Jacques Ier Fitzjames (1670-1734), duc de Fitz-James et pair de France, maréchal de France, chevalier du Saint-Esprit (reçu le 7 juin 1724)

''Ecartelé : aux I et IV contre-écartelé de France et d'Angleterre ; au II d'Ecosse ; au III d'azur, d'Irlande ; à la bordure componée de douze pièces d'azur et de gueules, chaque pièce d'azur chargée d'une fleur-de-lys et chaque pièces de gueules chargée d'un léopard d'or.[3]

Le même 
Grand d'Espagne et chevalier de la Toison d'or

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.
  1. Jean Duquesne Dictionnaire des Gouverneur de province éditions Christian, Paris 2022 (ISBN 2864960990) p. 73.
  2. a, b, c, d, e et f Stuart Handley, « Fitzjames, James, duke of Berwick upon Tweed (1670–1734) », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, édition en ligne, mai 2007.
  3. Michel Popoff et préface d'Hervé Pinoteau, Armorial de l'Ordre du Saint-Esprit : d'après l'œuvre du père Anselme et ses continuateurs, Paris, Le Léopard d'or,‎ 1996, 204 p. (ISBN 2-86377-140-X)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]